Test enceinte Sonos Roam : richesse multiroom et maîtrise sonore en mode mini et waterproof

Sonos Roam test ONmag

Véritable pionnier de l'enceinte audio connectée et multiroom, Sonos propose avec sa nouvelle Roam un produit très innovant à défaut d'être unique, plaçant son écosystème au sein d'une enceinte autonome et transportable. De quoi promettre une liberté totale des usages, en alternant nomadisme et sédentarité dans un appareil très compact et abordable.

LA SUITE APRÈS LA PUB

Sonos Roam

Type : enceinte nomade Bluetooth/Wi-Fi IP67
L’avis de ON-mag :etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleue(5/5)
Prix de lancement :  180 €

>>> RETROUVEZ TOUS NOS TESTS DANS NOS GUIDES ET MAGAZINES EN LIGNE 

Un amour de petite enceinte discrète

Alors que la Sonos Move prenait déjà le chemin de la compacité et de la poudre d'escampette, la Roam passe clairement un cap. Ici, la marque ne s'éloigne en rien du sobre design qui caractérise ses productions, mais tout est présenté dans des dimensions extrêmement réduites. Même pour une enceinte Bluetooth nomade, la Roam passe pour un poids plume puisqu’elle pèse à peine 430 g et mesure 168 x 62 x 60 mm.

Test Sonos Roam 2

Son approche en forme de totem aux trois faces arrondies est particulièrement appréciable, car cela permet de l’installer debout ou couchée, tout en assurant une parfaite préhension, même d'une seule (petite) main. Sur ce point, Sonos propose ce qui se fait de plus agréable en la matière.

La fabrication est très sérieuse et portée par une certification IP67 (waterproof). Si l'on ne retrouve pas la rugosité des vraies enceintes baroudeuses comme la Marshall Emberton ou la joie colorée des modèles festifs comme la XB33 de Sony, la Roam se démarque par son côté "chic" très assumé.

LA SUITE APRÈS LA PUB

Test Sonos Roam 3

Sonos suit la tendance du tout connecté, ainsi seule une prise de recharge USB-C est présente, non protégée qui plus est. Celle-ci est secondée par une compatibilité avec la recharge par induction.

 

Univers Sonos et plus encore, mais en mode réseau

Contrairement à ce que son format pourrait laisser croire, la Sonos Roam n'est pas seulement une enceinte Bluetooth, même si cela reste l'une de ses fonctions premières. Stable et longue portée, la qualité de connexion dans ce mode est facilitée par la compatibilité avec les codecs audio les plus simples : SBC et AAC. Notre seul véritable regret concerne l'absence de connexion Multipoint.

Mais surtout, l'intégration d'un module WiFi permet à la Sonos Roam de se comporter comme n'importe quel produit de l'univers Sonos S2 (l'application de pilotage dédiée à tous les appareils récents de la marque). En plus d'une compatibilité AirPlay 2 qui ravira les utilisateurs Apple, la Roam peut s'intégrer à l'écosystème multiroom et connecté de Sonos, ce qui donne l'accès direct à des services de streaming du type Spotify ou Qobuz (jusqu'en 24 bits/48 kHz), permet la gestion d'une musicothèque disponible sur le réseau local, ou encore d’assurer les fonctions d'enceinte intelligente (à commande vocale), en prenant en compte les divers assistants du marché (Alexa, Google Assistant et Siri).

Test Sonos Roam 7

À ce titre, l'ergonomie est aussi bonne que celle de l'enceinte Move, sa plus proche cousine. Dans l'interface de pilotage, tout est très clair et Sonos propose de nombreux petits tutoriels pour accompagner l'utilisateur. L'expérience utilisateur est exemplaire, même si quelques fonctions restent un peu trop cachées dans l'arborescence des menus de l'appli Sonos S2.

LA SUITE APRÈS LA PUB

L'enceinte Sonos Roam intègre le système de calibration automatique (désactivable) TruePlay de Sonos, qui adapte sa sonorité par rapport à la pièce (via une mesure par ses microphones intégrés). Ce n'est pas tout, puisque le fabricant met également en avant une fonction très innovante baptisée Sound Swap. Celle-ci permet à la Roam, si elle est placée près d'enceintes et barres de son de l'univers Sonos S2, d'envoyer le son vers l'autre enceinte ciblée via un simple appui prolongé sur le bouton lecture/pause. L'inverse est également possible, la Roam pouvant relayer le signal d'une enceinte/barre de son par cette même opération. Le principe est intéressant, même s’il se limite malheureusement à une utilisation dans le cadre de l'écosystème Sonos S2. Impossible d'activer le Sound Swap avec une simple source Bluetooth ou AirPlay 2 par exemple.

Test Sonos Roam 8

La fonction Automatic Switch est tout aussi pratique, puisqu’elle offre la possibilité de basculer du mode WiFi au mode Bluetooth sans perdre la connexion. Une lecture sous Spotify en réseau WiFi peut ainsi continuer sans coupure et de façon invisible en Bluetooth.

Sonos annonce que l’autonomie de la Roam s’élève à 10 h (WiFi), pour 9 h 30 en pratique, ce qui la place dans la moyenne basse. Mais cela est compensé par une recharge complète assez rapide, à savoir qu’elle nécessite environ 2 h.

 

LA SUITE APRÈS LA PUB

Un son tout en maîtrise, musical et aéré

Loin de pouvoir intégrer de colossaux boomers et une myriade de HP, la Roam se limite ici à une structure deux voies, portée par un tweeter à dôme textile et un boomer à membrane ovale, le tout propulsé par deux amplificateurs en classe H.

Test Sonos Roam 6

Malgré cette légère limitation, le son de cette minuscule Sonos Roam est tout à fait surprenant ; même s'il ne roule pas totalement sur la concurrence. D'une signature acoustique légèrement descendante, la Roam mise sur une petite accentuation des basses/bas-médiums (autour de 100 Hz) afin d'apporter une certaine énergie, une certaine patate à l'ensemble, afin de mieux distiller des médiums assez équilibrés, mais surtout des aigus parfaitement maîtrisés. Ces derniers ne sont ni agressifs, ni artificiels, tout en étant suffisamment présents et riches pour créer une excellente sensation d'aération. Contrairement à bien des concurrentes, la Sonos Roam sait parfaitement combiner puissance et douceur. Il est ainsi possible de l'écouter durant des heures sans ressentir de sensation de fatigue.

À côté de cela, son extension dans les très basses fréquences demeure assez limitée - l'assise de produits plus volumineux n'est pas là. Cela se ressent rarement comme un manque évident, puisque Sonos joue assez bien de cette limitation, préférant s'arrêter avant de déborder et de se perdre dans des basses baveuses. Le rendu du bas du spectre est toutefois assez dépendant de la surface sur laquelle est posée l’enceinte : une table en bois permet par exemple d'amplifier un peu le bas du spectre. Dans les réglages sonores de la Roam, l'activation du mode Loudness parvient à apporter un petit peu plus d'assise, sans déborder pour autant. À l'inverse, l'égaliseur de basses va difficilement plus loin qu'une exagération des bas-médiums, peu utile.

Test Sonos Roam 5

La Sonos Roam n'est pas non plus faite pour les amoureux de puissance sonore. Cette mini enceinte ne pousse pas le potard trop loin et n'est de toute façon pas à l'aise avec les derniers crans du volume. C’est une enceinte assez sage, très intelligemment réglée car passe-partout et sans exubérance.

À côté des pures performances acoustiques, Sonos a parfaitement travaillé sur l'espace sonore. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une diffusion à 360° sur le papier, la dispersion du son donne une sensation quasi omnidirectionnelle. Le son est profond et aéré, quelle que soit la position de l'auditeur par rapport à la Roam. Une vraie réussite sur ce point, qui permet de ne pratiquement pas s'inquiéter de l’emplacement de l’enceinte dans la pièce. La Sonos Roam ne va pas jusqu'à transmettre une vraie verticalité, mais le résultat est excellent pour un tel produit.

Test Sonos Roam 4

En résumé

Cette mini enceinte Sonos Roam, assez unique en son genre (car Bluetooth et WiFi) n'est pas parfaite, mais perpétue avec brio la grande qualité de l'écosystème Sonos dans un format vraiment hybride, à la fois nomade et sédentaire, le tout offrant un excellent rapport volume/qualité sonore.

 >>> CELA PEUT VOUS INTÉRESSER : NOS AUTRES TESTS D'ENCEINTES SANS FIL

Spécifications

  • Type : enceinte autonome Bluetooth/WiFi
  • Architecture sonore : 2 voies, 1 boomer ovale et 1 tweeter à dôme de tissu
  • 2 amplificateurs en classe H (un par voie)
  • Puce Bluetooth 5
  • Codecs supportés : SBC, AAC
  • Puce WiFi
  • Compatibilité : AirPlay 2, application Sonos S2
  • Certification : IP67
  • Autonomie annoncée : 10 h (en mode réseau)
  • Dimensions : 168 x 62 x 60 mm
  • Poids : 430 g
  • Coloris : noir ou blanc lunaire
  • Prix : 180 euros

 

Notre avis

  • Construction :etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile demi orange(4,5/5)
  • Ergonomie : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleue(4,5/5)
  • Fonctions :etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orange(5/5)
  • Performances :etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleue(4,5/5)
  • Musicalité :etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile demi orange(4,5/5)
  • Intérêt :etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleue(5/5)


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Mots-clés: OnTopAudioAward, Sonos

Suivez nous

icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework