PUBLICITÉ
  • Jean-Pierre Robert
  • Musique

CD : deux violonistes vénitiens de génie en miroir

Specchio Veneziano Reali Vivaldi

L'ensemble Le Consort met en regard deux jeunes violonistes de génie dans la Venise de 1700, Antonio Vivaldi et Giovanni Battista Reali, à travers leur premier opus de sonates en trio, composé presque simultanément. « Deux reflets riches et colorés de la sonate en trio vénitienne », expliquent les musiciens. Un album qui vous enveloppe de bonheur de la première à la dernière note.

LA SUITE APRÈS LA PUB

Ce ''miroir vénitien'', il fallait l'oser, car juxtaposer le célébrissime Prete rosso et un de ses collègues tombé dans l'oubli n'allait pas de soi. Et pourtant la comparaison est plus que flatteuse pour le second. Bien sûr on a toujours plaisir à écouter Vivaldi et singulièrement ses sonates de chambre. L'album en propose deux, extraites des 12 de son op.1 composé en 1705. La Sonata prima I en Sol mineur RV 73 voit Vivaldi s'émanciper des stricts canons de la sonate en trio héritée de Corelli et donc de la forme en quatre parties. Il y en a cinq ici, qui mêlent les mouvements de la sonate d'église (Prélude Grave, Adagio) et les danses (Allemande, Capriccio, Gavotte). Sont également accentués les contrastes, comme il en est entre l'Allemande enjouée et l'Adagio staccato. La Sonate N°12 en Ré mineur ''La Follia'' RV 63 demeure une des plus jouées. Il est difficile de résister à cette magistrale composition qui doit son titre à une danse d'origine portugaise extrêmement enjouée, où souffle un vent de folie. Elle offre cette particularité d'être constituée d'un thème, emprunté à Corelli, et de pas moins de 19 variations dans des tempos différents on ne peut plus virtuoses, incontestablement pour démonter les aptitudes des interprètes et mettre en valeur leur sens du phrasé. Elles créent une chaîne ininterrompue d'une prodigieuse vie, moments d'introspection ou d'animation jusqu'à la pure frénésie. On entend encore des moreaux isolés, destinés à faire transition. Ainsi du Largo de la Sonata a violoncello solo RV 40, d'une impressionnante intensité.

Mais la découverte du disque, on la doit aux Sonatas a tre de Giovanni Battista Reali. Ce violoniste (1681-1751) dont on sait finalement peu de choses, n'a publié que deux opus et de ce type de musique. A été choisi un florilège de pièces empruntées à son premier livre de Sonates pour deux violons et basse continue de 1709. Appelées ''sinfonia'', avec le second titre de ''capricio'' ou de ''sonata'', ces courtes œuvres sont bâties sur le même schéma en quatre parties lent-vif-lent-vif. S'y révèle un style très personnel d'une extrême variété et d'une écriture magistrale pour le violon. Elles sont emplies de contrastes saisissants et d'effets de surprise. Ainsi du ''Grave e staccato'' qui débute la Sinfonia II en Ré mineur, saisissant dans son voile de mystère, de l'intensité des deux sections lentes de la Sinfonia I, ou encore du ''Grave'' presque solennel de la Sinfonia X en La majeur, en même temps d'une grande douceur. Tout aussi originale, la Sinfonia IX en Ré mineur offre un jeu staccato décroissant en intensité au second ''Grave'', tandis que l'Allegro final est entraînant, comme s'enivrant de son propre cours. Dernière de la série, la Sinfonia XII est une ''Folia'', qui comme celle de Vivaldi, offre d'ébouriffantes variations de plus en plus rapides à partir d'un thème qui imprime comme un refrain-scie.

Ce nouvel album démontre les qualités d'excellence instrumentale de l'ensemble Le Consort : beauté solaire du violon baroque de Théotime Langlois de Swarte, idéalement secondé par celui de Sophie de Bardonnèche, éblouissante maîtrise de Justin Taylor aussi bien au clavecin qu'à l'orgue positif, intensité du cello d'Hanna Salzenstein, rejointe dans certains morceaux par Victor Julien-Laferrière. Ces pages, ils se les approprient avec la même ardeur qu'ils ont eu à les dénicher et à nous les faire découvrir.

Ils sont enregistrés dans la Galerie dorée de la Banque de France avec soin quant à la répartition spatiale des voix et avec un grand naturel.

Texte de Jean-Pierre Robert 

Plus d’infos

  • ''Specchio veneziano''
  • Giovanni Battista Reali : Sinfonia XII (Folia). Sinfonia II (Capricio) en Ré mineur. Sinfonia IV (Capricio) en Ré majeur. Sinfonia I (Sonata) en Ré mineur. Sinfonia X (Capricio) en La majeur. Sinfonia IX (Sonata) en Ré mineur
  • Antonio Vivaldi : Sonata prima en Sol mineur, RV 73. Sonata Follia, RV 63. Largo de la Sonata a violoncello solo, RV 40. Andante de la Sonata terza per due violini e basso opzionale, RV 68
  • Johann Sebastian Bach : Larghetto du concerto en Ré majeur BWV 972 (d'après le Concerto de violon en Ré majeur op.3 /9 RV 230 de Vivaldi)
  • Le Consort : Théotime Langlois de Swarte, Sophie de Bardonnèche (violon baroque), Hanna Salzenstein (violoncelle baroque), Justin Taylor (clavecin & orgue)
  • Avec la participation de Victor Julien-Laferrière (violoncelle baroque)
  • 1 CD Alpha : Alpha 771 (Distribution : Outhere Music)
  • Durée du CD : 68 min 02 s
  • Note technique : etoile verteetoile verteetoile verteetoile verteetoile verte (5/5)

CD et MP3 disponibles sur Amazon

LA SUITE APRÈS LA PUB

Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Théotime Langlois de Swarte, Justin Taylor, Giovanni Battista Reali, Antonio Vivaldi, Johann Sebastian Bach, Le Consort, Sophie de Bardonnèche, Hanna Salzenstein, Victor Julien-Laferrière

PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus