icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube      

Concert : Haendel à L'Auditorium de Radio France, par l’Orchestre Philharmonique de Radio France

Leonardo Garcia Alarcon Radio France

Explorant les chemins du baroque, ce samedi 5 mai à l’auditorium de Radio France, la soprano Kristina Mkhitaryan et le chef d’orchestre Leonardo Garcia Alarcon nous conviaient à un concert entièrement consacré à Georg Friedrich Haendel.

Georg Friedrich Haendel : Cantate Il delirio amoroso, HWV 99
Water Music
suite No1 en fa majeur, HWV 348

suite No3 en sol majeur, HWV 350
suite No2 en ré majeur, HWV 349

Orchestre Philharmonique de Radio France
Direction : Leonardo García Alarcón, direction
Kristina Mkhitaryan, soprano

Auditorium de Radio France
Samedi 5 mai 2018, 20h 

 

www.maisondelaradio.fr

La Cantate Il delirio amoroso date de 1707 et marque l'intérêt de Haendel pour cette forme musicale très en vogue à cette période, puisqu’il livrera un an plus tard, en 1708, une Cantate dramatique Aminta e Fillide (Aresta il passo). Le sujet de Il delirio amoroso peut s’apparenter à celui de l’Orfeo de Monteverdi, puisque Chloris n’hésite pas à se rendre elle-même en enfer pour tenter de sauver son bien-aimé Thyrsis, récemment décédé. Les efforts désespérés de Chloris pour délivrer Thyrsis de l’enfer resteront vains, car celui-ci effectue un voyage sans retour vers les Champs-Elysées.
Le texte plein de rebondissements et de surprises est dû au cardinal Benedetto Pamphili et est magnifiquement mis en musique par Haendel, qui confie le rôle chanté à une soprano, soutenue par un ensemble instrumental important où domine la petite harmonie, un luth, deux clavecins et les cordes.

En seconde partie, le chef argentin Leonardo García Alarcón décidait d’offrir au public de l’auditorium de Radio France la plus grande pièce orchestrale de Georg Friedrich Haendel : Water Music, comprenant trois suites pour orchestre dont la composition date de 1717. On sait que les suites de ce Water Music étaient destinées au roi Georges Ier d’Angleterre et qu’elles furent créées avec un faste extraordinaire sur la Tamise, le 17 juillet 1717. L’œuvre exige un formidable orchestre et les cuivres (trompettes et cors) y exercent un rôle déterminant, donnant à cette étincelante et glorieuse partition un éclat particulier et grandiose. L’œuvre, en fait, ne connaîtra sa forme définitive qu’en 1788 lors de sa publication par l’éditeur Samuel Arnold.

Kristina Mkhitaryan Radio France

Durant cette soirée, c’était à la soprano Kristina Mkhitaryan d’assurer l’interprétation de la complexe et surprenante Cantate de Haendel Il delirio amoroso de Haendel. Une mission que la cantatrice exécuta avec une maestria impressionnante, malgré les dimensions déjà imposantes de l’ouvrage. Quant aux trois suites de Water Music de Haendel, ce chef-d’œuvre orchestral trouva en Leonardo García Alarcón un ardent et passionné défenseur. En opposant, avec une science consommée des contrastes, le très vif au très lent, le chef argentin évitait tout risque de monotonie, donnant par exemple aux fameux Hornpipe un éclat retentissant, inouï. Bref, une soirée Haendel de haut niveau qui recueillait de la part de la salle de L’auditorium un succès mérité.

Texte de Michel Jakubowicz 


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Mots-clés: Orchestre Philharmonique de Radio France

Comments est propulsé par CComment

Suivez nous

icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework