icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube      

Blu-ray Ultimate Edition : Argo

argo-blu-ray-ultimate-edition 

Note artistique : etoile-rougeetoile-rougeetoile-rougeetoile-rougeetoile-grise(4/5)
Note technique globale : etoile-bleueetoile-bleueetoile-bleueetoile-bleueetoile-bleue(5/5)

  • Titre original : Argo
  • Support : blu-ray Ultimate Edition
  • Genre : thriller politique
  • Année : 2012
  • Réalisateur : Ben Affleck 
  • Casting : Ben Affleck (Tony Mendez), Bryan Cranston (Jack O'Donnell), Alan Arkin (Lester Siegel), John Goodman (John Chambers), Victor Garber (Ken Taylor), Tate Donovan (Bob Anders), Clea DuVall (Cora Lijek), Scoot McNairy (Joe Stafford), Rory Cochrane (Lee Schatz), Christopher Denham (Mark Lijek), Kerry Bishé (Kathy Stafford), Kyle Chandler (Hamilton Jordan), Chris Messina (Malinov),  Zeljko Ivanek (Robert Pender), Titus Welliver (Bates)
  • Durée : 2 h 09 mn 36 (version longue), 2 h 00 mn 22 (version cinéma)
  • Format vidéo : 16/9
  • Format ciné : 2,40/1
  • Sous-titrage : français, anglais SDH, espagnol, néerlandais, danois, suédois, norvégien, finlandais
  • Pistes son : DTS-HD MA 5.1 anglais/farsi, Dolby Digital 5.1 esp, all (version longue), DTS-HD MA 5.1 anglais, Dolby Digital 5.1 français, allemand, espagnol (version cinéma)
  • Bonus : commentaires du réalisateur Ben Affleck et de l’écrivain Chris Terrio, Picture in Picture (PiP) avec le récit des témoins, S’échapper de Téhéran : nous y étions (16 mn 51), Argo : un réalisme absolu (11 mn 20), Argo : La CIA et Hollywood font équipe (6 mn 05), S’échapper d’Iran : l’option Hollywood (Escape from Iran : The Hollywood Option, SD, 2005, 46 mn 34), DVD, copie digitale
  • Éditeur : Warner Home Vidéo

Un thriller politique captivant et oscarisé ou comment retrouver la liberté grâce à Hollywood.

Synopsis

En pleine révolution, l’ambassade des USA à Téhéran est attaquée par la foule le 4 novembre 1979. Tandis que 52 membres du personnel sont pris en otage, six d’entre eux réussissent à sortir, accueilli au domicile voisin de l’ambassadeur canadien. Afin de les exfiltrer sans dommage d’Iran, Tony Mendez, spécialiste de la CIA, monte une mission digne d’Hollywood...

Commentaire artistique

C’est une véritable pluie de récompenses, trois Oscar (meilleur film, meilleure adaptation, meilleur montage), un César du meilleur film étranger, trois Golden Globes (meilleur film, meilleur réalisateur) et trois BAFTAS (meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur montage de William Goldenberg), qu’a remporté ce film au succès planétaire. Bien que l’argument de son scénario semble apparemment surréaliste, c’est néanmoins le récit d’un fait avéré dont s’est emparé le scénariste. Mais on aurait tort de considérer ce film comme un film historique, c’est plutôt une brillante variation aventureuse basée sur une trame réelle. En effet l’écriture du scénario a intentionnellement passablement modifiée le récit authentique (http://en.wikipedia.org/wiki/Canadian_Caper) pour le transformer en un (bon) thriller politique. Outre une schématisation du récit et son manichéisme évident, quelques fâcheuses transformations sont à souligner : simplification des évènements (par exemple la brièveté de sa durée alors que les six « invités » seront cachés 79 jours), réduction du nombre des protagonistes, l’initiative de l’opération qui paraît relever de la CIA plutôt que du Canda alors qu’en réalité c’est tout le contraire, quasi disparition du rôle des canadiens dans l’opération, omission de l’assistant de Tony Mendez (ce qui évite toute ombre au « héros » Ben Affleck), etc. Nonobstant toute cette réécriture dans un sens plus cinématographique, avec une dramatisation, par moment hypertrophiée (notamment cette invraisemblable scène du décollage), et, comme souvent, un net penchant à hisser au pinacle l’efficacité américaine, force est de reconnaître les qualités indéniables de ce film spectaculaire sachant stimuler le taux d’adrénaline du spectateur. La maitrise du découpage, le perfectionnisme de l’acteur cinéaste qui a tenu à retrouver le style des pellicules et des réalisations des années 70 et l’excellence de l’interprétation méritent d’être acclamés à leur juste valeur. Même si il est prouvé que, dans la réalité, il n’y a aucun souci au moment du départ, l’intense dramatisation du scénario transforme l’évènement en un véritable spectacle. Mark Lijek, un des protagonistes (http://www.slate.fr/story/63889/argo-en-vrai), qui a pu visionner le film, déclare qu’il n’aurait pu vivre aussi intensément le récit tel qu’il est ainsi rapporté, c’est dire !  Mais il ajoute que les évènements qui ont précédés, étaient bien plus complexes que dans le film et aussi impressionnants. Toute la qualité du film repose essentiellement sur l’équilibre, parfaitement maitrisé, entre la tension qui sous-tend la narration façon film d’espionnage, et, l’humour acerbe que distillent les séquences hollywoodiennes. Malgré une séquence finale de circonstance dont on se serait passé, ce film, comme thriller haletant, est une réussite totale qui servira indubitablement la carrière de l’acteur. En revanche, comme réquisitoire politique, il ne traite jamais réellement des causes ou de l’implication de l’Amérique de Jimmy Carter. À ce sujet, pour en savoir plus, nous vous conseillons de visionner le DVD Mystères d’Archives, volume 3, chapitre : « 1981, Les Otages américains libérés d’Iran » (Arte Vidéo).

Commentaire bonus

Parmi les bonus, qui font intervenir les réels protagonistes de l’évènement, nous ne saurions conseiller de regarder en priorité le documentaire (en SD) « S’échapper d’Iran : l’option Hollywood », réalisé en 2005 par Chris Triffo, qui relate les faits authentiques avec un maximum de détails et d’intervenants. Cet approche permettra d’apprécier en quoi le film se distancie de la vérité, sur le rôle intense des Canadiens, et comment l’écriture et la réalisation ont su transformer l’aventure en une intense course à la liberté façon Hollywood.

Fiche technique

Commentaire technique 

  • Un BD irréprochable respectant les intentions esthétiques du cinéaste qui a cherché à obtenir un look des années 70 en filmant sur pellicule
  • Colorimétrie : chaude, saturée, légèrement magenta fidèle aux teintes des films des années 70
  • Étalonnage : chaud, style d’époque
  • Contraste : parfois fort (pseudo archives), toujours excellent
  • Compression : sans défaut
  • Définition : excellente, parfois grain grossi intentionnellement pour coller aux films des années 70 (demi-image gonflée à 200 %)
  • Mixages : mixage anglo-farsi superbe, immersif, dialogues centrés clairs, ambiances percutantes, spatialisation dynamique 

Liens Web

Notations

  • Image : etoile-rougeetoile-rougeetoile-rougeetoile-rougeetoile-rouge(5/5)
  • Mixages sonores : etoile-bleueetoile-bleueetoile-bleueetoile-bleue(5/5)
  • Bonus : etoile-orangeetoile-orangeetoile-orangeetoile-griseetoile-grise(3/5)
  • Packaging : etoile-verteetoile-verteetoile-griseetoile-griseetoile-grise(2/5)

Film disponible en Blu-ray et DVD sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Comments est propulsé par CComment

Suivez nous

icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework