PUBLICITÉ
  • Michel Jakubowicz
  • Musique

Concert : Boulez, Martinù et Respighi à L'Auditorium de Radio France

Sol Gabetta violoncelle

Le Vendredi 6 avril 2018, 20h à l'Auditorium de Radio France
http://www.maisondelaradio.fr/

Sol Gabetta, violoncelle
Orchestre Philharmonique de Radio France
Mikko Franck, direction

LA SUITE APRÈS LA PUB

PIERRE BOULEZ, Messagesquisse, pour violoncelle principal et six violoncelles
BOHUSLAV MARTINU, Concerto pour violoncelle et orchestre No1
OTTORINO RESPIGHI, Fontaines de Rome, Pins de Rome

Si Mstislav Rostropovitch est bien le commanditaire de Messagesquisse de Pierre Boulez, l’œuvre est en fait dédiée au chef d’orchestre Paul Sacher qui créa bon nombre de chefs-d’œuvre  composés par Bartok, Honegger, Strauss, Hindemith, Stravinski… Messagesquisse de Pierre Boulez, écrit pour un violoncelle principal et six violoncelles, malgré sa brièveté (moins de dix minutes) exprime la pensée musicale d’un compositeur épris de clarté et de subtilité et qui dans cette pièce relevant de l’épure, y imprime toute sa concision, toute sa force.

Radical changement d’ambiance avec la seconde œuvre inscrite au programme de ce concert du 6 avril 2018. En effet c’était au grand compositeur tchèque Bohuslav Martinù d’y faire son apparition. Le Concerto pour violoncelle No1 du compositeur tchèque date de 1930 et verra sa création un an plus tard en 1931 à Berlin. Bien qu’élève d’Albert Roussel, dans ce Concerto pour violoncelle No1 Martinù ne revendique que fort peu l’influence du Maître français tout juste peut-être perceptible dans les deux mouvements extrêmes (Allegro moderato et Allegro). Le mouvement central (Andante moderato), d’une grande noblesse de ton, est d’une belle intensité exprimant avec chaleur le lyrisme ardent du compositeur, toujours à l’écoute d’un chant intérieur envoûtant.

Pour terminer ce concert Mikko Franck avait la bonne idée de joindre à son programme un diptyque d’Ottorino Respighi célébrant Rome, la ville éternelle. Il s’agissait bien sûr des deux poèmes symphoniques Les Fontaines de Rome et Les Pins de Rome. C’est au grand chef wagnérien Antonio Guarneri (1880-1952) que reviendra la création des Fontaines de Rome à Rome en 1917. Les Pins de Rome par contre seront exécutés pour la première fois également à Rome mais en 1924 par un autre grand chef italien Bernardino Molinari (1880-1952) qui assura également la création des Danses et airs antiques, suite No1 également composée par Ottorino Respighi. Les Fontaines de Rome qui débutent ce diptyque de Respighi rassemblent un orchestre imposant, digne de rivaliser avec celui que Richard Strauss aligne dans ses vastes poèmes symphoniques (Don Quichotte, La vie d’un Héros, Ainsi Parlait Zarathoustra). Mais Respighi ne se comporte nullement en imitateur exclusif de Richard Strauss et frôle souvent dans ces Fontaines de Rome un impressionnisme cher à Claude Debussy. La page la plus spectaculaire de Respighi met fin à ce diptyque puisqu’il s’agit des Pins de Rome, une fresque orchestrale éblouissante de virtuosité orchestrale, qui se termine par une flamboyante évocation des légions romaines, entamant une marche triomphale sur l’antique Via Appia.

Soliste exceptionnelle du Concerto pour violoncelle No1 de Martinù, la violoncelliste Sol Gabetta sait en exprimer le puissant lyrisme. Mikko Franck conduisant l’Orchestre Philharmonique de Radio France, imposant aux deux poèmes symphoniques de Respighi un rythme relativement modéré, en accentue ainsi toute la splendeur orchestrale qui trouve son point culminant dans la conclusion solaire, somptueuse des Pins de Rome.

Michel Jakubowicz

LA SUITE APRÈS LA PUB

Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Auditorium de Radio France

PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus