PUBLICITÉ

Test ampli intégré Gryphon Audio Designs Diablo 120 : le Diable s’habille de musique

Gryphon Diablo120 five stars ON mag

Digne descendant du Diablo 300 et remplaçant l’ampli HiFi au nom évocateur d’Attila, le tout dernier Gryphon Audio Designs Diablo 120 est né, comme le dit le dicton, avec une cuillère en argent dans ses circuits (son prix dépasse 10 000 €). Magnifiquement dessiné et construit, cet intégré stéréo de très haut niveau va faire chavirer plus d’un cœur d’audiophile tant il offre une musicalité capiteuse tout en étant d’une vélocité extraordinaire. Petit tour du tout dernier surdoué de cette marque danoise.

---------
RETROUVEZ TOUS NOS TESTS DANS NOS GUIDES EN LIGNE.
---------

LA SUITE APRÈS LA PUB

Flemming Rasmussen, diplômé en peinture et arts graphiques, puis importateur de produits haut de gamme grâce à sa société 2R Marketing, avait-il la moindre idée du succès qu’il allait rencontrer avec la marque Gryphon Audio Designs qu’il lança en 1985 ? Pas certain, mais force est de constater que 32 ans plus tard, Gryphon Audio Designs compte parmi les marques les plus emblématiques de la Hifi haut de gamme (voir reportage que nous lui avons consacré). Pour notre part, elle le mérite largement aussi bien par ses choix techniques que la régularité qualitative de ses productions. Sa toute première création fut le simple, mais très convaincant préamplificateur pour cellules analogiques Head Amp, un produit couronné d’un tel succès à travers le monde que Flemming Rasmussen décida dès le début des années 90 de se consacrer uniquement au design des produits de son cru.
Bien des blocs d’amplificateurs mono ou stéréo en Classe A à très large bande passante, capables de driver tous types d’enceintes, des préamplificateurs « dual mono », des lecteurs CD, dont le design et la musicalité trouvent encore aujourd’hui une continuité, ont participé à cette reconnaissance acquise au fil du temps. Le tout premier intégré de la marque vit le jour dès 1996 sous le nom de Tabu, il fut remplacé en 2009 par l’Attila pour être lui-même détrôné par ce tout nouveau Gryphon Diablo 120, une émanation du fameux modèle Diablo 300 dont il reprend bien des aspects techniques et esthétiques.

Gryphon Diablo1202

La forme dicte la fonction

Le Gryphon Diablo 120 reprend non seulement les canons esthétiques de son grand-frère, mais aussi techniques ; nous y reviendrons. Immédiatement, tout juste sorti de son emballage, le Diablo 120 respire la solidité, mais aussi la modernité, et ce malgré des lignes assez classiques. Les proportions de l’appareil sont idéales comme l’allure générale qui marie de façon élégante le métal et l’Altuglas. Mais ces proportions et l'architecture de l’appareil répondent à des exigences techniques dont nous ne tarderons pas à en comprendre le sens à l’écoute. La face avant illustre parfaitement ce subtil mélange, car formée par de larges plaques d’Altuglas que coupe en leur milieu un radiateur en métal, elle abrite en réalité tout le système de commande de l’appareil qui s'active par un simple effleurement de la main. Il n’y a pas à dire, c’est plutôt sympa.
Nous avons donc à gauche de l’écran de contrôle la touche de sortie de veille, une fonction "mute" et les deux niveaux de puissance tandis qu’à droite de ce même afficheur, nous pouvons choisir la source à écouter tout en ayant accès au menu de l’appareil. Là, plusieurs possibilités s’offrent à nous : choix de la luminosité de l'écran (100%, 75%, 50%, 25% et Off), assignation d’un nom à chaque entrée, possibilité de passer le Diablo 120 en simple bloc de puissance (By Pass) pour une intégration dans un système audio-vidéo, modification du niveau maximal ou mémorisation de celui par défaut lors de l'allumage de l’appareil, tout cela en jouant sur l’ensemble des touches tactiles de la face avant. Le paramétrage de l’appareil est un peu fastidieux, mais il participe une fois réalisé à une ergonomie que nous ne rencontrons que trop rarement sur un ampli HiFi intégré. Ces commandes sont secondées par une télécommande simple, mais d’un design très original ; décidément Mr Flemming Rasmussen est un esthète dans l’âme.

Gryphon Diablo120 ar

La face arrière en tôle épaisse nous offre une connectique riche, mais surtout de haute qualité. Nous comptons 6 entrées analogiques dont sur XLR Neutrik et cinq sur paires de RCA à isolant Teflon et plaquées or. S’ajoutent à cela deux paires de borniers haut-parleurs massifs pouvant accepter tous types de terminaisons. Ce sont les mêmes qui équipent tous les blocs de puissance de la marque tout simplement. Juste au-dessus de la connectique droite et gauche, un large espace permet l’ajout , soit d’un module de conversion numérique avec quatre entrées (USB, BNC coaxiale, AES/EBU et optique Toslink), soit d’une section phono PS2 pour cellules MM et MC.

Taillé pour satisfaire toutes les enceintes

À l'intérieur du Gryphon Diablo 120, une fois retirées les 16 vis du capot largement ajouré, nous découvrons avec admiration les entrailles de la bête. Immédiatement, il est clair que, comme pour le modèle Diablo 300, le concepteur a choisi une configuration en vrai double mono, un montage de type fil droit avec du gain. Tout l’espace du milieu de l’appareil est partagé entre une carte épaisse quatre couches abritant les étages d’entrée du Diablo 120 et un transformateur Holmgren à double enroulement secondaire d’une capacité de 1200 VA. Ce dernier a été réalisé sur cahier des charges propre à Gryphon. C’est très certainement la pièce de l’appareil qui en fait son poids de 26 kg tant elle est imposante. Placées à la verticale et accolées à deux dissipateurs de chaleur surdimensionnés qui forment les côtés droit et gauche de l’appareil, nous tombons sur les deux circuits d’amplification, toujours disposés sur d’épais circuits époxy à piste en cuivre de 70 µm d’épaisseur.
À la différence du modèle Diablo 300, ce 120 dispose de deux paires de transistors bipolaires Sanken (à la place de quatre) par canal, raison pour laquelle la puissance de l’appareil est de moitié par rapport à son grand-frère. Idem pour le filtrage qui est assuré par pas moins de 12 (6 par canal) condensateurs Nichikon de 10 000 µF chacun, la capacité étant au total à 60 000 µF par canal : une réserve de puissance instantanée assez considérable. Les quatre transistors fonctionnent en Classe AB sans que soit ajoutée une quelconque contre-réaction, une technique chère à Gryphon Audio Designs. Autre pièce maîtresse pour un intégré ou un préamplificateur : la commande de volume. Là aussi, Gryphon a fait preuve d’audace et de sérieux. Il s’agit d’un atténuateur passif géré par un microprocesseur qui, à chaque pas, ne fait intervenir que 6 résistances au maximum limitant toute perte de qualité du signal audio. Tout ce système de commande comme l’écran est alimenté séparément des circuits d’amplification, une façon d’éliminer les risques d’interférences. Et effectivement, lorsque nous activons la commande de volume ou le changement de source, aucun bruit parasite n’est perceptible en cours d’écoute. Ce n’est pas souvent le cas avec ce type de procédé.

LA SUITE APRÈS LA PUB

Gryphon Diablo120 int2

Plus que de simples options

Comme dit plus haut, le Diablo 120 peut s’enrichir, soit d’une section de conversion numérique/analogique (D/A), soit d'une section phono. Le module D/A est issu du convertisseur très haut de gamme Kalliope. Il compte 4 entrées distinctes avec une USB asynchrone, 1 symétrique AES/EBU 115 Ω par XLR, une S/PDIF par une BNC 75 Ω et enfin une optique Toslink. La résolution maximale de l’USB grimpe jusqu’à 32 bits/384 kHz en PCM et accepte aussi les flux DSD en mode natif suivant les systèmes d’exploitation des ordinateurs raccordés (Windows DSD512, Mac Os DSD128 et Linux DSD128 sous DoP). À part l’entrée optique qui est limitée à 24 bits/96 kHz, les deux autres connexions peuvent traiter des signaux numériques jusqu’à 24 bits/192 kHz. Ce module 120 DAC est configuré autour d’une puce Sabre ES9018 tandis que tous les étages de sortie bénéficient d’une véritable topologie double mono fonctionnant en pure Classe A. Les mêmes recettes sont, ici, appliquées avec un circuit de forte épaisseur et à larges pistes en cuivre, ce module DAC 120 possède de nombreuses régulations d'alimentation afin de supprimer tous bruits digitaux.
Basé sur le légendaire préampli phono Legato, le module additionnel pour cellules phonolectrice du Diablo 120 ne comprend que des composants de très haut niveau. Quatre petits inverseurs permettent un réglage fin suivant le type de cellule utilisée. Ils permettent une adaptation en gain (64 dB MC et 42 dB MM) et en impédance (20 ou 100 Ω pour les bobines mobiles et 47 kΩ/200pf pour les bobines à aimant mobile). Nous retrouvons, là aussi, une architecture des circuits de type double mono pour une parfaite séparation des canaux avec transistors bipolaires en sortie.

 Gryphon Diablo120 ps2

Inutile de préciser qu’il est agréable, pour ne pas dire jouissif, de tomber sur un tel amplificateur. Le Diablo 120 de chez Gryphon Audio Designs est magnifiquement construit tant sur le plan mécanique qu’électronique. On ne compte pas le nombre de protections dont il dispose, mettant à l’abri son propriétaire d’une quelconque avarie si d’aventure une mauvaise manipulation survient. De plus, son utilisation est hyper agréable et est une promesse au voyage. Voyons comment ce diable d’ampli chante ?

Gryphon Diablo1203

---------
À LIRE AUSSI : NOS AUTRES TESTS D'AMPLIS HIFI
---------

LA SUITE APRÈS LA PUB

Écoute : chaleur et humanité

Nous avons pu conserver ce Gryphon Diablo 120 quelque temps ce qui nous a permis de l’essayer avec différentes sources bien entendu, mais aussi en simple intégré analogique ou avec sa section Dac. Idem pour les câbles : nous avons, suivant les sources (platine VPI Prime + cellule Kiseki Blue NS + Jolida JD9, Lumin A1 et lecteur CD/DVD Goldmund Metis), essayer du Eterna de chez Esprit Audio comme du Goldmund Lineal ou du Nordost en modulation et secteur avec du Red Dawn et du Frey 2. Au niveau enceintes acoustiques, nous sommes fidèles à nos Grand Cru Horizon et câbles Eterna, un mariage parfaitement réussi d’ailleurs.
Si Flemming Rasmussen n’a pas hésité à appeler cet ampli Diablo, souhaitait-il faire référence à son caractère puissant et musclé ? Son alimentation surdimensionnée et son impédance basse en sortie vont, il est vrai, dans ce sens.
Et bien, autant dire que ce Diablo 120 est bien plus que cela. Il se montre aussi envoutant, capiteux, riche en timbre, énormément plus de délicat donc que son nom ne le suggère. Si cet ampli sait affectivement piloter tous types d’enceintes, cela se sent dès que l’on pousse le niveau, il tient bon le cap sans la moindre marque de faiblesse ou de gêne. Assez rapidement, nous le sentons doué d’une véritable propension à matérialiser le message sonore ; il installe une scène sonore tout en profondeur et d’une présence tactile magnifique. Avec lui, il y a du poids et de la chair sur chaque note, la restitution sonore devenant beaucoup plus charnelle et vivante, ce qui nous rapproche d’un son purement analogique. Les timbres sont magnifiquement restitués, le nombre de nuances et micro-détails de la restitution concourent largement à cet effet de réalisme. Le Gryphon Diablo 120 est généreux sur ce point avec un haut du spectre doux et chaud qui se déploie parfaitement avec un grave tonique et d’une profondeur abyssale.

Fabio Biondi Leclair Violin Concertos Op 7 Nos 1 3 2

L’analyse du message sonore est très poussée, mais sans pour autant devenir froide, car sa transparence ne tombe pas dans une sorte de caricature qui mettrait une partie du spectre en avant au risque de dénaturer la justesse des timbres. Il est évident que le haut du spectre, fouillé et nuancé s’articule avec un médium plein et charnu. L’exemple nous en est fourni par l’écoute des Concertos pour Violon Opus 7 du compositeur baroque Jean-Marie Leclair, joué et dirigé par Fabio Biondi (24 bits/88,2kHz) et l’orchestre Europa Galante. Le jeu en soliste du violoniste Fabio Biondi, comme ses ornements et phrasés musicaux sont particulièrement soulignés par le Diablo 120 qui montre à cet effet beaucoup de nuance. Cet amplificateur sait souligner avec discrétion et cohérence la sonorité de ce violon baroque comme l’alto, le violoncelle ou encore de la violone (grande viole), des instruments qui ne manquent pas d’accompagner et de soutenir ce soliste en arrière-plan. L’image stéréophonique organise chaque rang d’instruments au sein d’une scène sonore parfaitement structurée. Nous employons souvent le terme d’holographique, avec cet ampli il prend une signification toute différente. Il y a de l’air entre chaque musicien avec une profondeur de champ vraiment remarquable. En plus, tout se passe dans une ambiance que berce une certaine douceur, nous laissant penser à un appareil fonctionnement en Classe A. Il a cette chaleur, cette douceur que rien ne semble déranger.

Nous retrouvons ce velouté sur le piano accompagnant Claude Nougaro sur son titre Eau Douce de son album La Note Bleue (16 bits/44 kHz). Le timbre de la voix de ce compositeur et interprète est parfaitement reproduit. Son accent comme son grain légèrement roulant se retrouve magnifié par cet amplificateur. Puis les morsures des coups de baguettes sur les cymbales de la batterie offrent un réalisme supplémentaire comme le piano qui ne cesse d’osciller entre douceur et vivacité. C’est clair, précis, mais pas étincelant, ce qui se traduirait par une coloration dans le haut du spectre. Le Gryphon Diablo 120 humanise la restitution avec ce côté chaud et lisse. Nous sommes également agréablement surpris pour ne pas dire charmé par l’apparition de la cantatrice Natalie Dessay dans le morceau Autour de Minuit, une composition de Thelonious Monk. La véracité des différents timbres, l’homogénéité de la scène sonore qui accuse une profondeur et un sens de du rythme indéfectible, tout joue pour que l’émotion soit au cœur de cette écoute.

Nougaro la note bleue

Et là, nous ne pouvons pas nous empêcher d’aller voir un peu ce que ce Gryphon Diablo 120 a sous le pied avec le fameux Hey Now du LP If You Wait du groupe London Grammar. La basse électrique déboule dans notre pièce avec un niveau et une tenue superbes. Cet amplificateur tient les enceintes à bout de bras avec une parfaite maîtrise de tous les écarts de niveaux. Le bas est fourni, puissant tout en ne bavant à aucun instant. Au milieu de ce tumulte de son, le jeu du batteur reste parfaitement lisible comme celui du guitariste qui n’est pas noyé dans ce déluge de son. Nous avons terminé nos écoutes avec le tout dernier Carl Graig, Versus, qui mélange avec bonheur et force une partition purement électro avec un orchestre classique joué par Les Siècles conduit par l’iconoclaste chef d’orchestre François-Xavier Roth. Le Gryphon Diablo 120 tient le bas du spectre avec une fermeté et un niveau que seuls les amplis à l’alimentation bien réalisée peuvent faire. Malgré un volume fort, il n’en oublie pas le moindre détail ou la moindre sonorité ajoutée ci ou là, des sons électroniques qui se mêlent à tous les instruments classiques acoustiques cette fois. Le pouvoir de séparation, comme celui de positionner chaque source sonore dans l’espace confine au génie. Même avec de la musique électronique que coupent des accords de piano virulents ou encore un rang d’instruments à vent ( trompette, trombone, trombone basse et tuba), cet intégré arrive à parfaitement distinguer chaque note tout en lui offrant une palette de couleurs juste et variée. Il lui arrive d’être violent, bousculant même si la musique le demande, mais il sait le faire avec classe et distinction.

LA SUITE APRÈS LA PUB

Carl Craig Versus feat Francesco Tristano Les Siec

Conclusion

Inutile de dire que ne ce furent pas les seules pièces musicales que nous avons mises entre nos oreilles. Le Gryphon Diablo 120 est le genre d’amplificateur qui nous fait replonger dans toute notre discographie pour redécouvrir chaque titre ou album. En résumé, ce Diablo 120 a tout pour lui : fabrication, puissance, vélocité et qualité des timbres : un appareil qui nous a bouleversés tant il offre une musicalité chantante tout en étant vraie. Un must à découvrir.

Source : gryphon-audio.dk

Le Gryphon Diablo 120 décortiqué par On-Mag

Système d’écoute

Platine vinyle VPI Prime + cellule MC Kiseki Blue N.S
Préampli phono Jolida JD9 à tubes
Lecteur réseau Lumin S1 (deuxième génération)
Enceintes Grand Cru Horizon
Câbles de modulation : Esprit Eterna, et Goldmund Lineal
Câbles secteur Nordost et barrette Supra
Câbles enceintes : Esprit Eterna

Spécifications

  • Connectique : 5 entrées analogiques dont 1 symétrique en XLR
  • Option Dac : PCM/DSD avec 1 USB, 1 BNC S/PDIF, 1 AES/EBU, 1 optique
  • Option Phono : MM et MC
  • Puissance: 2 x 120 W sous 8Ω, 2 x 240 W sous 4Ω, 2 x 440 W sous 2Ω
  • Impédance de sortie : 0.03 Ω
  • Bande passante (-3 dB):  0.1 Hz à 250 kHz
  • Capacité en courant : 2 x 60,000 μF
  • Gain : +38 dB
  • Rapport signal/bruit : > 85 dB
  • Distorsion : < 1% à 120 W
  • Impédance d’entrée : symétrique 40 KΩ, asymétrique 8KΩ
  • Fonction bypass pour intégration dans un système Home Cinéma
  • Dimensions : 48 x 17.5 x 42 cm (LxHxP)
  • Poids : 26,2 kg
  • Prix : 10 680 € (option Dac 4 080 €, option Phono 2 150 €)

Notre avis

  • Qualité de fabrication : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleue(5/5)
  • Équipement : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile grise(4/5)
  • Design/finition : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleue(5/5)
  • Performances sonores pures : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orange(5/5)
  • Musicalité : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleue(4.5)
  • Intérêt : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orange(5/5)


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Gryphon

PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus