icon facebook icon youtube icon qwant icon tumblr icon pinterest icon rss

CD : Les trois Sonates de Debussy

Debussy Trois Sonates

  • Claude Debussy : Sonate pour violon et piano en sol mineur. Sonate pour flûte, alto et harpe en Fa majeur. Sonate pour violoncelle et piano en ré mineur.
  • Dernières œuvres pour le piano : Berceuse héroïque. Page d'album – Pour l'œuvre du « Vêtement du blessé ». Élégie. Les Soirs illuminés par l'ardeur du charbon
  • Isabelle Faust (violon), Jean-Guihen Queyras (violoncelle), Antoine Tamestit (alto), Xavier de Maistre (harpe), Magali Mosnier (flûte), Alexander Melnikov (sonate violon), Javier Perianes (sonate violoncelle), Tanguy de Williencourt (piano)
  • 1 CD Harmonia Mundi : HMM 902303 (Distribution : PIAS)
  • Durée du CD : 54 min 02 s
  • Note technique : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleue (5/5)

C'est à un Debussy intime que nous convie ce disque. Celui des dernières compositions, des années de guerre. Les trois sonates, jouées ici sur instruments anciens, prennent une saveur singulière. Tout comme les dernières œuvres écrites pour le piano, une résonance particulière. Des interprétations dues à une fine brochette de musiciens français et à deux pianistes étrangers, l'un russe, l'autre espagnol. Des exécutions bien différentes de celles du disque paru l'année dernière (Erato), livrées par l'autre cohorte française menée par Bertrand Chamayou. Autres choix, autres visions. 

Du projet de Claude Debussy d'écrire six sonates pour divers instruments, la maladie ne lui permettra de n'en achever que trois. La première écrite, la Sonate pour violoncelle et piano, voit le jour en 1914. Elle est d'humeur contrastée. Le ''Prologue'' donne le ton de gravité dès l'introduction confiée au seul piano. Le violoncelle entre sur la pointe des pieds. Si les choses s'animent peu à peu, c'est dans le registre dramatique, en particulier sous l'archet de Jean-Guihen Queyras, dans un mélodisme emprunt de tristesse. La ''Sérénade'', marquée ''fantasque et léger'', est un jeu sur la sonorité généreuse du cello, de pizzicatos singulièrement. Ici magnifié par une exécution retenue et très pensée jusqu'à des pppp venant du tréfonds. Le ''Finale'', en contraste avec ce qui a précédé, est tout de légèreté comme si le ciel s'ouvrait enfin, l'espoir renaissait. Queyras et Javier Perianes forment un magistral duo. La Sonate pour flûte, alto et harpe, de la même année 1915, association inédite, est la plus développée des trois. Dans le premier mouvement, ''Pastorale'', on retrouve le mystère des Nocturnes ou des Chansons de Bilitis, dans un savant entrelacs des trois instruments qui folâtrent : flûte un brin nostalgique de Magali Mosnier, harpe enchantée de Xavier de Maistre, alto royal d'Antoine Tamestit jouant un strad de 1672. Un régal. Ces effluves envoûtants se poursuivent à l''Interlude'', tempo di minuetto : charme et élégance gallique, et un sentiment d'indicible mélancolie, générée par une interprétation sur le versant retenu. Au ''Finale'', on se délecte des pirouettes des trois protagonistes, mêlant des climats où l'on pense aussi bien à Pelléas et Mélisande qu'aux inspirations les plus modernistes de Debussy : une joyeuse précipitation et une belle envolée lyrique contenue. 

La Sonate pour violon et piano, des années 1916/1917 connaît avec Isabelle Faust et Alexander Melnikov une exécution extrêmement retenue, très intimiste, toute enveloppée d'une secrète magie. Peut-être le « surgissement de l'instant », dont parle Jankélévitch. Qu'imprime un parti pris interprétatif osé, quelque peu éloigné de ce que l'auteur décrivait comme une sonate « pleine d'un joyeux tumulte ». L'allegro vivo, pris très lent et ppp, se voit imposer par la violoniste des ralentissements répétés et une tristesse angoissée qu'accentue l'usage de glissandos. À l''Intermède'', les jeux novateurs typiques de la dernière période debussyste sont abordés dans une manière plus confortable que l'indication ''Fantasque et léger'', laissant affleurer un lyrisme serein, frôlant parfois l'alanguissement. On sait que dans le finale ''Très animé'', Debussy voyait « une idée qui tourne sur elle-même ». Le duo est plus naturellement gallique ici, même si la violoniste sacrifie à un jeu que d'aucuns peuvent qualifier de narcissique. Une lecture pour le moins bien différente de celle apollinienne de la paire Capuçon-Chamayou. Le disque offre encore quatre pièces pour piano, hommage aussi à cette période de la Grande Guerre qui ébranla tant le compositeur. Et sa contribution à l'effort de guerre. La Berceuse héroïque (1914) est traversée par la Brabançonne, l'hymne belge, puisqu'elle a pour dessein de « rendre hommage à S. M. le roi Albert Ier de Belgique et à ses soldats ». Elle est, selon Debussy, « mélancolique, effacée ». Tout aussi sombre est Elégie (1915). Page d'album - Pour l'Œuvre du ''Vêtement du blessé'' est dédiée à sa femme Emma. Enfin Les Soirs illuminés par l'ardeur du charbon, de 1917, sera sa dernière œuvre laissée au piano, inspirée du ''Balcon'' de Baudelaire, ultime rêve musical. Tanguy de Williencourt les joue avec tact.

La prise de son, effectuée dans le Teldex Studio de Berlin, offre une image claire et présente, mettant en valeur la couleur des instruments. La sonate pour flûte, alto et harpe, captée à l'Amphithéâtre de la Cité de la Musique à Paris, se voit réserver une acoustique légèrement plus réverbérante.

Texte de Jean-Pierre Robert

Disponible sur Amazon en CD et MP3


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework