PUBLICITÉ

Test Final D8000 et D8000 Pro : 2 casques orthoplanar High-End qui ne resteront pas que des légendes

Final D 8000 ONtopaudioAward

La marque japonaise de casques et écouteurs audiophiles Final Audio a de nouveau, depuis quelques mois, un distributeur officiel pour la France. C'est pour nous l'occasion de revenir sur son dernier casque de référence, le modèle Hifi orthoplanar D8000, et de vous le présenter enfin en test accompagné de sa variation professionnelle, le D8000 Pro.

Final D8000 et D8000 Pro

Type : casque circum-auriculaire ouvert
L’avis d’ON-mag : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rouge (5/5)
Prix : 3500 € pour le D8000 et 4000 € pour le D8000 Pro

LA SUITE APRÈS LA PUB

>>> RETROUVEZ TOUS NOS TESTS DANS NOS GUIDES ET MAGAZINES EN LIGNE

Cela va peut-être vous faire sourire. Apprenez que le test que nous publions ici a été commencé il y a longtemps, durant l'été 2018 plus précisément. Oui, il nous a fallu presque quatre ans pour le terminer. L'origine de l'histoire remonte même à mai 2017. Nous étions alors sur le salon High End de Munich et avions pu assister à la présentation d'un des premiers prototypes du Final Audio D8000. Cette présentation nous avait fort enthousiasmés, car elle était particulièrement détaillée sur le plan technique. Final Audio nous expliquait tout le travail de recherche que ses ingénieurs avaient entrepris pour créer, en repartant presque d'une feuille blanche, un nouveau concept de transducteur orthoplanar à circuit magnétique annulaire et concentrique, accompagné d'un système d'amortissement par compression de l'air (appelé AFDS pour Air Film Damping System). Les nouveautés de ce genre étant relativement rares dans le domaine des casques Hifi, nos antennes de journalistes audiophiles étaient tout émoustillées. Lors de la présentation, nous pûmes faire une première écoute rapide du prototype du D8000 et celui-ci nous sembla particulièrement prometteur. Puis le produit finalisé nous arriva durant l'été 2018. Nous pûmes l'essayer pendant plusieurs jours à domicile et il confirma nos espérances. Nous étions prêts à publier un test dithyrambique à son sujet. Mais patatras, la société qui avait en charge de le distribuer en France mit la clé sous la porte sans crier gare et notre test partit aux oubliettes.

Mais voici que depuis quelques mois, on nous reparle de Final Audio en France. La marque n'avait pas disparu. On avait d'ailleurs eu l'occasion d'annoncer son modèle D8000 Pro en 2019. Ce n'était que son distributeur français qui avait mangé la grenouille.
Nous avons donc pu à nouveau essayer le Final D8000 il y a quelques semaines et poursuivre l'expérience avec sa version D8000 Pro.

Final D8000 ambiance

Un casque orthoplanar innovant aux allures d'outil de laboratoire

Extérieurement, en dehors du fait que l'un est teinté noir et que l'autre conserve son aspect métal naturel, les Final Audio D8000 et D8000 Pro sont identiques. Ils manifestent dès le premier contact leur caractère très haut de gamme, fruit d'un artisanat de luxe. Leurs grandes oreillettes, de 11 cm de diamètre, impressionnent par leurs châssis en alliage d'aluminium et magnésium semblant usinés dans la masse. Elles sont montées sur des rotules à pivots huilés qui leur donnent la possibilité de s'incliner dans tous les sens et aussi de tourner vers l'avant ou vers l'arrière, dans les deux cas sur plusieurs dizaines de degrés.
Les grandes et larges glissières en métal de l'arceau permettent par ailleurs d'ajuster la hauteur de chaque oreillette sur près de 5 cm. L'arceau, lui aussi relativement large, est gainé de ce qui semble être du vrai cuir avec des textures légèrement différentes : lisse pour l'extérieur, plus granuleux pour l'intérieur.

Les Final D8000 et D8000 Pro sont relativement lourds. Ils dépassent légèrement les 500 g. À la longue, cela peut peser sur la tête, d'autant que s'ajoute le poids de leurs câbles spiralés et détachables. Néanmoins, le confort est soigné. Le large arceau, avec son rembourrage fin mais bien étalé, assure une bonne répartition du poids.

LA SUITE APRÈS LA PUB

On remarque aussi le travail d'optimisation réalisé sur les coussinets des oreillettes. Ces coussinets ne sont pas en mousse à mémoire de forme, mais la mousse a été taillée de façon assez originale avec plusieurs encoches sur l'intérieur. Elle est habillée de toile microfibre d'un aspect assez technique, comme sur un appareillage de mesure. Le style global des Final D8000 évoque un peu une réinterprétation post-futuriste, steampunk des casques de l'époque de la TSF.

Des casques qui ouvrent de nouveaux horizons musicaux

Avant de commencer, il convient de préciser que les oreillettes des Final D8000 et D8000 Pro sont en charge ouverte et n’isolent donc que très peu des bruits extérieurs.

Sur le terrain, contrairement à ce que l'on pourrait attendre de casques orthoplanar à un tel niveau de tarif, les D8000 et D8000 Pro s’avèrent faciles à alimenter. Un vieil iPhone SE ou un MacBook Air est un peu limite, mais il n'est absolument pas à genoux. Bien sûr, un ampli casque haut de gamme s'impose pour tirer le meilleur des Final D8000 et D8000 Pro, mais le rendement est plutôt bon et il n'est pas nécessaire de les nourrir d'une puissance énorme pour commencer à les faire jouer.

Les Final D8000 et D8000 Pro développent chacun une signature sonore légèrement différente. Pour notre part, nous avons une préférence pour le D8000 Pro qui délivre des graves plus francs, un peu plus d'impact et un haut du spectre plus incisif. Mais certains préféreront peut-être l'approche plus ronde, plus moelleuse et plus calme du D8000.

À l'écoute, avec les deux casques, on est immédiatement surpris par la densité, la puissance du registre grave. Les casques orthoplanar nous ont habitués à être plus édulcorés, timides dans ce domaine ou à demander un ampli beaucoup plus costaud. On retrouve cette densité et cette matérialité des timbres sur toute l'étendue du spectre. Dès les premières notes de musique, les Final D8000 et D8000 Pro impressionnent par leur ampleur, leur force, leur énergie. Ils dressent de vastes et grandioses panoramas musicaux. Chaque son est transmis avec force couleur, du grain et de la densité. À chaque nouveau morceau, on se surprend à découvrir de nouvelles tessitures d'acoustique et de timbres. Les Final D8000 et D8000 Pro sont des casques qui donnent irrésistiblement envie de pousser le son et de réécouter tous ses morceaux de musique favoris. L'effet "Waouh" est toujours au rendez-vous et la tenue en puissance est très élevée, paraissant presque sans limite.

Certes, les Final D8000 et D8000 Pro ont quelques défauts. Leur port est peu contraignant. Les mousses de leurs oreillettes pourraient être un peu moins fermes et plus épaisses sur l'arrière pour déplacer l'image stéréophonique vers l'avant et la rendre plus ouverte en profondeur. Sur le D8000, l'équilibre tonal est un outre un peu physiologique, pas totalement neutre, avec un léger soupçon de dureté dans l'aigu qui pourrait être gommé.

LA SUITE APRÈS LA PUB

Mais les performances des transducteurs orthoplanar des Final D8000 et D8000 Pro placent la barre très haut pour ce qui est de la consistance des timbres, la sensation d'énergie et de force.

Le Final D8000 nous a particulièrement étonnés sur le morceau "Zombie" du groupe The Cranberries. Il a réussi à donner une sensation de grésillement d'énorme transformateur électrique aux guitares saturées, tout en assurant une lisibilité surprenante, superbement rythmée à la basse.

Avec "If I Were Boy" de Beyoncé, la montée crescendo de la voix de la chanteuse et du morceau jusqu'au refrain est superbement restituée. Malgré la déferlante de basses, les chœurs et tout petits effets d'écho surajoutés au mixage sont clairement audibles, participant à une ambiance sonore très riche, très travaillée, ne donnant aucune sensation brouillonne, car tout est extrêmement bien en place, détaché tout en fusionnant avec l'ensemble.

Plus intrigante encore a été pour nous l'écoute des œuvres pour orgue de Bach, Toccata, Fugue et Faintaisie (BWV 565, 564, 538...) enregistrées en 1975 par André Isoir (disque Calliope CAL 9798). Le Final D8000 décrit l'espace, l'acoustique, l'étagement des pupitres, la répartition des tuyaux latéralement et en hauteur, les couleurs sonores caractéristiques de leurs alliages avec une véracité hors norme.

En résumé

Si nous avions terminé notre test en 2018, lors de notre premier essai du Final D8000, nous aurions classé ce casque Hifi orthoplanar comme une référence absolue. Entre temps, d'autres modèles comme le Meze Empyrean et le Meze Elite, ainsi que le Dan Clark Stealth à charge close sont arrivés sur le marché pour lui disputer le podium. Néanmoins, le Final Audio D8000 et le Final Audio D8000 Pro qui, à notre avis va encore plus loin, restent parmi les meilleurs modèles de leur catégorie.

Le Final D8000 sur le banc de mesure

Final D 8000 courbe de reponse

LA SUITE APRÈS LA PUB

Les casques Final D8000 et D8000 Pro par ON-mag

>>> VOIR TOUS NOS TESTS DE CASQUES HIFI

Spécifications

  • Type : casque circum-auriculaire ouvert
  • Transducteurs : AFDS planar magnétiques
  • Sensibilité : 98 dB/mW
  • Impédance : 60 ohms
  • Câbles : détachables de 1,5 et 3 m avec conducteurs en cuivre OFC pour le D8000 et en cuivre OFC plaqué argent pour le D8000 Pro
  • Poids : 523 g
  • Prix : 3500 € pour le D8000 et 4000 € pour le D8000 Pro
  • Site web du constructeur : snext-final.com

Notre avis

  • Fabrication : etoile verteetoile verteetoile verteetoile verteetoile verte (5/5)
  • Confort : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile grise (3,5/5)
  • Polyvalence : etoile verteetoile verteetoile verteetoile verteetoile demi verte (4,5/5)
  • Performances : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rouge (5/5)
  • Musicalité : etoile verteetoile verteetoile verteetoile verteetoile verte (5/5)
  • Intérêt : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rouge (5/5)


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



OnTopAudioAward, Final Audio Design, Final

PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus