PUBLICITÉ
  • Jean-Pierre Robert
  • Musique

CD : Les Musiciens et la Grande Guerre XXV : « Sacrifice »

cd les musiciens et la grande guerre

Pièces de GF. Haendel, J. Ibert, G. Wilkinson, W. Braithwaite Manson, Fr. Purcell Warren, I. Gurney, FS. Kelly, G. Butterworths, W. Braunfels, B. Sigwart. The Flowers of War, dir. Christopher Latham.
1CD Hortus : Hortus 725 (Distribution : Harmonia mundi)
Durée du CD : 72'13
Note technique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rouge (5/5)

LA SUITE APRÈS LA PUB

On ne redira jamais assez combien la collection « Les musiciens et la Grande guerre », initiée par le label Hortus, est aussi enrichissante que nécessaire quant à la connaissance de la vitalité de la création musicale des années 1914-1918. Pour le XXV ème volume on a choisi de commémorer le sacrifice des « Rossignols perdus de la Somme ». Tout le tragique de la barbarie insensée que fut, en 1916, la bataille de la Somme, avec ses innombrables victimes sacrificielles et, parmi elles, un large contingent de soldats australiens. Une occasion de célébrer des musiciens ayant combattu, et pour beaucoup tombés en terre de France. « Death is so blind and dumb, death does not understand », lit-on sous la plume de John Masefield, mise en musique par Ivor Gurney.

Le programme fait la part belle au chant, associant ces musiciens et leurs poètes qui servirent sur la Somme, jeunes volontaires appartenant pour la plupart aux « Bataillons de copains » (« Pals battalions »), qui se sont engagés en bloc, appartenant qui à une même usine, qui à une même entreprise, ont combattu et sont morts ensemble. Ainsi de ces belles chansons du néo-zélandais Willie Braithwaite Manson, fauché par un obus le jour de ses 20 ans. Ou de celles de George Butterworth, tombé lui aussi sur la Somme : la curieuse gaité des « Gars par centaines » ou le déchirant « Requiescat ». À noter aussi la mélodie « À Chloris » de Reynaldo Hahn qui servit dans cette bataille auprès de l'État-major comme interprète. Cette tendre mélodie en vieux français apporte ici une singulière note de nostalgie. Parmi les pièces non vocales, on retiendra l'Adagio de l'altiste Francis Purcell Warren, d'une triste sérénité, ou l'Elégie pour Rupert Brooke du compositeur australien Frederick Septimus Kelly, tombé à Beaumont-Hamel le13 novembre 1916, un long lamento profondément expressif dans son travail sur les cordes. Ou encore deux morceaux empruntés à des musiciens allemands : le prélude de l'opéra Die Vögel (Les Oiseaux) de Walter Braunfels, donné ici dans un arrangement pour cordes et accordéon - l'opéra le plus important écrit durant la Première Guerre mondiale et qui sera créé en 1920 -, et l'adagio de la Sonate de Guerre de Botho Sigwart, d'un calme recueillement, car de ce côté là du Rhin, on devait aussi penser bien des plaies. L'interprétation de l'ensemble de musiciens The Flowers of War, dirigés par le violoniste australien Christopher Latham, est profondément engagée comme la cause défendue. Et on saluera la contribution essentielle du ténor Andrew Goodwin. Un bien émouvant voyage musical.

Excellente prise de son live dans plusieurs églises lors de concerts commémoratifs.

Texte de Jean-Pierre Robert

Offre Amazon : 


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Haendel

PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus