Test Bluedio Victory : un casque actif monstrueux à 12 transducteurs

Bluedio Victory test ON mag

Bluedio est un fabricant chinois de casques assez originaux. Sa spécialité : les casques sans fil multi-transducteurs, une technologie prometteuse, finalement assez ancienne, mais qui n'a cependant toujours pas beaucoup d'adeptes. Bluedio est l'une des rares qui l'utilisent, et surtout la seule à notre connaissance qui intègre autant de transducteurs dans ses casques audio. Le modèle Victory de la marque ne comporte pas moins six transducteurs par oreillette, une entrée numérique optique, une fonction DAC USB, une liaison Bluetooth AptX... Que vaut cet extraterrestre tombé d'une soucoupe volante ? Slavi du blog KKSK a testé pour nous et il n'a pas été déçu de l'expérience... si l'on veut !

---------
RETROUVEZ TOUS NOS TESTS DANS NOS GUIDES ET MAGAZINES EN LIGNE
---------

L'idée d'une écoute sur multi-transducteurs n'est pas nouvelle et même plutôt ancienne. Le principe est le suivant : puisqu'il semble assez improbable d'obtenir un son parfait avec un seul haut-parleur, pourquoi ne pas en utiliser plusieurs, chacun dédié à une plage de fréquences bien spécifiques ? Si depuis des années, ce principe est utilisé avec succès sur les enceintes hifi, peut-il s'appliquer aussi bien à un casque audio ? Le Victory est de ce point de vue totalement hors norme. En effet, là où la plupart des casques se limitent généralement à un seul haut-parleur par écouteurs et très rarement deux, lui en utilise six.

Un emballage qui ne trompe pas et un produit complet d'une rigueur approximative

La boite du Bluedio Victory est typique de certaines productions chinoises. À rabat et dotée d'une structure carton encollée façon tapisserie, elle manque de précision au niveau des arrêtes. Imposante, elle nous vante à outrance toutes les fonctionnalités du produit, avec des erreurs en plus. Popularité grandissante oblige, Bluedio a choisi d'apposer également un macaron d'authenticité. À l'intérieur se trouvent, en plus du casque, un épais mode d'emploi à la traduction très approximative et une coque de rangement avec sa pochette interne pour les accessoires (adaptateur et câbles).

Tout ceci peut sembler correct, tant que l'on n'y regarde pas d'un peu plus près. Sans forcer, on constate assez rapidement un laxisme dans la finition des accessoires. Concernant la finition globale du casque, elle relève un peu le niveau. Conçues en plastique et aluminium noir mat, toutes les parties qui composent le Victory, assez massif, sont bien assemblées. Mais le prendre en main génère tout de même quelques craquements douteux.

Les écouteurs sont énormes, à l'image du bandeau qui l'est tout autant. Pour faciliter son transport, le casque peut cependant réduire son gabarit. Ses charnières sont dotées de pivots DJ qui autorisent un repli total des écouteurs vers l'intérieur. Circum-auriculaires, les coussinets sont aussi grands que confortables, mais leur diamètre interne s'avère un peu juste pour la plupart des oreilles. Avec des glissières en aluminium, on s’attendait à un réglage digne d'un casque haut de gamme. Grosse déception, il s'avère très imprécis et sans aucune graduation. À l'utilisation, les crans sont à peine perceptibles et manquent de fermeté. Dans ces conditions, il est très difficile de conserver le réglage initial.

bluedio france casque bluetooth victory 5 compressor

Un casque technologiquement très avancé et complexe...

L'une des qualités du Victory est sa connectique très riche. La puce haut de gamme intégrée, CSR 8670, n'y est pas étrangère avec quatre modes transmissions audio possibles. Tout d'abord en analogique par la classique prise mini-jack. Puis, jamais vu ailleurs, l'une de ces entrées supporte également le format S/PDIF optique, à priori garant d'une transmission sonore directe et sans perte. Ensuite par câble USB : le casque se comporte alors comme une carte son externe supportant une résolution jusqu'à 24 bits/48 kHz, ainsi que le multicanal 7.1. Enfin une connectivité sans fil par Bluetooth, avec bien entendu support du codec AptX (entre autres).

Avec des entrées jack sur chaque écouteur, le câble standard peut être branché sur n'importe quel côté. Pour tout le reste, ça se passe sur l'écouteur droit, pour l'optique comme pour l’USB. Nous retrouvons sur ce côté un bouton poussoir ON/OFF, et un autre juste en dessous pour les fonctions d'appel et de musique (Multi Function Button). Puis vient la prise micro-USB, et enfin le microphone. Sur toute la partie circulaire où figure la marque, nous avons les commandes tactiles (volume et passage de morceaux).

---------
À LIRE AUSSI : NOS AUTRES TESTS DE CASQUES SANS-FIL
---------

...à l'apparence audiophile uniquement

le Bluedio Victory intègre dans chacune de ses oreillettes six transducteurs : un boomer de 50 mm, un médium de 30 mm et quatre tweeters de 20 mm. Avec cette armada on pourrait s'attendre à des résultats ébouriffants, et bien, c'est un peu décevant.

En mode filaire analogique, le son du Victory s'avère bien trop typé, et rien ne le changera au fil des écoutes. Les basses sont omniprésentes, cognent sans retenue ni vergogne, masquant au passage une bonne partie du spectre. Pour ne rien arranger, un voile est aussi perceptible ce qui prouve un manque cruel dans les aigus. Dans ce méli-mélo sonore, quelques détails tentent de subsister grâce notamment à un son étagé qui peut mettre l'accent sur certaines sonorités habituellement peu audibles. Très curieusement, cela ne l'empêche pas d'être à peu près correct (attention, nous n'avons pas dit qu'il était bon) sur certains styles de musique, comme du classique ou du jazz : le fait d'avoir six haut-parleurs permet de mieux différencier les sons et gagner un peu en profondeur et étagements, tant que les basses ne sont pas sollicitées. Autrement, ça envoie du lourd et du bien gras, jazz ou pas, à la sauce boite de nuit. Et à la longue, l'écoute devient malheureusement fatigante.

Par voie filaire numérique, même déception : un bruit de fond systématique à faible volume s'invite durant toute l'utilisation, en optique ou USB et on a même droit à quelques "pops" aléatoires en lecture et sur certaines fréquences.

Enfin, l'essai par Bluetooth AptX ne s'est pas montré beaucoup meilleur. Nous avons rencontré exactement le même bruit de fond pendant l'écoute. Cependant, l'équilibre sonore était un peu mieux respecté avec un bon point pour la qualité de réception qui ne coupe pas, même avec obstacles, à plus de 25 pas de la source.

Le Bluedio Victory en images

Spécifications officielles

  • Type : circum-auriculaire fermé, actif, avec liaisons sans-fil (Bluetooth) ou filaires analogique et numériques (USB et optique)
  • Batterie : de 25 à 40 heures d'autonomie selon mode
  • Haut-parleurs : électrodynamiques, six voies
  • Impédance : 32 à 50 Ω
  • Réponse en fréquence : 10 Hz à 20 kHz 
  • Sensibilité : 112 dB
  • Câbles : deux câbles classiques, câble USB, câble numérique optique
  • Accessoires fournis : coque de rangement, adaptateur jack 6,35 mm
  • Poids : 446 g
  • Prix : 250 €

Notre avis

  • Confort : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile griseetoile grise(3/5)
  • Qualité de fabrication : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)
  • Polyvalence : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
  • Son : etoile bleueetoile bleueetoile griseetoile griseetoile grise(2/5)
  • Intérêt : etoile rougeetoile rougeetoile griseetoile griseetoile grise(2/5)

Offre Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Mots-clés: Bluedio

Comments est propulsé par CComment

Suivez nous

icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework