Actus Blu-Ray/DVD « M Le Maudit » : version originale de Fritz Lang vs le remake de Joseph Losey

BRD DVD M 1931 et 1951

Notes artistiques : 

version Fritz Lang etoile-rougeetoile-rougeetoile-rougeetoile-rougeetoile-rouge(5/5)  version Joseph Losey etoile-rougeetoile-rougeetoile-rougeetoile-demi-rougeetoile-grise(3,5/5)

  • Titre original : M (M, Eine Stadt sucht einen Mörder)
  • Support : blu-ray (F. Lang) DVD (J. Losey)
  • Genre : drame
  • Année : 1931 (F. Lang) 1951 (J. Losey)
  • Réalisateur : Fritz Lang, Joseph Losey
  • Casting : (version originale 1931) Peter Lorre, Otto Wernicke, Gustaf Gründgens, Inge Landgut, Ellen Widmann, Theodor Loos (remake 1951) David Wayne, Howard Da Silva, Luther Adler, Raymond Burr, Norman Lloyd, Martin Gabel, Steve Brodie
  • Durée : 1 h 49 mn 23, 1 h 24 mn 29
  • Format vidéo : 4/3
  • Format ciné : 1,19/1 (1931) 1,37/1 (1951) noir et blanc
  • Sous-titrage : français, anglais
  • Pistes sonores : Dolby Digital 2.0 mono allemand (1931), anglais (1951)
  • Bonus : aucun
  • Éditeur : Films sans frontières

Synopsis

M le Maudit (1931) : À Berlin, au début des années 30, un tueur d'enfants sème la terreur obligeant la police à multiplier les rafles ; gênée par ces descentes, la pègre décide de retrouver elle-même le criminel…

M (1951) : À Los Angeles, au début des années 50, un tueur d'enfants sème la terreur obligeant la police à multiplier les rafles ; gênée par ces descentes, la pègre décide de retrouver elle-même le criminel…

Commentaire artistique

Possédant encore quelques aspects expressionnistes, le chef-d’œuvre de Fritz Lang, inspiré de la vie de Peter Kürten « le Vampire de Düsseldorf » et de plusieurs autres meurtriers, fut le premier film parlant du cinéaste qui cependant n’oublia pas l’expérience du muet et le considérait comme son œuvre préférée. Il témoigne d’une atmosphère morbide dans la République de Weimar où justice, pègre et psychose sociale ne cessaient d’interférer. Plus qu’un film sur un psychopathe, le film de Fritz Lang dénonce une société friande de sensationnel où les truands, sous le couvert de « clubs », s’organisent en associations criminelles et où le fait divers occulte l’aliénation de masse. C’est aussi, bien entendu, un tableau cruel sur la fatalité, sur le destin inexorable qui broie l’homme vulnérable. Outre les qualités plastiques de l’éclairage et des cadrages de Fritz Arno Wagner, le film, un modèle de mise en scène millimétrée excluant toute improvisation, est précurseur dans sa partie sonore. Le cinéaste chercha à intégrer la bande son dans la dramaturgie : des innovations intéressantes et un mixage totalement artificiel qui surprendront le spectateur contemporain habitué au son réaliste ; plusieurs séquences, par exemple, de silence allusif ponctuent le film à des moments clés. L’assassin, pivot du film, est incarné par Peter Lorre, un jeune comédien de théâtre, devenu l'interprète absolu du Mal. Le découpage exemplaire du récit, le montage parallèle, le leitmotiv sifflé, la marque sur le manteau, les décors avec le jugement souterrain, démontrent le génie du cinéaste allemand.

Tous ces atouts n’ont pas freinés le producteur Seymour Nebenzal de la Nero-film, propriétaire des droits du classique de F. Lang dans son projet d’en faire un remake ! C’est néanmoins un autre cinéaste d’envergure, Joseph Losey, qui hérite de cette lourde tâche et l'accepte malgré l’avis négatif de Lang. L’édition simultanée des deux films permet de les comparer ; remarquez que le remake est plus concis (25 minutes de moins que l’original).

La vision successive des deux œuvres donne l’impression que Losey a copié Lang au plus près : c’est inexact en dehors du plan de la poignée de porte mais la similitude des séquences est indéniable, fortement inspirée par le découpage du film original. Deux différences majeures rendent cependant la vision de la version de Losey très intéressante : le choix de filmer l’action à Los Angeles, en particulier dans le fameux immeuble Bradbury (rappelez-vous Blade Runner) et l’inflexion donné au personnage qui passe du statut de monstre sans antécédent à celui de refoulé, victime d’une société où la masculinité est la référence. Le film de Losey brasse des éléments typiques du film noir américain : l’analyse psychanalytique et le rôle de la cité, là où F. Lang dénonçait le poids de la société sur l’individu et la faillite de la justice. Tout en évitant le choc avec la censure, le film de Losey n’est pas une simple démarque (exemple d’innovation : le rôle des chaussures) mais une tentative d’analyser le monstre différemment, une analyse à replacer dans un contexte politique de gauche cher à Losey. Le rôle échut à David Wayne qui, à l’opposé de la prestation de Peter Lorre, composa un psychopathe plus complexe, quasi hitchcockien, et plus présent à l’écran. Contrairement à l’opinion défavorable que les remakes suscitent, le travail de Losey est suffisamment habile pour être remarqué et le réalisateur lui-même avouait être fier de certains éléments de sa version. Saluons la belle initiative de cette double édition avec néanmoins un petit bémol : pourquoi ne pas avoir intégré les deux versions sur un seul blu-ray ? La version Losey aurait été le « bonus » qui manque cruellement à cette édition française du classique de Fritz Lang.

Commentaire technique

M (F. Lang) support blu-ray, copie film restaurée en 2K, excellent contraste, format 1,19/1 respecté, image bien détaillée, nette, échelle de gris nuancée, granulation, défauts atténués (quelques rayures); mixage en « simple » Dolby Digital 2.0 mono (et non DTS-HD MA) dynamique, dialogues clairs, un peu de « friture » en arrière-plan.
M (J. Losey) support DVD, copie assez précise (DVD), bon contraste, noirs francs, pas mal de « trains » de rayures sans conséquence ; mixage Dolby Digital 2.0 mono sans reproche, dialogues clairs, souffle.

Notre avis

Blu-ray
Image : etoile-rougeetoile-rougeetoile-rougeetoile-rougeetoile-grise(4/5)
Mixage sonore : etoile-bleueetoile-bleueetoile-demi-bleueetoile-griseetoile-grise(2,5/5)
Bonus : etoile-griseetoile-griseetoile-griseetoile-griseetoile-grise(0/5)
Packaging : etoile-bleueetoile-demi-bleueetoile-griseetoile-griseetoile-grise(1,5/5)

DVD
Image : etoile-rougeetoile-rougeetoile-rougeetoile-griseetoile-grise(3/5)
Mixage sonore : etoile-bleueetoile-bleueetoile-griseetoile-griseetoile-grise(2/5)
Bonus : etoile-griseetoile-griseetoile-griseetoile-griseetoile-grise(0/5)
Packaging : etoile-bleueetoile-demi-bleueetoile-griseetoile-griseetoile-grise(1,5/5)

 

Blu-ray et DVD disponibles sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Comments est propulsé par CComment

Suivez nous

icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework