Accueil  |  ZeGreen  |  TopAudio  |  HD Smart Home  |  Showroom
social facebook box white 64 logo-Twitter-icon logo-youtube  Logo-tumblr logo-instagram logo-storify social_rss_box_white_32

CD Gabriel Fauré, Œuvres pour piano par Michel Dalberto

Michel Dalberto Faure 700x700

CD Aparté (Pias Distribution)
Durée : 73’49’’
Notation : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rouge (5/5)

Masques et Bergamasques, La Pavane, la musique de scène de Pelléas et Mélisande ont établi sans équivoque Gabriel Fauré comme un orchestrateur au talent indiscutable, emportant l’adhésion immédiate des mélomanes.

Changement radical lorsque l’on aborde la musique pour piano du compositeur. En effet dans cette discipline, Gabriel Fauré, peut-être comme dans son unique Quatuor à cordes datant de la dernière année de sa vie (1924) se fait plus secret, demandant à l’auditeur une approche plus poussée de sa pensée musicale. La Ballade en fa dièse majeur, op.19 qui débute ce CD confirme sans aucun doute cette impression.

Gabriel Fauré bien qu’apparemment léger, aérien, y frôle déjà parfois l’étrange, introduisant dans le discours de cette longue Ballade sinueuse, d’étonnants éclairages harmoniques. L’impromptu No3 en la bémol majeur, op. 34 qui suit cette Ballade, op.19, cultive lui aussi le mystère. Le compositeur du Requiem y déploie une grande énergie sans toutefois renoncer à nous promener dans des décors inquiétants, connus de lui seul. Le Nocturne No6 qui suit cet Impromptu No3, nous introduit dans le monde de la nuit, nous entraînant sans trêve vers de sinueux sentiers. Avec le Nocturne No7, le monde de la nuit se fait encore plus pressant, presque inquiétant avec ses brusques plongées dans des fresques harmoniques aux contours toujours plus effrayants. Thème et variations en ut dièse mineur, op.97 qui constitue le cinquième volet de ce CD est la pièce la plus importante de ce recueil.

Le discours musical de Gabriel Fauré est ici plus solaire, s’ingéniant à chasser définitivement l’atmosphère des deux Nocturnes précédents. Mais bientôt l’empire de la nuit va reprendre entièrement ses droits puisque ce CD va s’achever avec trois Nocturnes, le No9 en si mineur, op.9, le No11 en fa dièse mineur, op 104 No1 et le No13 en si mineur, op.119. L’obscurité, le mystère vont s’installer définitivement dans un monde secret, impénétrable qui tend à refermer ses portes à jamais.

Michel Dalberto qui ici nous sert un peu de guide initiatique dans ce monde secret, presque insoupçonné, ténu, de la musique pour piano de Gabriel Fauré nous introduit de manière convaincante dans cet univers blafard, évoluant presque toujours aux frontières de l’étrange. Il s’y meut avec une liberté totale, très maîtrisée, nous invitant à aller toujours plus avant dans cet univers complexe, irradiant, voué au rêve de Gabriel Fauré. Un CD indispensable, nécessaire à tous ceux qui ne se contentent pas de conserver de Gabriel Fauré l’image d’un compositeur qui ne serait que l’auteur d’un presque trop célèbre « Requiem » !

Michel Jakubowicz


Autres articles qui peuvent vous intéresser sur le web et On-mag.fr


Mots-clés: Gabriel Fauré

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework