PUBLICITÉ
  • Michel Jakubowicz
  • Musique

Concert : le pianiste Sir Andràs Schiff interprète Bach à la Philharmonie de Paris

Andras Schiff

Après le Premier Livre du clavier bien tempéré de Bach donné au Théâtre des Champs-Elysées le 9 décembre 2021, Sir Andràs Schiff, au piano, interprète le Second Livre du clavier bien tempéré à la Philharmonie de Paris.

LA SUITE APRÈS LA PUB

Composé entre 1738 et 1742, ce Second Livre du clavier bien tempéré s’avère d’une nature moins bien structurée que le Premier Livre. En effet, si Johann Sebastian Bach semble ici à la conquête de nouveaux territoires, il est aussi un peu tributaire de ses compositions antérieures et doit ainsi tenter d’équilibrer sa perception de la modernité confrontée à ses compositions venant du passé.

Si les compositions de ses deux fils les plus doués, Wilhelm Friedemann et Carl Philipp Emanuel, viennent d’une certaine manière enrichir son propre discours musical dans ce Second Livre, il ne faudrait pas pour autant négliger les influences venues de compositeurs qui sont ses contemporains tels que Telemann et Haendel.

Nombreux sont les interprètes et les compositeurs venus bien après Bach qui se sont interrogés sur cet immense édifice sonore que représente ce Second Livre du clavier bien tempéré. Czerny, compositeur prolifique de Quatuors et Symphonies, tenta même d’en modifier l’aspect en suggérant des altérations de tempo permettant presque de rapprocher le Cantor de Leipzig d’un certain Beethoven. Mais décidément rien n’y fit et ce Second Livre du clavier bien tempéré ainsi que le Premier Livre sont à l’évidence devenus les piliers de toute la musique occidentale écrite entre 1700 et le XXème siècle, incluant des compositeurs tels que Schoenberg, Reger, Hindemith, Webern, Berg, Messiaen et Boulez.

Face à une telle cathédrale sonore, de nombreux pianistes figurant parmi les plus célébrés de toutes les scènes internationales, ont tenté sur le plan discographique de cerner et de vaincre cette formidable forteresse. Parmi eux, il faut à coup sûr relever les noms de Walter Gieseking, Friedrich Gulda, Sviatoslav Richter, Glenn Gould, Samuel Feinberg, Maurizio Pollini, Tatiana Nikolaïeva, Edwin Fischer, sans oublier Daniel Barenboim. Sir Andràs Schiff, qui était un peu le héros de cette soirée de la Philharmonie, se distingua par un challenge audacieux et imprévisible. Au lieu de scinder en deux parties distinctes les 24 Préludes qui constituaient l’intégralité de ce concert, il les joua dans leur totalité sans interruption, constituant ainsi un marathon incroyable de plus de deux heures d’horloge ! Le tout interprété avec une fluidité et une transparence incomparables.

Au terme d’un tel parcours gigantesque, Sir Andràs Schiff, acclamé avec chaleur par le public subjugué par une telle performance, retint encore l’auditoire en jouant un bis naturellement consacré à Bach.

Johann Sebastian Bach au sommet grâce à un interprète en pleine possession de son art : le pianiste Sir Andràs Schiff.

Texte de Michel Jakubowicz

LA SUITE APRÈS LA PUB

Plus d’infos

  • Sir Andràs Schiff, piano
  • Johann Sebastian Bach : Le clavier bien tempéré, Deuxième Livre BWV 870 à 893
  • Samedi 18 décembre 2021, à 20 h 30
  • Philharmonie de Paris, Grande Salle Pierre Boulez
    www.piano4etoiles.fr
    philharmoniedeparis.fr 


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Bach, Sir Andras Schiff, Philharmonie de Paris

PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus