PUBLICITÉ
  • Michel Jakubowicz
  • Musique

Concert : le pianiste Gaspard Dehaene en récital à la Salle Gaveau

Gaspard Dehaene

Le pianiste Gaspard Dehaene en concert à la Salle Gaveau avec un seul compositeur à son programme : Frédéric Chopin.

Gaspard Dehaene, l’interprète de ce concert, ne choisit guère la facilité en portant son choix sur un unique compositeur : Frédéric Chopin. De ce fait, il nous convie à voyager dans un monde sonore enchanté se situant entre Mazurkas, Nocturne, Ballade, Barcarolle et Fantaisie-Impromptu. Ces œuvres pour piano composées entre 1834 et 1846 reflètent tant sur le plan stylistique que sur le plan émotionnel les tourments d’un compositeur soumis en permanence aux aléas d’une inspiration qui semble le visiter sans cesse. Si le Nocturne qui ouvre ce concert est à l’origine une forme inventée par l’irlandais John Field, les 21 Nocturnes écrits par Chopin sont d’une complexité et d’une inventivité qui vont bien au-delà des 19 Nocturnes laissés à la postérité par ce compositeur qui est aussi l’auteur d’un Concerto pour piano et orchestre datant de 1799. Ce récital de Gaspard Dehaene est avant tout basé sur les Mazurkas (op.24, 30 et 63) mais il ne faut pas ignorer la présence de la Quatrième Ballade op.52 qui fait partie d’un ensemble de Quatre Ballades écrites entre 1831 et 1842. Dans cette forme si particulière, Chopin exprime avec une expressivité confondante sa faculté de transformer tout objet musical en pure poésie.

LA SUITE APRÈS LA PUB

Au sujet de l’instabilité rythmique générée par le genre Mazurka, s’articulant de manière assez déstabilisante sur des thèmes folkloriques polonais, les Mazurkas op.63 qui viennent pratiquement terminer ce concert en sont un parfait exemple. Ces trois dernières Mazurkas composées seulement trois ans avant la disparition de Chopin expriment avec passion les états d’âme d’un compositeur, basculant sans cesse entre mélancolie et émotion pure.

À l’issue de ce récital entièrement consacré à Chopin, le pianiste Gaspard Dehaene reçoit de la part du public de la Salle Gaveau un accueil chaleureux et lui offre en retour en guise de récompense deux bis magnifiques : d’abord un Impromptu de Schubert et la Valse de l’Adieu de Frédéric Chopin.

Gaspard Dehaene réussit avec panache un parcours sans faute dans l’univers de Frédéric Chopin. Un concert qui coïncide avec la parution d’un CD de l’artiste (A la Mazur – label 1001 notes) réunissant l’ensemble des œuvres présentées lors de ce récital Chopin.

Texte de Michel Jakubowicz 

Plus d’infos

  • « A la Mazur »
  • 1001 Notes !
  • Gaspard Dehaene, piano
  • Frédéric Chopin : Nocturne op. posthume en do dièse mineur
  • Mazurkas op.14
  • Fantaisie - impromptu op.66
  • Quatre Mazurkas op.30
  • Polonaise op.44
  • Barcarolle op.60
  • Berceuse op.57
  • Mazurkas op.63
  • Quatrième Ballade op.52
  • Mercredi 9 février 2022, à 20 h 30
  • Salle Gaveau
    45, rue La Boétie
    75008 Paris
    www.philippemaillardproductions.fr


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Salle Gaveau, Frédéric Chopin, Gaspard Dehaene

PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus