icon facebook icon youtube icon qwant icon tumblr icon pinterest icon rss

Natalia : sur les conditions méconnues du cinéma français sous l’Occupation (en Blu-ray, DVD et VOD)

Blu ray Natalia 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile grise(3,5/5)

Synopsis

En 1940, Natalia, jeune Parisienne fille d’immigrés juifs polonais, quitte sa famille et son fiancé pour faire carrière dans le cinéma. Le réalisateur Paul Langlade la fait tourner avant de devenir son amant. Alors que l’Occupation la menace, Paul lui obtient des faux papiers - mais cela ne suffira pas à la protéger...

• Titre original : Natalia
• Support testé : blu-ray
• Genre : drame
• Année : 1989
• Réalisation : Bernard Cohn
• Casting : Philippine Leroy-Beaulieu, Pierre Arditi, Dominique Blanc, Ludmila Mikaël, Gérard Blain, Michel Voïta, Gérard Boucaron, Jacques Boudet, Marc Cassot, Fred Personne
• Durée : 1 h 57 mn 12
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 1,66/1 Noir et Blanc et Couleur
• Sous-titrage : français
• Piste sonore : DTS-HD MA 2.0 monophonique français
• Bonus : Ombres et lumière, les acteurs sous l’occupation, entretiens avec Bernard Cohn, Jean-Charles Tacchella, Christine Leteux, Dominique Casadesus, Olivier Barrot, Alain Decaux, Dominique Delouche et Jean Delannoy (2018, 49 mn 50, film de Dominique Maillet) - Positif, une revue (2003, 52 mn 28, film de Bernard Cohn)
• Éditeur : Doriane Films

Commentaire artistique

Natalia a été coécrit (avec Claude Heymann) et réalisé par Bernard Cohn, ex-critique à la revue « Positif » devenu assistant-réalisateur et qui se lance en 1988 dans ce long-métrage, le seul film de fiction de sa carrière. C’est le premier film qui aborde le thème original, assez ignoré du 7e Art hexagonal, des conditions matérielles et morales du cinéma sous l’occupation, dépeintes par le biais d’une romance entre un metteur en scène, Pierre Arditi, et une jeune actrice juive, Philippine Leroy-Beaulieu. Amour, Résistance et déportation sont au programme de cette narration qui nous invite à découvrir les contraintes et les diktats que les nazis ont fait peser sur le cinéma en créant une compagnie de production à capitaux germaniques, la Continental, qui, tout en assurant aux comédiens français la garantie de pouvoir continuer à travailler, allait radicalement orienter les contenus vers le cinéma de divertissement afin d’éviter tout sujet prohibé. Le sort de Natalia, jeune actrice volontaire rattrapée par ses origines et déportée, symbolise l’épineux problème de la réaction des milieux artistiques durant l’occupation : collaborer, comme le fait Paul Langlade par amour du métier (Pierre Arditi impeccable) ? Pactiser et dénoncer ses amis juifs (André subtilement incarné par Jacques Boudet) ? Jouer l’inertie comme Jacqueline la meilleure amie (excellente et rayonnante Dominique Blanc) ? Ou entrer en résistance comme Verdier (Wladimir Yirdanoff) ex-amant de Natalia recruté par Claude, militaire strict interprété par Gérard Blain ? Le scénario ne se contente pas de décrire la période de l’occupation mais traite en profondeur de l’après-guerre avec ses traumatismes (Natalia revient brisée des camps) et ses règlements de comptes (commission d’enquête et d’épuration du cinéma). Tout l’intérêt du film ne réside pas tant dans sa forme romanesque, restreinte à un petit nombre de protagonistes emblématiques, que dans son éclairage sur cette période sensible concernant le milieu cinématographique en temps de guerre. La mise en scène, très classique, confère au long-métrage une sorte de détachement formel à mettre sans doute au compte d’une approche trop intellectuelle (d’un critique de cinéma) et qui atténue la portée dramatique des événements, en dépit d’une interprétation globale tout à fait convaincante. Complété de suppléments passionnants, le combo Blu-ray/DVD Natalia a bénéficié d’une excellente restauration qui permet de profiter au mieux de la superbe photographie de Denys Clerval et du soin apportée à la reconstitution hyper documentée (exemple : costumes en papier utilisés dans les films sous l’occupation par manque de tissu…). Ce beau livre d’images, manquant souvent de naturel comparé à son alter-ego théâtral Le Dernier Métro de François Truffaut (1980), mérite néanmoins d’être vu pour son sujet incontestablement passionnant et relativement méconnu.

 

Blu ray Natalia

Commentaire technique

Restauration et numérisation 4K par Hiventy avec le soutien du CNC

Image : copie HD, très belle définition et excellent piqué sur les textures, granulation très fine, contraste parfaitement maitrisé et bonne compression fluide et sans artefacts, étalonnage chaud, colorimétrie naturaliste aux tons saturés

Son : mixage français monophonique clair et dynamique, dialogues très intelligibles et sans distorsion, bon équilibré avec les ambiances, pas de souffle appuyé ni de défaut particulier

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Mixage sonore : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleueetoile grise(3,5/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt0097957/

 


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework