Accueil  |  ZeGreen  |  TopAudio  |  HD Smart Home  |  Showroom
icon facebook icon youtube icon qwant icon tumblr icon pinterest icon rss

Obsessions : Julien Duvivier à Hollywood (en DVD)

DVD Obsessions 01

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile grise(3,5/5)

Synopsis

Un homme, obsédé par un rêve, consulte un ami qui lui lit trois récits dans lesquels le rêve et les prédictions ont eu une influence prépondérante. Dans le premier, une jeune fille laide approche le jeune homme qu'elle aime, à la faveur d'un bal masqué. Dans le second un homme devient assassin malgré lui, et dans la troisième, un acrobate a rêvé qu'il se tuerait en faisant son numéro à la vue d'une certaine femme brune.

• Titre original : Flesh and Fantasy
• Support testé : DVD
• Genre : film à sketches, drame
• Année : 1943
• Réalisation : Julien Duvivier
• Casting : Edward G. Robinson, Charles Boyer, Barbara Stanwyck, Betty Field, Robert Cummings, Thomas Mitchell, Charles Winninger, Anna Lee
• Durée : 1 h 29 mn 37
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 1,37/1 noir et blanc
• Sous-titrage : français
• Piste sonore : Dolby Digital 2.0 monophonique anglais
• Bonus : La Poésie noire Julien Duvivier par Christophe Gans (54 mn 07) - Obsessions à la lisière du fantastique par Eric Bonnefille (25 mn 25)
• Éditeur : ESC Éditions

Commentaire artistique

Durant la Seconde guerre mondiale, Julien Duvivier s’expatrie à Hollywood où il réalise cinq films dont deux films à sketches. Le succès de Tales of Manhattan, le premier sorti en 1942 encouragea la production en 1943 du second, Obsessions, dont le scénario s’inspire d’histoires d’Ellis St. Joseph, d’Oscar Wilde (« Le Crime de Lord Arthur Saville ») et de László Vadna. Les trois récits indépendants sont artificiellement reliés par un duo pittoresque, l’humoriste Robert Benchley et l’acteur David Hoffman, après qu’une première histoire-prologue intégralement réalisée par Julien Duvivier, avec un assassin, une fille aveugle et un orage spectaculaire, soit supprimée par le studio et réutilisé en 1944 dans le film Destiny de Reginald Le Borg. À condition d’apprécier le principe du film à sketches très rarement équilibré, Obsessions atteste le savoir-faire de Julien Duvivier à mettre en scène des intrigues aussi différentes par leur atmosphère mais à la thématique semblable sur la force du destin et la condition humaine. C’est en pleine fête de mardi-gras que se déroule à la Nouvelle-Orléans la première histoire basée sur un masque censé embellir une laideronne jouée par Betty Field enlaidie par des éclairages savants. Le cinéaste joue admirablement sur le contraste de la fête populaire et le ressentiment de la jeune femme qui trouvera sa voie par grâce à cet accessoire magique favorisant la romance avec l’étudiant joué par Robert Cumming. Le sketch suivant sur l’emprise implacable du destin, puisé chez Oscar Wilde et splendidement interprété par Edward G. Robinson et Thomas Mitchell, change de genre : finie l’ambiance festive fantastique, place à la terreur psychologique servie par une esthétique expressionniste mémorable qui culmine avec ses éclairages sophistiqués sur la scène du pont. Le dernier récit privilégie le romanesque entre un funambule, incarné par Charles Boyer, marqué par un rêve prémonitoire et une jeune femme rêvée, jouée par la séduisante Barbara Stanwyck. Dans ce sketch à la tonalité résolument sentimentale, Julien Duvivier abandonne le fantastique au profit du dilemme amoureux scellé par un destin inexorable. Favorisant le jeu toute en subtilité de ses deux stars, le cinéaste conclut son film en beauté par une magnifique touche de romantisme fantastique. Avec toute la qualité des talents hollywoodiens, Edith Head pour les costumes, Jack Pierce pour les maquillages, Paul Ivano et Stanley Cortez à la caméra, Julien Duvivier réussit l’exercice délicat du film à sketches, compensant l’inévitable manque d’équilibre par une mise en scène maitrisée : une édition à savourer avec ses suppléments passionnants.

 

DVD Obsessions

Commentaire technique

Image : copie SD, nouveau master haute définition, image très précise pour le support SD, léger grain, excellent contraste, noirs profonds, échelle de gris régulière, défauts nettoyés

Son : mixage anglais monophonique clair et sans distorsion, bonne dynamique

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Mixage sonore : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise(3/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile grise(3,5/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)

IMDb : http://www.imdb.com/title/tt0035885/


Autres articles qui peuvent vous intéresser sur le web et On-mag.fr


Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework