icon facebook icon youtube icon qwant icon tumblr icon pinterest icon rss

CD : Les Concertos pour violoncelle de Joseph Haydn

Raphael Pidoux concertos Haydn

  • Joseph Haydn : Concertos pour violoncelle et orchestre N° 1 en do majeur, Hob. VIIb.1 & N° 2 en ré majeur, Hob. VIIb.2
  • Raphaël Pidoux, violoncelle et direction
  • Jeune Orchestre de l'Abbaye aux Dames de Saintes
  • 1 CD NoMadMusic : NMM 064 (Distribution : PIAS)
  • Durée du CD : 47 min 07 s
  • Note technique : etoile verteetoile verteetoile verteetoile verteetoile verte (5/5)

L'histoire des concertos pour violoncelle de Joseph Haydn est des plus intrigantes puisque des six écrits par le musicien, deux seulement ont survécu, retrouvés au milieu du XXème siècle, et vite adoptés par les éminents cellistes que furent Mtislav Rostropovitch ou Jacqueline du Pré. Ils sont interprétés ici par un artiste connu pour sa haute musicalité et un orchestre de jeunes musiciens talentueux.

  

CD : Duos, Sonates et Caprices pour violon et violoncelle

Continuo addio Duo Tartini

  • Giuseppe Tartini : Sonate pour violon et violoncelle en sol majeur
  • Francesco Antonio Bonporti : Aria cromatica en la mineur
  • Giuseppe Dall'Abaco : Capricio pour violoncelle seul en mi mineur, N° 6
  • Giovanni Benedetto Piatti : Ricercata VI en sol majeur
  • Pietro Nardini : Capricio pour violon seul en do mineur. Sonate pour violon et violoncelle en do mineur, op. 5 N° 6
  • Johann Albrechstberger : Duetto III en la mineur
  • Pierre Lahoussaye : Sonate pour violon et violoncelle en sol mineur, op. 1 N° 4
  • Andreas & Bernhard Bomberg : Duo concertant pour violon et violoncelle en mi mineur, N° 1
  • Duo Tartini : David Plantier (violon), Annabelle Luis (violoncelle)
  • 1 CD Muso : Mu-031 (Distribution : Outhere Distribution)
  • Durée du CD : 75 min 32 s
  • Note technique : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleue (5/5) 

Le propos de ce disque est de démontrer que la sonate baroque pour violon, qui se joue généralement avec basse continue, peut l'être aussi avec le seul violoncelle en accompagnement. Ce qui permet de rendre justice à ce dernier comme instrument soliste, à l'égal du violon. Une brassée d'œuvres en formes de sonates, mais aussi de duos ou encore de ''caprici'' le démontrent au fil de ce programme aussi magistralement joué que conçu par son initiateur, le violoniste David Plantier. Une expérience nouvelle enrichissante.

 
 

CD : Ivo Pogorelich joue Beethoven et Rachmaninov

Pogorelich Beethoven Rachmaninoff

  • Ludwig van Beethoven : Sonates pour piano N ° 22 en fa majeur op. 54 & N° 24 en fa dièse majeur op. 78
  • Serge Rachmaninov : Sonate pour piano N° 2 en op. 36 (version révisée de 1931)
  • Ivo Pogorelich, piano
  • 1 CD Sony classical : 19075956602 (Distribution : Sony Music Entertainment)
  • Durée du CD : 54 min 04 s
  • Note technique : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise (4/5) 

Ce disque est une sorte d'événement puisqu'il marque le retour en studio, et pour un nouveau label, du légendaire Ivo Pogorelich qui n'avait rien livré depuis 20 ans. On sait l'interprète en marge de ses pairs pour ses partis pris musicaux audacieux, depuis ses débuts fracassants au Concours Chopin en 1980 qui connut l'esclandre du départ de sa présidente Martha Argerich, sidérée de ne pas voir reconnu le génie du jeune prodige. On sait aussi les réalisations de celui qui est devenu une icône, frappées au coin de l'exception. Il joue ici deux sonates de Beethoven et une de Rachmaninov, deux compositeurs bien éloignés quant au style, en quête pourtant d'un nouveau langage. Un rapprochement curieux mais non fortuit.

  

CD : La Périchole d'Offenbach

LaPerichole Offenbach

  • Jacques Offenbach : La Périchole. Opéra-bouffe en trois actes. Livret de Henri Meilhac et Ludovic Halévy d'après la pièce de Prosper Mérimée ''Le Carrosse du Saint-Sacrement''
  • Aude Extrémo (La Périchole), Stanislas de Barbeyrac (Piquillo), Alexandre Duhamel (Don Andrès de Ribeira), Éric Huchet (Don Miguel de Panatellas), Marc Mauillon (Don Pedro de Himoyosa), Enguerrand de Hys (Premier Notaire/Le Marquis), François Pardailhé (Second Notaire), Olivia Doray (Guadalena/Manuelita), Julie Pasturaud (Berginella/ Frasquinella), Mélodie Ruvio (Mastrilla/Ninetta), Adriana Bignagni Lesca (Brambilla), Jean Sclavis (Un Prisonnier)
  • Chœur de l'Opéra National de Bordeaux
  • Les Musiciens du Louvre, dir. Marc Minkowski
  • Livre-disque de 2 CD Palazzetto Bru Zane Édition, collection ''Opéra français'', vol. 21 : BZ 1036 (www.bru-zane.com)
  • Durée des CD : 51 min 40 s + 51 min 11 s
  • Note technique : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orange (5/5)

Voilà une fort belle contribution aux événements commémorant l'année Offenbach ! Reflets des représentations données à l'Opéra de Bordeaux en 2018, cette nouvelle version de La Périchole brûle les planches sans perdre une once de bon goût. Grâce à une direction élégante et une distribution sans faille, 100% française. Ce qui la distingue haut la main de ses devancières.

  

CD : ''Shorts Stories'', la musique de chambre de Thierry Escaich

CD Short Stories Tchalik

  • Thierry Escaich : ''La Ronde'' pour quintette pour piano et cordes. ''Après l'aurore'' pour quatuor à cordes. ''Nun, komm...'' pour violon seul. ''Scènes de bal'' pour quatuor à cordes. ''Short Stories'' pour violon et piano
  • Tchalik Quintet : Dania Tchalik (piano), Gabriel Tchalik, Louise Tchalik (violon), Sarah Tchalik (alto), Marc Tchalik (violoncelle)
  • 1 CD Alkonost : ALK005 (Distribution : UVM Distribution)
  • Durée du CD : 61 min 05 s
  • Note technique : etoile verteetoile verteetoile verteetoile verteetoile verte (5/5)

Cette offre passionnante présente une sélection exhaustive de la musique de chambre de Thierry Escaich, dont plusieurs premières au disque. Elle est articulée autour de son œuvre la plus récente Short Stories pour violon et piano, créée en 2018. Et défendue par cinq musiciens d'une même famille, le Tchalik Quintet, qui connaissent particulièrement bien cet univers pour le côtoyer depuis une vingtaine d'années. À découvrir.

 
 

CD : Camerata Alma Viva joue des Divertimentos de Mozart et quelques bis

Camerata Alma Viva Mozart

  • Wolfgang Amadé Mozart : Divertimentos K 136 en ré majeur, K 137 en si bémol majeur, K 138 en fa majeur
  • Arrangements par Éric Mouret de la Passacaille de Georg Friedrich Haendel tirée de la Suite pour clavecin en sol mineur, de la Valse extraite de « The Comedians » de Dmitry Kabalevsky, et de la Czardas de Vittorio Monti
  • Ensemble Camerata Alma Viva
  • 1 CD NoMadMusic : NMM 062 (Distribution : PIAS)
  • Durée du CD : 46 min 55 s
  • Note technique : etoile verteetoile verteetoile verteetoile verteetoile verte (5/5) 

Pour fêter son 10ème anniversaire, l'ensemble suisse Camerata Alma Viva, fort de seize musiciens, huit filles, huit garçons, s'offre un programme coup de cœur, partagé entre Mozart et des arrangements pour cordes de compositeurs divers. Qu'il joue avec un bel entrain. Une proposition originale, à défaut d'aller de soi.

  

CD : Arias et cantates pour contralto de Vivaldi

Delphine Galou Vivaldi Arias

  • Antonio Vivaldi : Cantates pour contralto RV 684, RV 685, RV 686. Arias extraites des opéras Tito Manlio, RV 738, Tieteberga, RV 737, La Candace o siano li veri amici, RV 704, La verità in cimento, RV 739, Il Giustino, RV 717
  • Delphine Galou, contralto
  • Accademia Bizantina, dir. Ottavio Dantone
  • 1 CD Naïve/ Vivaldi Édition vol. 60 : OP 30584 (Distribution : Believe Group)
  • Durée du CD : 56 min 27 s
  • Note technique : etoile verteetoile verteetoile verteetoile verteetoile verte (5/5)

Le soixantième volume de l'Édition Vivaldi présente une rareté, les cantates pour alto solo. Parmi la trentaine qu'a composé le Prêtre roux, Delphine Galou en a choisi trois, de belle facture. Elle y a ajouté un bouquet d'arias pour cette même tessiture, tirées d'opéras connus ou moins joués. Un programme tout en contrastes qui enrichit opportunément cette vaste et singulière anthologie.

  

CD : pièces pour piano seul d'Edvard Grieg

Propper Grieg Peer Gynt

  • Edvard Grieg : Peer Gynt, Suites N° 1 op. 46 & N° 2 op. 55 pour piano seul. 25 Mélodies et Danses populaires norvégiennes, op. 17
  • Daniel Propper, piano
  • 1 CD Forgotten records : fr 1550 ( www.forgottenrecords.com)
  • Durée du CD : 68 min
  • Note technique : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise (4/5)

L'intérêt majeur de ce CD de musique de piano de Grieg est d'entendre, pour la première fois semble-t-il au disque, la version pour piano des deux Suites de Peer Gynt. Dans une interprétation authentique puisque due au pianiste suédois Daniel Propper, familier de cette musique. Qui joue encore le magistral ensemble de miniatures que sont les 25 Mélodies et Danses populaires norvégiennes.

 
 

Opéra : Orphée aux enfers ou la comédie complétement déjantée

Festival de Salzbourg Orphee aux enfers 1


Joel Prieto/Orphée, Kathryn Lewek/Eurydice, Max Hopp/John Styx ©SF/Monika Rittershaus

  • Jacques Offenbach : Orphée aux enfers. Opéra-bouffon en deux actes et quatre tableaux (version mixte 1858/1874). Livret d'Hector Crémieux & Ludovic Halévy
  • Anne Sofie von Otter (L'Opinion publique), Kathryn Lewek (Eurydice), Joel Prieto (Orphée), Marcel Beekman (Aristée/Pluton), Martin Winkler (Jupiter), Lea Desandre (Vénus), Nadine Weissmann (Cupidon), Frances Pappas (Junon), Rafal Pawnuk (Mars), Vasilia Berzhanskaya (Diane), Peter Renz (Mercure)
  • Max Hopp, John Styx
  • Vocalconsort Berlin, David Cavelius, chef de chœurs
  • Wiener Philharmoniker, dir. Enrique Mazzola
  • Mise en scène : Barrie Kosky
  • Décors : Rufus Didwiszus
  • Costumes : Victoria Behr
  • Lumières : Franck Evin
  • Chorégraphie : Otto Pichler,
  • Dramaturgie : Susanna Goldberg
  • Haus für Mozart, Salzburg, vendredi 17 août 2019 à 15h
  • Et les 26 & 30 août 2019 à 19h

Une autre hardiesse de la programmation du festival 2019 aura été d'y afficher Orphée aux enfers. Certes, année des commémorations d'Offenbach obligeait. Mais n'était-ce pas là aussi une autre manière originale de décliner le thème des mythes à l'opéra. À l'envers, cette fois, s'agissant de celui d'Orphée et de sa lyre immortelle ! Cette première à Salzbourg ne sera pas passée inaperçue tant la régie signée de l'iconoclaste Barrie Kosky joue la parodie. Un pied de nez presque effronté au monde policé de l'opéra, s'il existe encore.

  

Opéra : l'Alcina de Cecilia Bartoli où « chaque note est écrite avec amour et passion »

Festival de Salzbourg Alcina 1


Cecilia Bartoli/Alcina ©SF/Matthias Horn

  • Georg Friedrich Haendel : Alcina. Dramma per musica en trois actes. Livret anonyme d'après celui d'Antonio Fanzaglias pour ''L'isola di Alcina'' de Riccardo Broschi, inspiré de l' ''Orlando furioso'' de Ludovico Ariosto
  • Cecilia Bartoli (Alcina), Philippe Jaroussky (Ruggiero), Sandrine Piau (Morgana), Kristina Hammarström (Bradamante), Christoph Strehl (Oronte), Alastair Miles (Melisso), Sheen Park (Oberto)
  • Bachchor Salzburg, Markus Obereder, chef des chœurs
  • Les Musiciens du Prince-Monaco, dir. Gianluca Capuano
  • Mise en scène : Damiano Michieletto
  • Décors : Paolo Fantin
  • Costumes : Agostino Cavalca
  • Lumières : Alessandro Carletti
  • Vidéo : rocafilm
  • Chorégraphie : Thomas Wilhelm
  • Dramaturgie : Christian Arseni
  • Haus für Mozart, Salzburg, jeudi 16 août 2019 à 18h30 

Après Giulio Cesare puis Ariodante, le festival de Salzbourg continue à décliner les chefs-d'œuvre opératiques de Haendel autour de Cecilia Bartoli. Avec cette fois Alcina, un opéra inspiré du mythe de Circé, figure allégorique incarnant les délices et les dangers de l'amour physique sans limite. Créée pour le Festival de Pentecôte, la présente production voit cet été une reprise fastueuse, dominée par la diva qui est entourée, entre autres, de deux prestigieux chanteurs français au Panthéon du baroque : Philippe Jaroussky et Sandrine Piau.

  
ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework