PUBLICITÉ
  • Jean-Pierre Robert
  • Musique

CD : sonates pour clarinette du XXème siècle

Boundless Pablo Barragan Sophie Pacini

Voici réunies quelques sonates pour clarinette composées au milieu du XXème siècle, exploitant chacune une telle virtuosité que les présents interprètes les considèrent comme ''sans limite''. À celles de Bernstein, de Weinberg et de Poulenc, Pablo Barragán et sa complice Sophie Pacini associent une transcription inédite pour l'instrument de la Sonate pour flûte de Prokofiev.

La sonate pour instrument à vent a connu un essor sans précédent au siècle dernier. En particulier celle pour la clarinette. Des quatre œuvres inscrites au programme de ce CD, la Sonata for clarinet and piano de Bernstein vient chronologiquement en premier. Composée en 1941/1942, elle sera sa première partition publiée. Fort concise, elle est constituée de deux mouvements enchaînés : un Grazioso dont le début semble se souvenir des premières pages du Sacre du printemps et un Andantino qui bascule rapidement dans un Vivace e leggiero aux accents jazzy, traversés de plages de lyrisme. Des traits qui annoncent les tunes de West side story. Contemporain, Mieczysław Weinberg écrit en 1945 sa Sonate pour clarinette et piano op.28. Elle tient une place intéressante au sein du prolifique catalogue du compositeur d'origine polonaise qui occupa un rôle presque aussi important dans la musique russe que Prokofiev et Chostakovitch. Elle possède une construction originale qui voit la section lente placée en troisième et dernière position. Sa longue introduction confiée au piano est dans le ton de la musique klezmer jusqu'à ce que la clarinette se lance dans une sorte d'improvisation ponctuée de grands accords du clavier, avant que les deux voix s'unissent dans une fin plus apaisée. Ce dialogue serré caractérise la sonate dès son début, à l'Allegro où la clarinette est traitée de manière virtuose dans tous ses registres et à l'Allegretto médian en forme de marche qui va s'animant.

LA SUITE APRÈS LA PUB

La Sonate pour clarinette est l'avant-dernière œuvre de Poulenc. Composée en 1962, en même temps que sa Sonate pour hautbois, « mijotées dans la même casserole », elle sera créée l'année suivante à Carnegie Hall par Benny Goodman et Leonard Bernstein, en hommage à son auteur récemment disparu et à son dédicataire Arthur Honegger. Son écriture est fort habile pour la clarinette, nantie de traits gratifiants, et pas moins pensée pour le piano par un musicien lui-même excellent pianiste. Le premier mouvement Allegro tristamente possède un ton mélancolique. La Romanza qui suit est selon Poulenc une sorte de lamento, lyrique et modulant. Le finale Allegro con fuoco est presque gouailleur dans un tempo endiablé, flattant l'extrême aigu de la clarinette.

La Sonate pour flûte en Ré majeur de Serge Prokofiev connut un succès immédiat à sa création en 1943, au point que le violoniste David Oïstrakh en demanda derechef une transcription, qui fut créée l'année suivante par lui-même et Lev Oborin au clavier. C'est nul doute une des œuvres les plus séduisantes du répertoire chambriste de son auteur. Ainsi de son premier thème accrocheur qui bascule dans un discours modulant et paroxystique, du Scherzo très entraînant, joueur dans sa manière de ritournelle, d'un Andante chantant légèrement teinté de mélancolie et d'un finale con brio humoristique combinant marche et rythme allant, au fil de péripéties où les deux voix sont traitées sur un pied d'égalité. Pablo Barragán en a réalisé avec Kent Kennan un habile et fidèle arrangement pour la clarinette, qui retrouve l'esprit de l'original pour flûte, notamment quant aux traits logés dans l'extrême aigu de l'instrument et avec un je ne sais quoi de plus charnu dans la volubilité et le style pétillant.    

Au fil de ce programme chatoyant, on savoure la parfaite complicité entre les deux interprètes. Pablo Barragán a été formé à l’École supérieure de Musique Reina Sofia de Madrid puis à la Fondation Said-Barenboim de Berlin, ce qui le conduira à être soliste dans le West-Eastern Divan Orchestra que dirige ce dernier. Il est lauréat de divers concours internationaux dont l'ARD de Munich et Crédit Suisse jeunes solistes. À une technique irréprochable, il joint une grande sensibilité singulièrement dans des nuances pppp évanescentes. Lui répond un piano tout aussi sensible sous les doigts inspirés de Sophie Pacini.

Dans l'ambiance aérée d'une salle de la Südwestrundfunk, la clarinette est mise en avant, le piano parfois relégué sur la droite du spectre lorsque dans le registre aigu et peu enveloppant dans le grave.

Texte de Jean-Pierre Robert

Plus d’infos

  • ''Boundless'''
  • Francis Poulenc : Sonate pour clarinette
  • Leonard Bernstein : Sonate pour clarinette et piano
  • Mieczysław Weinberg : Sonate pour clarinette et piano
  • Serge Prokofiev : Sonate pour flûte en Ré majeur (trans. pour clarinette de Kent Kennan & Pablo Barragán)
  • Pablo Barragán (clarinette), Sophie Pacini (piano)
  • 1 CD Aparté : AP 287 (Distribution : [PIAS])
  • Durée du CD : 67 min
  • Note technique : etoile verteetoile verteetoile verteetoile verteetoile grise (4/5) 

CD disponible sur Amazon 

LA SUITE APRÈS LA PUB

Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Prokofiev, Francis Poulenc, Leonard Bernstein, Mieczyslaw Weinberg, Pablo Barragán, Sophie Pacini

PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus