CD : Hommage à Villa-Lobos, le guitariste

Gaelle Solal Tuhu

  • ''Tuhu''
  • Heitor Villa-Lobos : Chôros N°1. Suite Populaire Brésilienne : N°1 Mazurka-Chôro & N°2 Scottisch-Choro. Tristorosa (arr. Marcello Gonçalves/Gaëlle Solal). Préludes N°2 & N°3. Modinha (arr. Isaias Savio)
  • Roland Dyens : Hommage à Villa-Lobos : N°4 ''Tuhu''. Saudade N°3
  • Pixinguinha : Carinhoso (arr. Marco Pereira)
  • Guinga : Constance (arr. Marcus Tardelli)
  • Ernesto Nazareth : Brejeiro (arr. Gaëlle Solal)
  • Antonio Carlos Jobim : Chora Coração (arr. Paulo Bellinati)
  • Egberto Gismonti : Agua e Vinho (arr. Gaëlle Solal)
  • Anibal A. Sardinha-Garoto : Lamentos do Morro (arr. Gaëlle Solal)
  • Gaëlle Solal, guitare
  • 1 CD Eudora : EUDSACD-2003 (Distribution : Distrart Distribution)
  • Durée du CD : 59 min 07 s
  • Note technique : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleue (5/5) 

Voici un autre hommage à Heitor Villa-Lobos, le guitariste cette fois. La française Gaëlle Solal met en miroir quelques compositions du musicien brésilien avec des pièces de ses contemporains. Un programme magistralement conçu et un beau CD de guitare solo.

LA SUITE APRÈS LA PUB

Premier prix de guitare à l'unanimité couronnant son cursus au CNSMP, lauréate du concours de guitare classique d'Alessandria, outre d'autres prix à des concours nationaux et internationaux, Gaëlle Solal sort assurément du lot. Professeur agrégée au Conservatoire de Cordoue et Séville, un voyage au Brésil en 2009 marque un tournant dans sa carrière : la musique de Villa-Lobos est la « découverte d'une autre façon de faire de la musique, de la vivre, de se l'approprier », dit-elle. Ce CD est le résultat de ces impressions fortes. Il assemble des musiques du compositeur brésilien et de ses pairs, souvent dans des arrangements de son propre cru, combinant folklore brésilien et musique classique. Il débute par un clin d’œil, car le morceau ''Tuhu'' est tiré d'une œuvre de Roland Dyens, intitulée ''hommage à Villa-Lobos'' : Tuhu est le surnom donné au musicien par sa mère, et qui signifie ''petite flamme''. Il s'agit en effet d'un morceau vif, original dans son instrumentation et sa manière improvisée. De Dyens, elle joue encore ''Saudade N°3'', suite de vignettes pittoresques de la vie à Salvador.

De Villa-Lobos la guitariste propose d'abord ''Chôros N°1'', première de douze pièces de cette appellation. Genre majeur de la musique populaire brésilienne de la région de Rio, le Chôro est une danse de veine populaire proche de la samba. Celui-ci est un morceau vif et immédiatement séduisant, où le thème revient par deux fois, entrecoupé de deux sortes de variations. De la Suite Populaire Brésilienne Gaëlle Solal donne aussi la ''Mazurka-chôro'', œuvre de jeunesse aux mélismes tour à tour nostalgiques et joyeux, puis ''Schottisch-Chôro'', bien dans l'esprit brésilien de veine populaire avec une façon de refrain entraînant. Les Préludes, dont sont donnés le N°2, inspiré des musiques de rue, & N°3, dédié à Bach, offrent là aussi un mélange de lyrisme et de veine populaire. La valse de jeunesse ''Tristorosa'', écrite à l'origine pour piano, décline le rythme de cette danse de manière fort diversifiée. Et ''Modinha'' qui provient d'une chanson avec piano, arrangée par Solal, est une pièce éminemment chantante avec un je ne sais quoi de mélancolique.

Tuhu
Gaëlle Solal pendant l'enregistrement ©DR 

D'autres maîtres guitaristes contemporains de Villa-Lobos sont évoqués autour de cette figure centrale. Comme Ernesto Nazareth et le morceau ''Brejeiro'' (espiègle), en miroir au ''Chôro N°1'' de Villa-Lobos, avec ses effluves de tangos. Ou Antonio Carlos Jobim, un de ses fervents admirateurs, avec un Chôro lent, ''Chôra Coração'', autre hommage à Villa-Lobos et à la musique des Bachianas Brasileiras. Ou encore Egberto Gismonti dans une pièce transcrite par Solal ''Agua e Vinho''. Le flûtiste, saxophoniste et compositeur brésilien Pixinguinha (1897-1973) offre aussi dans un Chôro lent, ''Carinhoso'', une belle rêverie.

Gaëlle Solal enthousiasme aussi bien par l'originalité des arrangements que par la qualité du jeu dont le moins qu'on puisse dire est qu'il communique sa passion pour ces musiques. Une manière aussi bien racée que policée que met en valeur l'immédiateté de l'instrument tel que saisi dans l'ambiance flatteuse de l'Auditorio San Francisco d'Ávila.

Texte de Jean-Pierre Robert

CD et MP3 disponibles sur Amazon

LA SUITE APRÈS LA PUB

Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Mots-clés: Heitor Villa-Lobos, Roland Dyens, Pixinguinha, Guinga, Ernesto Nazareth, Antonio Carlos Jobim, Egberto Gismonti, Anibal A. Sardinha-Garoto, Gaëlle Solal

Suivez nous

icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework