Skip to main content
PUBLICITÉ

Audition privée enceintes Magico M7 : des totems Hifi ultra High-End pleins de carbone et de musicalité

"Petite" sœur de la M9, l'enceinte M7 de Magico n'en est pas moins une enceinte colonne très haut de gamme, coûtant près d'un demi-million d'euros la paire. Éloge de la fibre de carbone et d'autres matériaux aussi avancés qu'acoustiquement avantageux, ce modèle se classe en deuxième position dans la hiérarchie du constructeur. Un produit exceptionnel à tous points de vue, que nous avons eu la chance de pouvoir écouter en avant-première chez Présence Audio Conseil à Paris.

Rien n'est trop précieux

Par certains aspects, le haut de gamme chez Magico fait penser aux voitures de luxe, pour lesquelles le prix n'est plus une considération, tant qu'il est possible d'améliorer ce qui existe déjà. Sur ce plan, Magico fait partie des quelques acousticiens, avec d'autres grands noms comme Wilson Audio ou Wilson Benesch, qui exploitent pleinement les avancées technologiques effectuées dans le domaine des matériaux.  

LA SUITE APRÈS LA PUB

Plus petite que la M9, cette M7 mesure 164 x 73 x 49 cm pour pas moins de 239 kg (454 kg pour une M9). On peut noter que, si le poids reste titanesque, le volume occupé n'est pas déraisonnable. Le design, assez futuriste mais franchement réussi pour un produit High-End (dont les lignes sont souvent étranges), n’a pas seulement une vocation esthétique. Magico a en effet imaginé son enceinte à partir de simulations 3D, afin d'optimiser au maximum l'acoustique.
Le coffret de la M7 est impressionnant, puisqu’il est conçu autour d'une structure monocoque en fibre de carbone, associée à un très épais baffle avant en aluminium 6061-T6 usiné d'une seule pièce (près de 8 h d'usinage). Ces deux éléments sont reliés entre eux via des couches de matériaux composites.
Le tout s'appuie sur une large base en aluminium, reposant elle-même sur des pieds de découplage. Cette liaison au sol, baptisée MPOD, permet de stabiliser l’enceinte au maximum.
L'alliance de la forme optimisée et des matériaux haut de gamme offre, sur le papier, un socle idéal pour les transducteurs. Magico précise que le profil de son enceinte a été travaillé jusqu'à ce que les effets indésirables, diffraction en tête, ne soient plus mesurables.

Magico M7 9

Notons que, contrairement à ce que nous pourrions penser, la M7 ne propose pas de bi-câblage. Le bornier est relié à un filtre passif très haut de gamme développé en interne. Ce circuit, baptisé ESXO (Elliptical Symmetry Crossover), est un filtre quatre voies armé de composants de chez Mundorf et Duelund Coherent Audio. Le but affiché est que ce filtrage soit suffisamment optimisé pour que l'enceinte, disposant de six haut-parleurs, sonne comme une source ponctuelle (d’où un soin particulier accordé à la gestion de la phase).

Béryllium, diamant, titane, structure Nano-Tec et fibre de carbone imprégnée de graphène pour les haut-parleurs

Le coffrage est impressionnant, mais les haut-parleurs le sont tout autant. La Magico M7 reprend en grande partie (dans des dimensions plus resserrées) ce qui fait la force des M9. Elle hérite notamment d’une architecture quatre voies, portée par six haut-parleurs au total.
Élément crucial de l'ensemble, le tweeter dispose d'un dôme de 28 mm en béryllium pur, recouvert d'une couche diamantée via un procédé de vaporisation. La forme et la rigidité de l'ensemble permet, selon Magico, de se passer entièrement de guide d'ondes, pièce qui risquerait de créer plus de problèmes qu'il n'en résoudrait ici. Ce tweeter dépasse (en théorie) d'assez loin les habituels tweeters à dôme, puisqu'il reste linéaire jusqu'à 50 kHz.

LA SUITE APRÈS LA PUB

Magico M7 12

Les autres haut-parleurs suivent une approche commune. Ils adoptent une structure avec cône Nano-Tec de huitième génération. Ce cône High-End se compose d'un cœur en aluminium à structure en nid-d'abeilles, pris en sandwich entre des couches de fibres de carbone imprégnées au graphène. Tous les haut-parleurs sont dotés d’un moteur avec un ou plusieurs larges aimants en néodyme.
Pour les médiums, Magico utilise un unique transducteur de 12,7 cm, dont l'une des particularités est l'utilisation d'un amortissement à base de mousse spéciale. Au-dessus de cet élément, prennent place deux haut-parleurs de médiums/basses de 22,9 cm, composés de deux aimants (par transducteur) extra larges et d'une bobine de 127 mm avec support ventilé en titane. Ces deux références à haut rendement sont capables d'une excursion de  ±13 mm et peuvent délivrer un volume sonore de 120 dB à 1 m de distance.
Enfin, le registre basseux est confié à un duo de woofers de 30,5 cm, eux aussi pourvus d’une bobine de 127 mm et d’aimants extra larges, le tout en charge close. L'enceinte, malgré une taille presque raisonnable, atteint une bande passante annoncée (sans précision de mesure) allant de 18 Hz à 50 kHz, pour une impédance nominale de 4 ohms et une sensibilité de 92 dB. Magico préconise une puissance d'amplification allant de 50 W à 1000 W.

Magico M7 11

Les Magico M7 seront disponibles d'ici le premier trimestre 2024. Leur prix de vente n’a pas encore été annoncé, mais il devrait s'établir à la moitié du tarif des M9, soit près d'un demi-million d'euros la paire.

Ce que doivent être de vraies enceintes Hifi High-End

Présentées en avant-première en France, les Magico M7 étaient à l'écoute au magasin parisien Présence Audio Conseil, dans une salle d'assez belles dimensions. Celle-ci, bien traitée acoustiquement, en tout cas mieux qu'un salon classique, montre pourtant que, bien souvent, les limites d'un équipement très haut de gamme viennent avant tout des limites de la salle. Quelques bass traps (passifs et actifs) étaient ainsi présents, suffisants pour prendre en charge le début des basses fréquences, mais pas au point d’amortir suffisamment la gamme 20 – 60 Hz. On pourrait considérer que cela reflète bien ce que donne une pièce d'écoute efficace, tout en étant éloigné des exigences d'un studio de professionnel. Forcément, nous n'étions pas dans les mêmes conditions qu'au studio Ferber où nous avons pu écouter les Genelec 8381A (disposant en plus d'un système de calibration/correction acoustique électronique).
Néanmoins, à l’écoute des Magico M7, on constate que les promesses sont tenues en termes de qualité pure. En cela, nous sommes toujours rassurés de constater que le constructeur connaît son sujet sur le bout des doigts et ne cherche pas une restitution inutilement spectaculaire. Les transducteurs sont d'une technicité remarquable, le châssis est maîtrisé de bout en bout, la signature sonore est tout sauf exubérante et fatigante.

LA SUITE APRÈS LA PUB

Magico M7 7

À ce titre, un réel équilibre se dégage de l'écoute. Quelques petits décibels sont peut-être mis en avant dans les aigus, mais cela reste subtil. Le tweeter délivre énormément de détails, avec une extension clairement au-delà des capacités d'une oreille audiophile, le tout avec une très belle linéarité. Le reste est au diapason, en particulier les basses, qui descendent effectivement aussi profondément qu'avec un excellent caisson de grave actif, mais sans aucun effet traînant. Les quelques limites dans le bas du spectre étant donc imputables à la pièce elle-même (quelques résonances discernables à l'oreille), difficile de ne pas être impressionné par une telle réserve de puissance dans le bas du spectre, tout en subtilité.
Le choix des morceaux de musique utilisés pour la démonstration était très "audiophile", c’est-à-dire axé sur des morceaux assez simples et peu chargés (façon piano jazz ou percussion et voix, le tout sans trop monter le volume). Les conditions étaient donc réunies pour ne pas trop exacerber les limites de la salle d'écoute et ne pas brusquer les Magico M7, mais cela ne remet aucunement en cause les performances hors normes de ces dernières.
Outre la signature et le niveau de détails, c'est la cohérence de l'ensemble qui est magistrale. L'image sonore parvient parfaitement à se projeter vers l'avant (par rapport à nous), tout en naviguant de droite à gauche avec précision, au gré des effets stéréo. Le travail sur le filtrage prouve que, si déphasages entre les haut-parleurs il y a, ceux-ci sont imperceptibles. En bref, un véritable travail d'orfèvre sonore. Si elles ne sont pas nécessairement les meilleures que nous ayons pu écouter (trop difficile à dire), ces enceintes sont probablement celles qui cumulent le plus de bons points. Leur sonorité est irréprochable et elles restent raisonnables de par leur design et leurs dimensions. Nous sommes loin de certaines immenses armoires High-End ou autres créations façon art contemporain ou ésotériques. Si le prix n'est vraiment pas un problème, mais que le design et la praticité le sont un peu plus, difficile de ne pas vous recommander les Magico M7.

Magico M7 18

Pour les intéressés, l'écoute s'est effectuée autour d'un streamer Antipodes Oladra, relié à un DAC MSB Select, le tout sur un préamplificateur Pilium Olympus et deux blocs mono Pilium Atlas (classe A/B, jusqu'à 900 W sous 4 ohms).

LA SUITE APRÈS LA PUB

Conclusion : des enceintes Hifi d'exception, mais pragmatiques

Les Magico M7 ne s'adressent clairement pas à tout le monde et s'inscrivent presque dans une niche High-End au sein de la niche High-End. Mais toute arrogance tarifaire mise à part, le constructeur ne se moque pas du monde comme peuvent le faire bien d'autres acteurs du marché. Ses enceintes Hifi hors normes présentent de réelles innovations techniques, avec des éléments au coût exceptionnellement élevé de par les matériaux et les techniques employés - matériaux et techniques qui seront amenés à ruisseler par la suite sur les créations plus abordables de la marque.

Magico M7 3

Le discours de Magico est ainsi plus pragmatique qu'on ne pourrait le penser, la marque n'hésitant pas à donner un fourmillement de détails techniques sur ses créations, ce qui participe à son image relativement épargnée auprès du public "classique". Ce même public raillera volontiers, très souvent à juste titre, les créations d'autres constructeurs High-End, avant tout spécialisés dans les descriptions artistico-ampoulées et volontairement mystérieuses.

Les enceintes Magico M7 par ON-mag

Spécifications

  • Type : enceinte colonne quatre voies à charge close
  • Coffret monocoque en fibre de carbone, baffle en aluminium 6061-T6 usiné
  • Tweeter : MBD5D à dôme béryllium de 28 mm recouvert de diamant
  • Haut-parleur de médiums : MAG5004RTC de 12,7 cm à cône Nano-Tec Gen 8 (membrane à cœur aluminium en nid-d'abeilles, en sandwich entre deux couches de fibre de carbone infusée au graphène)
  • Haut-parleurs de basses/médiums : 2x MAG9508HE de 22,9 cm à cône Nano-Tec Gen 8
  • Haut-parleurs de basses : 2x woofers MAG12008HE de 30,5 cm à cône Nano-Gen 8
  • Sensibilité : 92 dB
  • Impédance nominale : 4 ohms
  • Réponse en fréquences (pas de précision de mesure) : 18 Hz – 50 kHz
  • Amplification recommandée : 50 W – 1000 W
  • Dimensions : 164 x 73 x 49 cm
  • Poids : 239 kg
  • Prix : pas encore annoncé



Autres articles sur ON-mag ou le Web pouvant vous intéresser


Magico

PUBLICITÉ