icon facebook icon youtube icon qwant icon tumblr icon pinterest icon rss

Concert : Sir Roger Norrington (direction) et Lucas Debargue au piano à l'Auditorium de Radio France

Sir Roger Norrington

  • Michael Tippett : Concerto pour double orchestre à cordes
  • Frédéric Chopin : Concerto pour piano et orchestre No1 en mi mineur, opus posthume
    Nocturne en do dièse mineur, opus posthume
    Berceuse pour piano en ré bémol majeur, op.57
    Barcarolle pour piano en fa dièse majeur, opus 60
  • Sir Edward Elgar : Variations Enigma, opus 36
  • Sir Roger Norrington : direction
  • Lucas Debargue : piano
  • Orchestre Philharmonique de Radio France
  • L’Auditorium de Radio France ; vendredi 9 octobre 2018, 20 h
    www.maisondelaradio.fr

Une rencontre attendue avec impatience : Sir Roger Norrington face aux insaisissables Variations Enigma d’Elgar. Une révélation : le pianiste Lucas Debargue nous faisant découvrir sa vision de Chopin.

CD : L'âme slave déclinée par Dvořák, Janáček et Martinů

Orchestre Auvergne Ame slave

  • Antonín Dvořák : Sérénade pour cordes op. 22
  • Leoš Janáček : Suite pour orchestre à cordes
  • Bohuslav Martinů : Sextuor à cordes (arrangement pour orchestre à cordes)
  • Orchestre d'Auvergne, dir. Roberto Forés Veses
  • 1 CD Aparté : AP 195 (Distribution : PIAS)
  • Durée du CD : 63 min
  • Note technique : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise 4/5

Les trois compositeurs slaves emblématiques, Dvořák, Janáček et Martinů, réunis au son des cordes, voici une proposition qui tombe sous le sens. Alors que les œuvres choisies présentent chacune une originalité : l'Urtext de la Sérénade de Dvořák, offrant une lumière nouvelle sur une pièce qu'on croyait pourtant bien connaître, une œuvre de jeunesse de Janáček, bien différente du style de ses opéras, enfin une pièce bien peu connue de Martinů, au surplus dans son arrangement pour orchestre à cordes. Elles sont jouées avec infiniment de délicatesse et de maestria par l'Orchestre d'Auvergne, sous la houlette de son directeur musical Roberto Forés Veses. Un bien beau disque !

Second concert de l'intégrale de la musique de chambre de Brahms

Brahms Sunwook kim

  • Cycle Brahms :
  • Sonate pour clarinette et piano en mi bémol majeur op.120 No2 (1894) : Wenzel Fuchs (clarinette), Sunwook Kim (piano)
  • Trio pour piano, violon et cor en mi bémol majeur op.40 : Sunwook Kim (piano), Guy Braunstein (violon), Radek Baborak (cor)
  • Quintette pour clarinette, deux violons, alto et violoncelle en si mineur op.115 (1891) : Wenzel Fuchs (clarinette), Gu
  • Braunstein (violon), Christoph Streuli (violon), Amihai Grosz (alto), Zvi Plesser (violoncelle)
  • Théâtre des Champs-Elysées, lundi 15 octobre, 20 h
    www.piano4etoiles.fr
    www.theatrechampselysees.fr

Deux œuvres crépusculaires de Brahms s’opposant à une œuvre de jeunesse : son Trio pour cor, violon et piano op.40.

Premier concert de l'intégrale de la musique de chambre de Brahms

Brahms Musique de Chambre Sunwook Kim


Sunwook Kim

  • Cycle Brahms : 
  • Sonate pour piano et alto en fa mineur op.120 No (1894) : Amihai Grosz (alto), Sunwook Kim (piano)
  • Trio pour piano, violon et clarinette en la mineur op.114 (1891) : Sunwook Kim (piano), Guy Braunstein (violon), Wenzel Fuchs (clarinette)
  • Quintette en fa mineur op.34 , pour piano, deux violons, alto et violoncelle : Guy Braunstein (violon), Christoph Streuli (violon), Amihai Grosz (alto), Zvi Plesser (violoncelle), Sunwook Kim (piano)
  • Théâtre des Champs-Elysées, dimanche 14 octobre 2018, 20 h
    www.piano4etoiles.fr
    www.theatrechampselysees.fr

Premier volet d’une série de concerts au Théâtre des Champs-Elysées, consacrés à Brahms, dans un univers où il s’est illustré avec un art consommé : celui de la musique de chambre.

Concert : Une fratrie en trio joue Mendelssohn aux Invalides

Trio Metral Mendelssohn


© Dimitri Scapolan

  • Felix Mendelssohn : Trios pour piano, violon et violoncelle N° 1 op. 49 & N° 2 op. 66
  • Trio Metral : Joseph Metral, violon, Justine Metral, violoncelle, Victor Metral, piano
  • Hôtel national des Invalides, Salle Turenne, mardi 16 octobre à 20 h
  • Organisé dans le cadre des « concerts CIC-Musée de l'Armée », en partenariat avec le CIC et Radio Classique 

Sympathique concert de musique de chambre aux Invalides ! Par le lieu d'abord, la salle Turenne, récemment rénovée, sorte de galerie des batailles livrées par le roi fondateur Louis XIV, utilisée comme réfectoire des pensionnaires de l'institution. Par les interprètes surtout, trois jeunes talentueux musiciens, frères et sœur, à l'aube d'une carrière prometteuse, qui jouaient Mendelssohn et ses deux Trios, sommets de lyrisme romantique.

Concert : le pianiste François Dumont en récital à la Salle Gaveau

Francois Dumont piano salle gaveau

Bach, Debussy, Liszt, Moussorgski, par un pianiste aux moyens impressionnants, François Dumont, dont le précédent concert à Gaveau concernait surtout Schubert.

Sombres rivages : Orphée et Eurydice à l'Opéra Comique

Orphee et Eurydice Champs Elysees


© Stefan Brion

  • Christoph Willibald Gluck : Orphée et Eurydice
  • Opéra en quatre actes. Livret français de Pierre-Louis Moline. Version remaniée par Hector Berlioz (1859)
  • Marianne Crebassa, Hélène Guilmette, Lea Desandre
  • Chœur et orchestre : Ensemble Pygmalion, dir. Raphaël Pichon
  • Mise en scène : Aurélien Bory
  • Dramaturgie : Taïcyr Fadel
  • Décors : Aurélien Bory et Pierre Dequivre
  • Costumes : Manuela Agnesini
  • Lumières : Arno Veyrat
  • Opéra Comique, Paris, le 14 octobre 2018 à 15H. Et jusqu'au 24 octobre
    www.opera-comique.com

Le chef-d'œuvre de Gluck a de la chance ces temps sur les scènes parisiennes, car après la version viennoise en italien, donnée au Théâtre des Champs-Elysées au printemps, voici que l'Opéra Comique en présente la version française. Et singulièrement la seconde, remaniée par Hector Berlioz en 1859. Elle fut inspirée à l'auteur de la Symphonie Fantastique par la cantatrice Pauline Viardot qui tenait à incarner ce rôle emblématique entre tous. Il retouchera ainsi la partition, essentiellement pour l'adapter à cette tessiture féminine particulière, bien différente de celles du castrat de la version d'origine ou du ténor de celle parisienne de 1774. La présente production livre une vision on ne peut plus sombre, enfoncée dans le noir tragique aussi bien musicalement que dans sa traduction scénique.

Le pianiste Jean-Philippe Collard en concert aux Invalides

Jean Philippe Collard

  • Béla Bartok : Danses populaires roumaines, pour orchestre (1917)
  • Maurice Ravel : Concerto en sol majeur, pour piano et orchestre (1931) ; Concerto pour la main gauche et orchestre (1931)
  • Bedrich Smetana : La Moldau
  • Orchestre symphonique de la Garde républicaine
  • François Boulanger, direction
  • Jean-Philippe Collard, piano
  • Concert inaugural du cycle Silence des armes et Chant de la terre
  • En écho à l’exposition du musée de l’Armée A l’Est la guerre sans fin, 1918-1923
  • Saison musicale des Invalides
    Cathédrale Saint-Louis ; Hôtel National des Invalides
    jeudi 11 octobre 2018-20 h
    www.musee-armee.fr

Dans le cadre imposant de la Cathédrale Saint-Louis des Invalides, François Boulanger, à la tête de l’Orchestre symphonique de la Garde républicaine, avec Jean-Philippe Collard au piano, donnait ce Concert inaugural du cycle Silence des armes et Chant de la terre.

Concert : Un pianiste qui a à dire, François Dumont à Gaveau

Francois Dumont Gaveau

  • JS. Bach : Prélude & fugue en la mineur
  • Claude Debussy : Estampes
  • Franz Liszt : « Les jeux d'eau à la Villa d'Este », « Vallée d'Obermann », extraits des Années de Pèlerinage
  • Modeste Moussorgski : Une larme. Tableaux d'une exposition
  • François Dumont, piano
  • Salle Gaveau, Paris, le 12 octobre à 20 h 30

Le récital de François Dumont était intitulé « Estampes et tableaux », en référence aux œuvres en formant l'architecture que sont Estampes, deux morceaux des Années de Pèlerinage et Tableaux d'une exposition. Il existe une filiation entre ces pièces de Liszt et de Moussorgski, précurseurs de l'impressionnisme en musique, et ce qui est un des chefs-d'œuvre du piano de Debussy. Ce programme intelligemment pensé s'ouvrait et se clôturait par JS. Bach. La manière de ce pianiste qui reste dans une relative discrétion médiatique, ne cesse d'enthousiasmer et de rassurer quant à une haute conception du métier.

CD : « Harmonie du soir » Mélodies de Claude Debussy

Debussy Harmonie du soir

. Claude Debussy : Trois mélodies (Paul Verlaine). Fêtes galantes (Verlaine), livres I & II. Chansons de Bilitis (Pierre Louÿs). Trois chansons de France (Charles d'Orléans, Tristan L'Hermite). Trois ballades de François Villon. Le promenoir des deux amants (L'Hermite). Cinq poèmes de Charles Baudelaire

. Mélodies isolées : Romance l'âme évaporée, Les Cloches, Beau soir, Romance voici le printemps, Paysage sentimental (Paul Bourget). Nuit d'étoiles (Théodore de Banville). Mandoline (Verlaine). Les Angélus (Grégoire Le Roy). Dans le jardin (Paul Gravollet). Fleurs de blé (André Girod). La belle au bois dormant (Vincent Hyspa)

. Pièces instrumentales : Images oubliées. Les soirs illuminés par l'ardeur du charbon

. Sophie Karthäuser (soprano), Eugene Asti (piano)

. Stéphane Degout (baryton), Alain Planès (piano)

. 2 CDs Harmonia Mundi : 902306.07 (Distribution : PIAS)

. Durée des CD : 2 h 05 min 51 s

. Note technique : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleue (5/5)

Belle initiative en cette année du centenaire de la mort de Claude Debussy, de porter le regard, entre autres, sur ses mélodies. Un corpus conséquent qui jalonne la production du compositeur de 1876 à 1913, et donc significatif de l'évolution de son style. Peut-être plus encore que dans ses œuvres orchestrales ou pour piano, Debussy s'y révèle le magicien du timbre, le fin coloriste de paysages subtils unissant en une rare fusion texte poétique et musique. Les deux CD en proposent une très large sélection, empruntée aux cycles et à des pièces isolées. Elles sont interprétées par deux chanteurs familiers de ce répertoire, accompagnés chacun par ''son'' pianiste : Sophie Karthäuser et Eugene Asti, Stéphane Degout et Alain Planès. Une magnifique immersion dans un univers bercé d'une poétique fascinante, celle de l'« Harmonie du soir ».

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework