Concert du 30 septembre 2016 avec l'Orchestre philharmonique de Radio France

FRANCK Mikko

Orchestre Philharmonique de Radio France, vendredi 30 septembre 2016 à 20 h
Hakan Hardenberger, trompette ; Mikko Franck, direction
Maurice Ravel, La Valse, Poème chorégraphique ; Brett Dean, Concerto pour trompette « Dramatis personae » ; Igor Stravinsky, Petrouchka (version 1911)
maisondelaradio.fr

LA SUITE APRÈS LA PUB

Bien que le célèbre chorégraphe Serge de Diaghilev après avoir entendu exécuter La Valse de Ravel eût émis un avis défavorable, l’œuvre n’en fut pas moins créée le 12 décembre 1920
par l’Orchestre Lamoureux dirigé par Camille Chevillard.

La Valse débute par un étrange tournoiement des cordes, créant ainsi une ambiance angoissante. Peu à peu, différents thèmes issus de la valse viennoise vont s’agréger à ce tourbillon, entraînant ces mouvements de valse dans une accélération, frénétique, brutale jusqu’à la conclusion abrupte et sauvage qui met fin à ce ballet infernal. La seconde œuvre inscrite au programme de cette soirée donnée à l’Auditorium de Radio France était dédiée au Concerto pour trompette « Dramatis personae » du compositeur australien Brett Dean né en 1961. Ce Concerto pour trompette sera créé par Hakan Hardenberger, le 31 août 2013, l’Orchestre Des Tonkünstler du Niederösterreich étant dirigé par l’excellent chef John Storgards.

L’œuvre de dimensions importantes est richement orchestrée : bois par trois, 4 flûtes, trois trombones, 4 cors ,4 trompettes, tuba, percussions et cordes. Elle comporte trois mouvements : Fall of a Superhero, Soliloquy, The Accidental Revolutionary. Dans ces trois mouvements, Brett Dean souligne avec beaucoup de force et aussi une bonne dose d’humour sa passion pour le cinéma américain évoquant musicalement bon nombre de célébrités qui ont largement contribué à la gloire de ce cinéma emblématique. C’est bien sûr une figure mythique qui sera ainsi matérialisée sous une forme sonore : Charlie Chaplin, dans le film « les temps modernes »  ramassant par hasard un drapeau rouge devient bien malgré lui un agitateur fomenteur de troubles sociaux. En dernière partie de ce concert, Mikko Franck et l’Orchestre Philharmonique de Radio France réservaient au public de l’Auditorium une belle surprise. En effet ils décidaient de matérialiser les personnages du Ballet Petrouchka en faisant appel à une troupe de marionnettistes catalans, qui par la magie de leurs décors, et la manipulation de trois grandes marionnettes donnaient ainsi corps à ce conte fantastique où de simples poupées de son semblent soudainement animées d’une vie brève mais intense.

Petrouchka soupire en vain pour une belle Ballerine, qui succombera au charme de l’inquiétant Maure. Suscitant ainsi la jalousie de Petrouchka, qui narguant le Maure bien imprudemment se fera décapiter ! Sa figure spectrale réapparaîtra une dernière fois, annonçant ainsi la fin du Ballet. Petrouchka sera donné pour la première fois au Théâtre du Châtelet le 13 juin  1911 sous la direction de Pierre Monteux, qui deux ans plus tard, en 1913 dirigera Le Sacre du Printemps de Stravinsky au Théâtre des Champs-Elysées. Brillante interprétation du Concerto pour trompette de Brett Dean par Hakan Hardenberger  et très belle exécution de la version de 1911 de Petrouchka de Stravinsky, par Mikko Franck dirigeant un Orchestre Philharmonique de Radio France ménageant au public un superbe éventail de couleurs sonores.
Michel Jakubowicz


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Mots-clés: Mikko Franck, Orchestre Philharmonique de Radio France, Maurice Ravel, Igor Stravinsky

Suivez nous

icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework