Accueil  |  ZeGreeen  |  TopAudio  |  Home Cinéma  |  Showroom

social facebook box white 64 logo-Twitter-icon logo-youtube  Logo-tumblr logo-instagram logo-storify social_rss_box_white_32

Théâtre sans animaux

theatre-sans-animaux-1

texte et mise en scène de Jean-Michel Ribes
(texte publié aux éditions Actes Sud, collection Babel)
production Théâtre du Rond-Point/Le Rond-Point des tournées
avec Caroline Arrouas, Annie Gregorio, Philippe Magnan, Christian Pereira, Marcel Philippot

au Théâtre du Rond-Point Salle Renaud-Barrault
du 23 janvier au 23 mars 2013 à 21h, dimanche 15h
relâche les lundis et les 27 janvier,5 février et 12 février
représentations supplémentaires les samedis 26 janvier et 2 février ainsi que les 9, 16 et 23 mars à 17h30

Existe-t-il des univers parallèles, où seule la fantaisie la plus débridée s’exerce en toute liberté nous menant jusqu’aux frontières de l’absurde ? C’est, semble t-il, dans cette direction que les huit saynètes imaginées par Jean-Michel Ribes paraissent nous entraîner.

theatre-sans-animaux-2Des univers cocasses, délirants, hautement improbables, venus tout droit de l’imagination fertile d’un auteur qui ne craint pas de nous projeter sans trop de précaution dans un univers déboussolant, inexploré où à chaque pas l’on risque de trébucher dans l’étrange et la folie douce. Une des premières scènes ne renonce pas encore au réalisme et ne cherche en fait qu’à se moquer d’une diva le soir d’une première théâtrale. En revanche, les scènes suivantes vont rapidement dériver vers l’absurde, l’imprévu et le loufoque. Car comment qualifier cette scène surréaliste où un personnage extravagant n’a trouvé d’autre remède à son envie de fumer qu’en arborant sur son crâne une perruque venue tout droit du 18e siècle ? Le malaise va encore davantage s’amplifier lorsque un impensable et incongru stylo à bille de trois mètres cinquante atterrit devant quelques personnages médusés, après avoir percé le toit pour finir dans un petit salon, visiblement peu habitué à recevoir ce genre de visiteur ! Mais Jean-Michel Ribes ne se contente pas d’accumuler comme à plaisir des scènes surréalistes ou cocasses ; il pose aussi des questions plus dérangeantes sur notre identité, ce qui nous vaut des séquences presque angoissantes dans lesquelles les personnages se voient soudainement dépossédés de leur prénom dont on réfute brusquement la réalité. Ces contestations de la réalité objective ont pour effet d’exercer une sorte de panique sur les personnages doutant du même coup de leur identité qui jusqu’à présent leur semblait immuable, ancrée à jamais dans la réalité absolue. Les cinq personnages, projetés dans ces mondes mouvants et incertains, sont soumis donc constamment à de forts courants chargés d’absurde et de fantasque et il leur faudra bien de l’astuce et du talent pour survivre et triompher de ces univers toujours prêts à sombrer dans l’inconnu et le délire. Heureusement ils parviennent à apprivoiser cet univers étrange où ils ont été immergés malgré eux, s’accommodant d’un monde voué à la métamorphose permanente. Pour réussir ce voyage délirant, baroque, un peu fou, effectué au pays de l’imaginaire, Jean-Michel Ribes qui est  à la fois l’auteur et le metteur en scène de cette fantaisie se déroulant dans le monde de l’absurde a fait  appel, bien sûr, à d’excellents comédiens. Du côté féminin citons Caroline Arrouas, Annie Gregorio, l’équipe masculine comprenant  Philippe Magnan, Christian Pereira et Marcel Philippot. Quant à la scénographie, elle est signée Audrey Vuong.

www.theatredurondpoint.fr

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

ON Magazine fait partie de Coopaname SCOP-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 448 762 526
Informations légales, contacts, rédaction, publicité