PUBLICITÉ
  • Jean-Pierre Robert
  • Musique

CD : la découverte d'un manuscrit de pièces de clavecin

Christophe Rousset Madame Theobon

Ce CD est le fruit de l’étonnante découverte faite par Christophe Rousset d'un manuscrit de pièces de clavecin ayant appartenu à Madame Lydie de Théobon, maîtresse de Louis XIV. Il renferme des compositions de Lully, notamment des transcriptions de musiques de ses opéras, outre des pièces d'autres musiciens contemporains. Un ensemble dont le claveciniste et heureux possesseur a organisé les quelques 80 numéros en un certain nombre de suites qu'il joue avec sa maestria habituelle sur un clavecin de sa collection, récemment rénové. 

Le hasard fait souvent bien les choses. C'est sur la plate-forme Ebay, en 2004, que Christophe Rousset a découvert l'existence d'un livre manuscrit de pièces de clavecin, qui, selon ses recherches, s'est révélé avoir été écrites au XVIIème et être la propriété d'une certaine Madame Théobon. Demoiselle d'honneur de la reine Marie-Thérèse, Lydie de Théobon sera la maîtresse de Louis XIV à partir de 1670, jusqu'à ce qu'elle soit congédiée de la suite de la reine en 1673, à l'instigation de Madame de Montespan. Elle deviendra ensuite demoiselle d'honneur chez la princesse Palatine, duchesse d'Orléans, qui demeurera sa vraie amie. Bien que non musicienne, Lydie de Théobon avait sans doute, selon Rousset, « à sa disposition les meilleurs maîtres de clavecin » qui ont pu confectionner ce livre manuscrit à des fins « pédagogique et de collection des meilleurs titres à posséder dans sa bibliothèque ». Ledit livre contient 80 pièces de clavecin, copiées par plusieurs mains, ce qui constitue « un beau témoignage de la pratique musicale du monde du clavecin dans de dernier quart du XVIIème siècle ». On comprend le bonheur de notre claveciniste après l'acquisition d'un tel trésor.  

LA SUITE APRÈS LA PUB

À des fins de bonne appréhension de cet ensemble, Rousset a pris le parti d'en organiser les pièces en les regroupant selon un classement par tonalité, de manière à former de petites suites par ton, qu'il intitule ''Pièces en Ré mineur'', ''en Ut majeur'', ''en Sol mineur'', etc... Chacune de ces suites est introduite par un prélude ou une ouverture et se compose de divers morceaux de la tonalité choisie. Les pièces du manuscrit sont majoritairement de Lully et singulièrement des transcriptions pour le clavier de musiques de ses opéras, que Rousset a pu aisément identifier de par sa fréquentation régulière de ceux-ci. Il en va ainsi d'Atys (''Les songes''), d'Armide (''Sommeil d'Armide'', ''Passacaille''), de Phaéton (''Prélude'', ''Chaconne'', richement ornementée), de Thésée (''La Descente de Mars & Menuet''), d'Isis (''Prélude pour les Muses''), de Le triomphe de l'Amour (fastueuse ''Entrée d'Apollon''), ou encore de la musique de scène pour Le Bourgeois gentilhomme (''Chaconne d'Arlequin'', enjouée dans sa ritournelle enivrante). Quant aux autres pièces du répertoire Lully, on entend la ''Chaconne de Galatée'' ou ''La Marche de Cadmus'', ou encore ''l'Ouverture de La Grotte de Versailles''.

Le manuscrit compte également des pièces d'autres musiciens contemporains de Lully. Ainsi de danses de Jacques Champion de Chambonnières (Allemande ''La Loureuse'' en Ré mineur, Sarabande en FA mineur intitulée ''Ô beaux jardins''). De Jean-Henri d'Anglebert, avec une Gigue en Ré mineur, une Chaconne en Do majeur et surtout des morceaux en Ré mineur tirés de l'ouvrage conséquent Les Folies d'Espagne, suite de couplets variés dans leurs tempos, autant de petits morceaux dansés. Il y en a également d'auteurs anonymes dont les musiques ne sont pas moins intéressantes. Tels des Préludes inédits ou le ''Branle des gueux'' en Ré mineur, inédit, une Sarabande en Sol mineur, ou cette pièce fort joyeuse intitulée ''Canaris'', également inédite, ou encore ce ''Menuet de Flore'' (''le vin et l'amour m'égayent tour à tour'')' joliment scandé, qui conclut ici les Pièces en Do majeur.  

L'exécution de ces œuvres doit beaucoup à l'instrument joué, un clavecin de Nicolas Dumont de 1704, restauré en 2016, propriété de Christophe Rousset. Aussi beau (d'après la photo sur la plaquette) qu'il sonne, sa belle mécanique offre une sonorité puissante quoique austère, avec un registre aigu très net et un grave d'une belle résonance. Outre la perspicacité ayant présidé à un assortiment logique de pièces disparates et l'originalité des enchaînements, on admire la souveraine maîtrise du jeu de Rousset. Mais cela est si bien connu désormais qu'il n'est nul besoin d'insister. Une seule certitude : cet album, en même temps qu'il constitue une nouvelle et originale incursion dans le répertoire baroque français, ajoute un autre laurier à une couronne déjà fort pourvue.

La prise de son, à l'Hôtel de l'Industrie à Paris, est un modèle de clarté et de relief.

Texte de Jean-Pierre Robert 

Plus d’infos

  • ''Le manuscrit de Madame Théobon''
  • Pièces pour le clavecin de Jean-Baptiste Lully, Jacques Champion de Chambonnières, Jean-Henri d'Anglebert, Jean Rousseau, Louis Couperin, Nicolas Lebègue, Pierre Gautier et d'anonymes
  • Christophe Rousset, clavecin
  • 2 CDs Aparté : AP 256 (Distribution : [PIAS])
  • Durée des CDs : 55 min + 67 min
  • Note technique : etoile verteetoile verteetoile verteetoile verteetoile verte (5/5) 

Écouter des extraits

LA SUITE APRÈS LA PUB

CD et MP3 disponibles sur Amazon 


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Louis Couperin, Christophe Rousset, Jean-Baptiste Lully, Jacques Champion de Chambonnières, Jean-Henri d'Anglebert, Jean Rousseau, Nicolas Lebègue, Pierre Gautier

PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus