PUBLICITÉ

Philips Fidelio T1 : l'implacable patte luxueuse et audiophile se décline sur des écouteurs True Wireless

Philips Fidelio T1 ONmag 4 

Après les casques et les enceintes/barres de son, la gamme Fidelio va également s'attaquer au produit le plus populaire du moment, l'écouteur True Wireless. Forcément, Philips n'entend pas faire les choses à moitié ; ce sera du haut de gamme ou rien. Ces nouveaux Fidelio T1 comptent bien se faire une place dans la cour des grands, en s'opposant directement aux Sony WF-1000Xm4, Devialet Gemini et autres Sennheiser Momentum TW2. Un produit forgé d'ambition.

LA SUITE APRÈS LA PUB

>>> CHERCHER UNE OFFRE, COMPARER LES PRIX
- pour le Philips Fidelio T1

Métal hurlant

Très épuré et luxueux, le design des Fidelio T1 ressemble, dans sa forme générale allongée, à celui des Sony WF-1000Xm3. La comparaison s'arrête toutefois assez rapidement, puisque Philips ne se contente pas d'une simple construction en plastique. Ici, la face externe (côté plat) est entièrement en aluminium, avec une surface brossée.

Philips Fidelio T1 ONmag 9

Ce luxe se retrouve particulièrement dans la boîte de charge, entièrement en aluminium et surmontée par du cuir Muirhead, cuir que l'on retrouve déjà sur le récent casque Fidelio L3 ainsi que son grand frère de salon Fidelio X3. Sans doute à cause de cette base en métal, Philips n'évoque pas de recharge par induction (à vérifier toutefois).

Les Fidelio T1 profitent d'un design intra-auriculaire. Le choix de l'embout sera donc crucial, c'est pourquoi des modèles en silicone sont proposés dans 6 tailles différentes. Pour compléter l'ensemble, 3 tailles d'embouts en mousse de la marque Comply sont également de la partie.

Philips Fidelio T1 ONmag 8

Leur large surface extérieure permet à ces écouteurs d'accueillir une zone tactile circulaire avec pour seule inconnue la richesse des commandes. Philips indique qu'il est notamment possible de contrôler la lecture et la navigation au sein des pistes, ainsi que d'accéder au mode mains-libres et à l'assistant vocal. Aucun mot, en revanche, concernant des commandes plus avancées, comme le contrôle du volume. Des capteurs infrarouges permettent de mettre la musique en pause automatiquement une fois les écouteurs sortis des oreilles et d'enclencher la lecture lorsqu'on les replace.

LA SUITE APRÈS LA PUB

Dans la moyenne des autres écouteurs à réduction de bruit, même haut de gamme, les Philips Fidelio T1 sont certifiés IPX4, ce qui assure une certaine résistance aux projections.

 

Réduction de bruit premium et codec LDAC

Il y a le luxe d'un côté, et l'aspect technologique et audiophile de l'autre. Philips semble là aussi s'être donné les moyens de ses ambitions.

La puce Bluetooth, tout d'abord, est une référence 5.2 récente, qui a pour particularité de prendre en charge le codec LDAC. Ce codec de Sony, d'excellente qualité mais extrêmement demandeur en bande passante, n'a été implémenté sur des écouteurs True Wireless qu'une seule fois auparavant, sur les excellents Sony WF-1000Xm4. Les Fidelio T1 font donc, à ce titre, déjà partie du gratin. Encore faut-il que la connexion en LDAC soit stable.

Philips Fidelio T1 ONmag 6

Pour la connexion en elle-même, chaque écouteur peut être utilisé en mode mono (il n'y a pas d'écouteur maître et d'écouteur esclave) et un appairage Google Fast Pair est intégré. Cela n'est pas précisé, mais il ne faut sans doute pas compter sur une connexion multipoint, là encore assez rare et gourmande en ressources.

On ne fait plus de haut de gamme sans réduction de bruit active. Les T1 mettront le paquet, profitant d'un système maison, baptisé Advanced Hybrid Noise Cancelling Pro+. Comme son nom l'indique, cette solution de réduction sera de type hybride, avec un microphone à l'extérieur pour la prise de son et un microphone à l'intérieur pour la rétroaction.

LA SUITE APRÈS LA PUB

Philips Fidelio T1 ONmag 5

La partie sonore, entièrement développée par la marque, se rapproche largement des très ambitieux PI7 de Bowers & Wilkins. Philips mise sur une architecture deux voies, combinant un transducteur dynamique de 10 mm (pour les basses et médiums) et un transducteur à armature équilibrée pour les aigus. Nous pouvons espérer une très grande qualité sonore, en particulier dans les aigus. Bien que le marché soit très embouteillé dans le haut de gamme, il y a encore des places à prendre.

Philips Fidelio T1 ONmag 10

Pour organiser toutes les fonctions, une application dédiée permettra d'avoir accès à des réglages de réduction de bruit active, à un égaliseur graphique et quelques autres options.

Enfin, contrairement aux PI7 (les seuls autres écouteurs deux voies équivalents), l'autonomie est bien supérieure à la moyenne : Philips annonce 9 h avec réduction de bruit active (probablement beaucoup moins avec le codec LDAC) et 25 h supplémentaires grâce au boîtier. La recharge rapide permet d'apporter 2 h de fonctionnement pour 15 min de charge.

LA SUITE APRÈS LA PUB

Philips Fidelio T1 ONmag 2

Disponibles dans le courant du 4ème trimestre, les Philips Fidelio T1 sont annoncés au prix de 300 euros. Un tarif certes très élevé, mais finalement logique par rapport à l'architecture audio et à l'approche premium de ces écouteurs. Nous espérons tenir là une vraie alternative aux Sony WF-1000Xm4.  


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Philips

PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus