Concert : le claveciniste Jean Rondeau en récital à la Salle Cortot

Jean Rondeau

  • Jean Rondeau : clavecin
  • « Pour Blandine » (hommage à la claveciniste Blandine Verlet)
  • Louis Couperin
  • Johann Jakob Froberger
  • Lundi 12 octobre 2020, à 20 h 30
  • Salle Cortot
    78, rue Cardinet
    75017 Paris
    www.philippemaillardproductions.fr

Jean Rondeau, au clavecin, interprète Louis Couperin et Johann Jakob Froberger, Salle Cortot.

Jean Rondeau, au clavecin, proposait au public de la Salle Cortot deux univers du clavecin diamétralement opposés : celui d’un représentant illustre de la dynastie des Couperin, Louis Couperin, et côté allemand Johann Jakob Froberger. Bien que disparu prématurément tout juste âgé de trente cinq années, Louis Couperin laisse de nombreuses Suites pour le clavecin, ainsi qu’une remarquable Messe des Couvents pour l’orgue. Dans les œuvres choisies pour son récital, Jean Rondeau entamait ce concert avec une Suite dont le début n’est autre qu’un Prélude à l’imitation de Froberger, témoignant ainsi de son admiration pour le maître allemand. On ne peut qu’être frappé par l’aspect sombre et méditatif de ce Prélude plutôt caractéristique du style de Louis Couperin. Les autres œuvres choisies par Jean Rondeau ne feront qu’accentuer la tendance du compositeur à se perdre dans les méandres de cet étrange univers tourmenté.

Le second compositeur que Jean Rondeau mettait à son programme n’était rien de moins qu’un des plus grands représentants de l’orgue et du clavecin allemand : Johann Jakob Froberger. Tout comme le premier compositeur de ce récital, Louis Couperin, Johann Jakob Froberger cultive lui aussi une certaine tendance à l’introspection, allant parfois jusqu’à donner un aspect dépressif à certaines pièces. Un aspect indéniable du style de ce compositeur allemand que l’on peut discerner dans les pièces figurant dans ce récital : les Toccatas II et VI ainsi que la Suite I en mi mineur. Jean Rondeau, l’interprète de ces deux compositeurs ancrés dans le XVIIe siècle mystérieux, réussit un challenge plutôt risqué : passer de l’un à l’autre de ces deux univers sans risquer le naufrage. Il semble se jouer des différences stylistiques offertes par les deux compositeurs exaltant aussi parfois leurs troublantes similitudes.

C’est avec l’étrange pièce de Johann Jakob Froberger « Tombeau fait à Paris sur la mort de Monsieur Blancheroche » en do mineur que le claveciniste Jean Rondeau mettait fin à ce passionnant concert. Conquis par l’extraordinaire maîtrise de Jean Rondeau au clavecin, le public de la Salle Cortot obtenait un bis, concluant ainsi un concert en tous points proche de la perfection.

À travers ce concert, Jean Rondeau rend hommage à celle qui fut sa professeure : la grande claveciniste Blandine Verlet qui malheureusement nous a quittés le 12 décembre 2018, âgée de 76 ans.

Texte de Michel Jakubowicz


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Mots-clés: Salle Cortot, Froberger, Couperin, Jean Rondeau

Suivez nous

icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework