icon facebook icon youtube icon qwant icon tumblr icon pinterest icon rss

Shéhérazade : sur les trottoirs de Marseille (en DVD et VOD)

DVD Sheherazade 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile griseetoile grise(3/5)

Synopsis

Zachary, 17 ans, sort de prison. Rejeté par sa mère, il traîne dans les quartiers populaires de Marseille. C’est là qu’il rencontre Shéhérazade...

• Titre original : Shéhérazade
• Support testé : DVD
• Genre : drame, romance, thriller
• Année : 2018
• Réalisation : Jean-Bernard Marlin
• Casting : Dylan Robert, Kenza Fortas, Idir Azougli, Lisa Amedjout, Kader Benchoudar, Nabila Ait Amer, Nabila Bounad, Sofia Bent, Osman Hrustic, Abdellah Khoulalene, Abdelkader Benkaddar, Agnès Cauchon Riondet, Sabine Gavaudan, Assia Laouid
• Durée : 1 h 46 mn 42
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 2,39/1 Noir et Blanc et couleur
• Sous-titrage : français
• Pistes sonores : Dolby Digital 5.1 et 2.0 français
• Bonus : La Fugue (2013, 22 mn 23, réalisation Jean-Bernard Marlin) - portrait et entretien avec le réalisateur (3 mn 38) - scènes coupées (3 mn 35) - casting (4 mn 53) - bande annonce (1 mn 40)
• Éditeur : Ad Vitam

Commentaire artistique

Remarqué pour son court-métrage La Fugue de 2013 (cf., bonus) récompensé à Berlin par l’Ours d’or, Jean-Bernard Marlin a coécrit avec Catherine Paillé Shéhérazade en s’inspirant du milieu marseillais de la petite délinquance et de la prostitution qu’il a connu durant la préparation d’un documentaire dans sa ville natale. Nourri de ces contacts, il a élaboré une intrigue basée partiellement sur un fait divers concernant un adolescent vivant une romance sincère avec deux prostituées. Shéhérazade est aussi le fruit d’une enquête dans un quarter chaud de la cité phocéenne et d’un parti pris de sincérité. Le cinéaste, qui ne cache pas sa sympathie envers ces jeunes marginaux, a volontairement traité sa fiction avec le naturalisme d’un documentaire et a tourné son film avec des non-professionnels, pour la plupart issus de quartiers marseillais, de foyers et qui sont parfois des ex-détenus. À l’écran, ce casting sauvage est parfait, et pour cause, très à l’aise avec le langage local respecté dans les dialogues, parfois improvisés, et dans la gestuelle qui lui est familière. Les deux interprètes principaux, sidérant de vérité, ont de bonnes raisons de l’être : Zachary est joué par Dylan Robert, réel délinquant qui venait de sortir de la prison pour mineurs de Marseille tandis que Shéhérazade est incarnée avec une spontanéité renversante par Kenza Fortas, jeune adolescente déscolarisée, les deux ados s’étant d’ailleurs fréquentés dans leur enfance ! Afin de parfaire le réalisme des situations, Shéhérazade a été filmé sans fioriture par Jacques Ricquebourg dans les décors naturels de la ville, en particulier dans tous les secteurs livrés à la drogue et au proxénétisme, ce qui a rendu le tournage parfois compliqué. Mais toute cette économie documentaire ne doit pas mystifier le spectateur : Shéhérazade est un film de fiction où la romance doit autant à la réalité qu’à la dramaturgie classique à tonalité forcément shakespearienne. C’est une puissante histoire d’amour qui est racontée, montrant comment cet état sentimental irréversible va contraindre les protagonistes à dépasser leurs aprioris et leurs dénégations afin de prendre conscience de cette réalité qu’ils devront enfin assumer. Si toutes les intentions du film sont excellemment servies par le naturalisme délibéré de l’écriture, du tournage et des interprètes, Shéhérazade n’est hélas pas le premier film qui aborde ce sujet et qui l’exploite en fusionnant les genre, sorte de cocktail de docu-fiction. Cette impression de déjà-vu, cette insistance parfois complaisante sur le sordide et l’empathie limitée dégagée par ces nouveaux Roméo et Juliette laissent une impression mitigée : si l’on peut être fasciné, à juste titre, par le talent fougueux des jeunes comédiens et par l’intention féministe du film, le récit de la rédemption par l’amour, largement référencé dans le 7e Art, n’a rien de surprenant. Cette romance décalée se révèle finalement plus palpitante pour sa description sans concession des marges crapuleuses de la cité que pour la chronique prévisible d’une idylle impétueuse.

 

DVD Sheherazade

Commentaire technique

Image : copie SD, définition plus que correcte, bon contraste, étalonnage chaud, colorimétrie naturaliste aux teintes nuancées

Son : mixage français 5.1, dynamique, dialogues parfois peu compréhensibles, spatialisation réaliste aux ambiances naturelles sans excès, surrounds et LFE efficaces

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile grise(3,5/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise(4/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile demi bleueetoile griseetoile grise(2,5/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt8459250/

 

DVD disponible sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework