icon facebook icon youtube icon qwant icon tumblr icon pinterest icon rss

Test casque Sharkk Bravo : une alternative hybride électrostatique/dynamique abordable

gal sharkk bravo 003

2008, naissance d'une idée, celle que les systèmes audio actuels n'offrent pas la meilleure qualité possible. Après 5 ans de gestation, la compagnie audio américaine Sharkk est fondée. Pour départ, elle se lance dans la réalisation d'un prototype de casque audio basé sur la technologie Electrostatz de VeriSonix Ltd, combinant un haut-parleur dynamique et un autre proche de l'électrostatique. C'est ainsi qu'en 2016, le casque Sharkk Bravo, équivalent du VeriSonix N100B, se retrouve propulsé sur la plateforme Indiegogo puis disponible un an après via Amazon. Remonté à bloc après un bon mojito et des vacances qu'il n'a pris que fin septembre (snif ! ), Slavi du blog kksk en a donc profité pour tester cet équipement peu répandu, mais très intéressant !

>>> RETROUVEZ TOUS NOS TESTS DANS NOS GUIDES ET MAGAZINES EN LIGNE.

Contre toute attente, les casques hybrides électret ou électrostatiques n'ont rien d'une nouveauté. Plusieurs constructeurs s'y sont déjà essayés, avec plus ou moins de succès. Citons AKG et son mythique K340, aujourd'hui encore plébiscité par de nombreux audiophiles. Ou plus récemment le Dharma (D1000) d'ENIGMAcoustics. Créé en 2010, VeriSonix est un fournisseur de solutions spécialisé dans la conception et la fabrication de haut-parleurs flexibles haute performance, dits EFL (Electret Flexible Loudspeaker). Ces haut-parleurs étaient à l’origine développés par Taiwan electrets electronics corporation (TEEC), fondé en 2008.

gal sharkk bravo 042

Via cette technologie, VeriSonix propose alors un système hybride assez abordable dénommé Electrostatz, qui fait le bonheur de quelques marques au nez creux (Mitchell & Johnson, Cyberdrive, Sharkk, etc). Il combine un haut-parleur dynamique et un mini panneau EFL, proche de la technologie électrostatique et électret. Ce dernier s'autopolarise et ne nécessite donc pas d'alimentation dédiée et séparée comme les véritables casques électrostatiques. Mais il permet d'approcher une vitesse de rendu supérieure à celle des transducteurs électrodynamiques et d'atteindre de plus hautes fréquences, le tout avec une meilleure précision.

Dans le cas du module Electrostatz et du casque Sharkk Bravo, un haut-parleur dynamique de 40 mm (d'autres modèles possèdent des unités de 50 mm) se trouve épaulé par le panneau EFL à partir des 1 kHz. VeriSonix évoque également des brevets, mais seul le cadre d'agencement des deux éléments (transducteur et panneau) semble concerné. De fait, cet ensemble se trouve certifié Hi-Res, c'est-à-dire allant au minimum jusqu'à 40 kHz, là où la majorité des casques audio se bornent aux alentours de 20 kHz. Et VeriSonix ne se contente pas de proposer simplement sa technologie à qui veut la prendre, non. La société l'intègre directement dans ses propres casques suivant un cahier des charges précis, pour les marques intéressées par un produit tout-en-un. Sharkk fait donc partie de celles-ci et semble s'être contentée du modèle N100B, dans son plus simple appareil...

gal sharkk bravo 044

Quoi qu'il en soit, le Sharkk Bravo reste somme toute un casque très original, à l'inverse de son packaging, dont les origines asiatiques ne font aucun doute. Contrairement à ce que laissent penser les photos et les vidéos du produit, le Sharkk Bravo est entièrement réalisé en plastique. Et on ne peut pas dire que l'usage d'une peinture grise soit très judicieuse, sachant qu'à l'usage, elle finit par laisser entrevoir le plastique juste en dessous. À défaut de donner une impression de qualité du Sharkk Bravo lorsqu'on l'a en main, cela le rend suffisamment léger à porter et très malléable. 

gal sharkk bravo 039

Il faut aussi noter que l'assemblage, s'il n'affecte en rien la solidité de l'ensemble, manque néanmoins de précision. Il est vraiment dommage que Sharrk n'ait apporté aucune touche personnelle au modèle N100B, se contentant par exemple d'un bandeau aux coutures rouges parfaites, mais qui reste désespérément vide de décoration. Quant à son câble, d'une banalité tout aussi affigeante même s'il se trouve coudé et doté de prises plaquées or, il ne porte pas non plus de logo. Mais surtout, il aurait dû se montrer un poil moins bavard et ne pas transmettre tous les frottements à faible volume.

Passées ces premières petites déceptions, le Sharkk Bravo se montre heureusement très confortable. Ses oreillettes légèrement pivotantes y contribuent grandement, comme ses coussinets, amovibles et d'un moelleux assez exceptionnel. Le confort l'emporte logiquement sur l'isolation phonique. L'arceau, s'il ne présente aucune graduation, s'ajuste et se "fixe" par système de pincement.

Une écoute homogène et douce

En pratique, on ne constate aucun déphasage de fréquences ni même de sonorité cristalline haut perchée. Contre toute attente, le rendu se montre homogène et doux, ce qui ferait même douter par moment de la présence d'un panneau électrostatique, sensation qui se trouve heureusement limitée à quelques morceaux bien trop simples pour révéler le potentiel du Sharkk Bravo. Malgré une courbe de mesure qui semble pourtant démontrer le contraire, ses basses ne sont pas envahissantes et s'avèrent suffisamment contrôlées. Les voix profitent aussi d'une chaleur et d'une présence appréciables, elles sont agréables et proches, correctement intelligibles.

Mais pour entendre de quoi le Sharkk Bravo est capable (en matière de définition et détails), il ne faut pas se priver de le titiller, avec des sonorités complexes et faisant appel à une large palette de fréquences. Et ce n'est qu'à l'écoute de certains sons plus hauts qu'il s'affirme et que l'on peut percevoir la différence avec un casque classique simplement électrodynamique. L'usage d'une telle technologie permet aussi d'obtenir plus de profondeur et de réalisme sur les microdétails que le panneau EFL, tout en conservant de la chaleur dans les voix et du punch (la qualité du transducteur dynamique le permet).

Le casque Sharkk Bravo décortiqué par Slavi pour ON-mag

>>> À LIRE AUSSI : NOS AUTRES TESTS DE CASQUES et ÉCOUTEURS

Récent et pourtant déjà vintage 

Le Sharkk Bravo est un casque des plus atypiques par son design et sa technologie. Globalement réussi et plus abordable que ses concurrents (comparé au modèle techniquement le plus proche, le MJ1 de Mictchell & Johnson), on regrettera tout de même son manque d'originalité par rapport à la version initiale N100B de VeriSonix. On retiendra donc du Sharkk Bravo qu'il est un casque avant tout polyvalent et très confortable, qui préfère qu'on le pousse un peu plus afin de pouvoir en apprécier le plein potentiel. Malgré ses nombreuses qualités, il n'est curieusement plus disponible au catalogue des produits de Sharkk, ce dernier préférant s'orienter vers des produits de masse (génériques ?) plus conformistes. Le Bravo restera donc, à l'heure de ce test, un casque réservé aux collectionneurs et aux chineurs de produits hors-normes !

Site du fabricant : Verisonix N100B

Spécifications officielles

  • Référence : Bravo / N100B
  • Type : casque circum-auriculaire filaire et fermé
  • Transducteurs : Electrostatz (40 mm dynamique + Panneau EFL 4030)
  • Réponsee en fréquence : 6 Hz - 45 kHz
  • Sensibilité : 118 dB
  • Impédance : 32 ohms
  • Câble: fixe 3,5 mm plaqué or
  • Poids : 294 grammes
  • Prix :249 €

 L'avis de ON-mag

  • Construction :  etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise (3,5/5)
  • Polyvalence : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile grise (4/5)
  • Ergonomie et Confort : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleue (4/5)
  • Musicalité : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleue (3,5/5)
  • Intérêt : etoile orangeetoile orangeetoile orange(3,5/5)


Autres articles qui peuvent vous intéresser sur le web et On-mag.fr


Mots-clés: Sharkk

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework