PUBLICITÉ

Test casque Bowers & Wilkins PX7 S2 : une formule premium à la forme et au son encore affinés

Bowers And Wilkins PX7 S2 1

Véritables réussites de Bowers & Wilkins, le casque sans fil et à réduction de bruit PX et son successeur PX7 ont prouvé qu’il était possible pour une marque audiophile de batailler à armes égales face à des géants tels que Bose, Sony et Apple. Simple suite du très bon PX7 en apparence, le tout nouveau PX7 S2 porte pourtant en lui de véritables belles améliorations. Un casque parfait ?

Bowers & Wilkins PX7 S2

Type : casque Bluetooth circum-auriculaire à réduction de bruit active
L'avis d'ON-mag : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleue (5/5)
Prix : 430 euros

LA SUITE APRÈS LA PUB

>>> RETROUVEZ TOUS NOS TESTS DANS NOS GUIDES ET MAGAZINES EN LIGNE

On revient efficacement en arrière

Décidément, Bowers & Wilkins (B&W) sait comment évoluer dans le bon sens. Son précédent casque PX7 avait en grande partie gommé les soucis liés au confort du premier PX, mais au prix d’une esthétique un peu plus consensuelle. L’esprit de synthèse du PX7 S2 se manifeste donc dans un nouveau design, plus proche de celui du PX et ses lignes moins arrondies, sans pour autant abandonner les avancées ergonomiques marquantes du PX7.

Bowers And Wilkins PX7 S2 3

Exit les coques "d’un bloc" et les branches affleurantes, ce nouveau casque reprend les coques en deux parties du premier PX. L’aspect luxueux est ainsi encore plus marqué que sur son aîné, le tout en faisant la part belle aux matériaux innovants : la structure est en matériau composite (fibre de carbone/polymère) et les coques des oreillettes sont en aluminium anodisé. On constate par ailleurs les progrès réalisés par la marque depuis deux ans : la surface du matériau composite est nettement moins brute et plus "propre" que sur le premier B&W PX7. Le reste est de haute volée, avec une belle utilisation du tissu et une sellerie (coussinets et repose-tête) de très bonne qualité, sensiblement plus souple et douce encore qu’auparavant.
Rien à redire sur la qualité de fabrication en général du B&W PX7 S2, qui est clairement supérieure à ce que proposent Sony ou Bose. L’assemblage est irréprochable. Un réel sentiment de robustesse prédomine ; le design sait être magnifique tout en restant sobre. La structure non pliable est le seul petit défaut formel que l'on peut souligner.

Bowers And Wilkins PX7 S2 5

Bowers & Wilkins n’a pas seulement retravaillé le design et les matériaux, le confort fait également un bond en avant. L’utilisation de coussinets plus souples, d’un repose-tête sensiblement plus large et plus rembourré, améliorent ce point crucial. Pas encore aussi admirable que sur les modèles de Sony et Bose, le port est enfin porté à un niveau d’excellence. La sensation de petite pression au sommet du crâne ou d'appui un peu excessif des coussinets sur le pourtour des oreilles lors de longues sessions d'utilisation a disparu.

LA SUITE APRÈS LA PUB

Ergonomie des commandes en héritage

Décidément, les grandes marques changent rarement leur fusil ergonomique d’épaule. Bowers & Wilkins reprend ici à l’identique les commandes du PX7, à savoir un petit groupe de boutons. La tranche de l'oreillette droite dispose d'un trio de touches (volume +, bouton multifonction pour la lecture et la navigation, volume -) et d'un commutateur général (on/off/appairage Bluetooth). Sur la tranche de l'oreillette gauche, un unique bouton "action rapide" permet de basculer entre les différents modes de réduction de bruit, ou de déclencher l’appel à l’assistant vocal du smartphone.
Signe regrettable de la modernité, le constructeur abandonne ici l’entrée filaire jack pourtant si pratique. Celle-ci est certes compensée par la possibilité de raccorder le Bowers & Wilkins PX7 via son port USB-C à une source USB-C ou mini jack (les deux câbles sont fournis), mais il est impossible d’utiliser le casque éteint, donc lorsque sa batterie est déchargée.

Bowers And Wilkins PX7 S2 4

On retrouve le reste des possibilités ergonomiques dans l’application pour smartphone Bowers & Wilkins Music. Concernant cette dernière, inutile d’espérer une comparaison avec ce que propose l'appli Sony Headphones. Bowers & Wilkins Music est une application très simple d’usage, mais clairement pas indispensable. Les réglages sont peu nombreux (activation des capteurs de port, veille automatique, assignation du bouton "action rapide") et le constructeur ne propose qu’un basique ajustement des basses et des aigus plutôt qu’un véritable égaliseur.

Un silence plus relatif, mais une excellente connectivité

Sur le papier, il est presque impossible qu’un casque de nouvelle génération régresse au niveau de la réduction de bruit (ANC). C’est pourtant le cas du B&W PX7 S2 qui ne parvient pas au même niveau d’excellence que son aîné.
Cette régression est assez étrange, mais vient probablement des coussinets plus respirants (le casque serrant également moins fort la tête). En pratique, l’isolation phonique procurée est plus que correcte et très régulière. Mais, dans des conditions très difficiles, le PX7 S2 ne fait tout simplement pas jeu égal avec le Sony WH-1000Xm5 ou le Bose Headphones 700.

Bowers And Wilkins PX7 S2 2

À l’inverse, la connectivité continue de faire des merveilles. Outre la connexion multipoint, le Bowers & Wilkins PX7 S2 adopte le très moderne codec audio AptX Adaptive, en plus des SBC et AAC. La portée de transmission Bluetooth, quel que soit le codec, est clairement supérieure à la moyenne.
Enfin, bien que promise à "seulement" 30 h, l’autonomie dépasse clairement nos attentes. Nos tests ont permis de mesurer une endurance autour de 29 heures avec ANC et codec AptX Adaptive et plus de 42 heures sans ANC, avec codec AAC. L’autonomie des rois.

LA SUITE APRÈS LA PUB

Le fin du fin de la biocellulose

On ne change que peu une formule qui plaît. C’est pourquoi B&W utilise une fois encore dans son casque un transducteur dynamique doté d'une membrane en biocellulose. Encore très légèrement caricaturale (très chaude) sur la version précédente, la sonorité du nouveau PX7 S2 coche désormais presque toutes les bonnes cases.
Nous retrouvons bien la signature chaude des modèles précédents, avec des aigus légèrement en retrait. Mais avec le PX7 S2, tout est plus subtil, ponctué par des micro réglages de grande qualité. Il n’y a plus d’accentuation aussi marquée ni de creux laissant des fréquences sur la touche. Ce nouveau casque Bowers & Wilkins délivre un son toujours rond, mais nuancé et puissant, subtil même.

Bowers And Wilkins PX7 S2 6

Cette personnalité sonore tranche légèrement avec celle d'un casque comme le Sony WH-1000Xm5, certes de très bonne qualité, mais davantage tiraillé dans ses choix. Le B&W PX7 S2 assume la personnalité de la membrane de ses transducteurs, la pousse dans ses retranchements techniques sans la dénaturer, pour en sortir un son étonnamment naturel et détaillé, d’une grande polyvalence.
Bien sûr, une plus grande linéarité dans les aigus (quelques pics ponctuels trop scintillants) permettrait de gagner encore en ouverture sonore, mais le casque de Bowers & Wilkins n’a rien à envier à la concurrence. La scène sonore est cohérente, pas extrêmement profonde, mais plutôt large, avec une excellente séparation des instruments.
En outre, la qualité technique dans les basses est supérieure à celle du PX7 de première génération, ce qui annihile presque définitivement les débordements dans les médiums.

Bowers And Wilkins PX7 S2 7

Casque nomade presque parfait, le Bowers & Wilkins PX7 S2 l’est assurément. En plus de son design harmonieux, d’une construction irréprochable et d’une excellente autonomie, ce modèle est un peu moins efficace en matière de réduction de bruit, mais parvient à hausser encore la qualité des performances sonores de ses aînés.

Le Bowers & Wilkins PX7 S2 sur le banc de mesure

Bowers And Wilkins PX7 S2 8
Ci-dessus, la réponse en fréquence (non compensée) du PX7 S2. Contrairement à son prédecesseur, ce casque ne présente pratiquement plus aucun creux dans les hauts-médiums/aigus.

LA SUITE APRÈS LA PUB

Bowers And Wilkins PX7 S2 9
Mesure de la réduction de bruit active. En rouge, le signal témoin. En vert, l'isolation passive. En bleu, l'isolation active. En marron, le mode Transparence. Le casque bénéficie d'une bonne isolation générale, mais moins brillante que sur le précédent modèle.

>>> À LIRE ÉGALEMENT : TOUS NOS TESTS DE CASQUES ANTIBRUIT, DE CASQUES SANS FIL ET DE CASQUES NOMADES

Spécifications

  • Type : casque Bluetooth circum-auriculaire à réduction de bruit active
  • Transducteurs : dynamiques de 40 mm à membranes biocellulose
  • Codecs audio Bluetooth supportés : SBC, AAC, AptX, AptX HD, AptX Adaptive
  • Port USB-C : recharge et entrée audio
  • Compatibilité 24 bits/96 kHz via USB-C
  • Autonomie : annoncée à 40 h max.
  • Poids mesuré : environ 310 g
  • Inclus : mallette de rangement rigide, câble USB-C vers USB-C, câble USB-C vers jack 3,5 mm
  • Déclinaisons : noir (modèle testé), gris, bleu et or
  • Prix : 430 euros

Notre avis

  • Construction : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orange (5/5)
  • Confort : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleue (4,5/5)
  • Ergonomie : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile demi orangeetoile grise (3,5/5)
  • Isolation phonique : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise (4/5)
  • Autonomie : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orange (5/5)
  • Qualité sonore : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleue (5/5)
  • Musicalité : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile demi orange (4,5/5)
  • Intérêt : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleue (5/5)


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Bowers & Wilkins, B&W

PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus