icon facebook icon youtube icon qwant icon tumblr icon pinterest icon rss

Test enceinte Davis Acoustics Courbet n°7 : une altesse populaire et libérée

Davis Courbet No7 test OnMagFr

Avec sa nouvelle série d'enceintes Courbet, la marque française Davis Acoustics semble s'intéresser un peu plus au design. Un coffret très élancé et légèrement incliné vers l'arrière ainsi qu'une large base habillée de bois véritable sont les signes distinctifs de sa référence haut de gamme, Courbet n°7. Mais heureusement, cette approche à l'apparence plus aristocratique ne l'a pas coupée des aspirations du peuple audiophile.

>>> RETROUVEZ TOUS NOS TESTS DANS NOS MAGAZINES ET GUIDES EN LIGNES

Davis est une marque française discrète, presque humble, mais qui fait partie du paysage de la Hifi depuis plusieurs décennies. Elle possède un savoir-faire acoustique indéniable transmis de génération en génération et qui se singularise par son approche réellement populaire (dans le sens noble du terme). Davis Acoustics a aussi la particularité rare de fabriquer ses propres haut-parleurs, c'est d'ailleurs à l'origine sa spécialité. Sans être prétentieuses ou artificiellement luxueuses, ses enceintes sont étudiées avec amour et toujours proposées à des prix très démocratiques compte tenu de la qualité des composants qu'elles embarquent.

Une grande colonne qui a de l'allure, fruit d'une union entre une très audiophile enceinte de bibliothèque et un caisson de basses

La Davis Acoustics Courbet n°7 rompt un peu avec les canons esthétiques très classiques, voire un peu rétro, auxquels nous a habitué le constructeur français de Troyes. L'ébénisterie de l'enceinte, réalisée en panneaux de médium de bonne épaisseur (jusqu'à 27 mm pour le baffle), revêt une peinture noire laquée ou blanche satinée selon la finition choisie. Elle est légèrement inclinée vers l'arrière et montée sur une base excentrée arborant un placage en bois véritable. Cette géométrie et sa finesse confèrent à la Davis Courbet n°7 une allure assez particulière, qui ne laisse pas indifférent. Mais l'ensemble est parfaitement stable et cette géométrie est aussi dictée par de bonnes raisons acoustiques. Du fait de son inclinaison, l'ébénisterie de la Courbet n°7 présente en effet moins de parois internes parallèles, ce qui limite les effets parasites de résonances et ondes stationnaires.
En outre, la structure est divisée en deux compartiments distincts. Le compartiment supérieur représente un peu moins d'un tiers du volume total. Il accueille le tweeter et le transducteur de médium. Le tweeter est le nouveau modèle haut de gamme de Davis. Il est équipé d'un dôme en textile imprégné de 28 mm et d'une chambre de décompression arrière tubulaire. Le transducteur de médium de 13 cm est typique des réalisations de la marque, doté d'une membrane jaune en fibres de Kevlar tressées avec ogive centrale en métal solidaire du moteur. Identique au boomer de la Davis Olympia One Master, il est accordé comme lui en bass-reflex, par un petit évent tubulaire arrière.
La partie supérieure de la Courbet n°7 est donc très proche de l'enceinte de bibliothèque Olympia One Master qui a été récompensée d'un Diapason d'Or en 2016. Quant à la partie inférieure, il s’agit d’un volumineux caisson de grave qui donne la possibilité à la Davis Courbet n°7 de descendre jusqu'à 40 Hz. Elle est accordée par un large évent tubulaire frontal et montée d'un woofer de 17 cm à cône en fibres de carbone tressées, très léger et rigide, bien adapté à un fonctionnement en piston.

davis courbet n7 la paire

Fidèle à notre habitude, nous avons inspecté l'intérieur de la Davis Courbet n°7 et ses composants. On est loin d'une construction industrielle standardisée et cela respire l'artisanat soigné. On remarque les nombreuses cloisons ajourées des renforts internes ainsi que les solides saladiers des haut-parleurs en métal moulé par injection, ou encore la qualité du câblage. Les composants du filtre sont sélectionnés et montés "en l'air" suivant une méthode audiophile haut de gamme.

>>> À VOIR AUSSI : NOS AUTRES TESTS D'ENCEINTES HIFI

Davis Acoustics n°7, ou l'art de l'équilibre entre justesse, subtilité et générosité

Sur le terrain, les Davis Courbet n°7 sont des enceintes relativement dociles, faciles à alimenter. Lors de l'installation, il faudra cependant bien les ajuster en direction de la zone d'écoute, car leur transducteur de médium est relativement directif.
De prime abord, ces Courbet n°7 ne semblent pas particulièrement démonstratives ni très percutantes. Lors d'une écoute rapide, on pourrait même passer un peu à côté, et pourtant, elles ont des qualités forts appréciables. On n'y prête pas garde au début, mais au fil du temps, en les essayant avec différents amplificateurs (dont un Densen B-175 et un Arcam SA20), on se met à les apprécier de plus en plus pour leur cohérence, leur souplesse, leur justesse. Leur grave peut sembler un peu rond, mais lorsqu'il est bien tenu par l'amplificateur, ce qui est le cas avec le Densen B-175 qui est excellent dans ce domaine, il se montre particulièrement bien articulé et rapide. L'aigu se montre lui d'une grande douceur tout en faisant état d'une très belle définition.
Les Davis Courbet n°7 sont déjà de grandes enceintes desquelles se dégagent beaucoup de classe et de subtilité. Elles concilient savamment délicatesse et générosité. Avec elles, la musique est épanouie, mais pas rentre-dedans. Lorsqu'elles sont bien positionnées, elles savent aussi délivrer une image sonore très ample et aérée, pleine de relief. En compagnie de l'ampli Arcam SA20, elles nous ont offert une image stéréophonique en 3D, holographique, totalement envoûtante. Leur registre médium est d'une qualité de timbre qui fait honneur à la réputation des transducteurs à membrane Kevlar de la marque. Les voix sont empruntes d'une superbe délicatesse, tout en ayant de la force et de la présence. Les Davis Acoustics Courbet n°7 ne cherchent pas à trop en faire, mais évitent aussi l’écueil d'enceintes à la restitution trop retenue. Elles ont de l'emphase, de la richesse, sans pour autant se montrer trop impressionnantes, ou d'une personnalité envahissante et fatigante. La musicalité est assurément au rendez-vous. Et les Courbet n°7 se montrent de plus en plus agréables à vivre au fil du temps passé avec elles.

La Davis Courbet n°7 décortiqué par ON mag

Spécifications des Davis Acoustics Courbet n°7

  • Type : enceinte colonne, 3 voies, bass-reflex
  • Tweeter : à dôme de 28 mm en textile imprégné
  • Médium : 13 cm à membrane en fibres de Kevlar tressées
  • Woofer : 17 cm à membrane en fibres de carbone tressées
  • Fréquences de coupure du filtre : 400 Hz et 4 kHz
  • Puissance nom./max. : 130/200 W
  • Rendement : 92 dB
  • Impédance : 4 à 8 ohms
  • Bande passante : 40 Hz à 25 kHz
  • Dimensions : 110 x 18,5 x 28.5 cm
  • Poids : 24 kg
  • Prix : 4500 € la paire

Site web du constructeur : www.davis-acoustics.com

Notre avis

  • Qualité de construction : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile grise(4/5)
  • Design et finition : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleueetoile grise(3,5/5)
  • Performances : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile demi orangeetoile grise(3,5/5)
  • Musicalité : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleue(4,5/5)
  • Intérêt : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile demi orange(4,5/5)


Autres articles qui peuvent vous intéresser sur le web et On-mag.fr


Mots-clés: Davis Acoustics

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework