icon facebook icon youtube icon qwant icon tumblr icon pinterest icon rss

The Cloverfield Paradox : un mixage Atmos de référence (en Blu-ray, DVD et VOD)

Blu ray The Cloverfield Paradoxe 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile griseetoile grise(2,5/5)

Synopsis

Après un accident avec un accélérateur à particules, une station spatiale américaine découvre que la Terre a disparu. Les résidents de la station vont alors être confrontés à l'étrange présence d'une autre station spatiale tout près de leur position.

• Titre original : The Cloverfield Paradox
• Support testé : blu-ray
• Genre : science-fiction, horreur
• Année : 2018
• Réalisation : Julius Onah
• Casting : Gugu Mbatha-Raw, David Oyelowo, Daniel Brühl, John Ortiz, Chris O'Dowd, Aksel Hennie, Ziyi Zhang, Elizabeth Debicki, Roger Davies, Clover Nee
• Durée : 1 h 41 mn 48
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 2,39/1
• Sous-titrage : français, anglais, arabe, danois, néerlandais, finlandais, allemand, italien, japonais, norvégien, polonais, brésilien, espagnol, espagnol (amérique latine), suédois, thaïlandais, anglais
• Pistes sonores : Dolby Atmos anglais - Dolby Digital 5.1 français, allemand, espagnol, italien, japonais, polonais, portugais
• Bonus VOST : Les choses ne sont pas toujours ce que l'on pense, Making of (14 mn 23) - L'équipage du Shepard, le casting (14 mn 48)
• Éditeur : Paramount Pictures Video

Commentaire artistique

L’immense succès populaire et critique de Cloverfield (2008) avait suscité un second volet en 2016, 10, Cloverfield Lane, un huis clos saisissant produit par J.J. Abrams qui n’était pas contre un troisième film de la franchise. C’est chose faite avec The Cloverfield Paradox qui résulte en fait d’un scénario indépendant d’Oren Uziel que la société de production Bad Robot a trituré pour en faire un troisième volet plutôt bancal par ses nombreux rajustements et ses scènes rajoutées ! La réalisation a été confiée à Julius Onah dont la filmographie composée de plusieurs court-métrages et d’un long, n’as pas marqué les esprits. Le scénario s’appuie sur un argument largement sollicité par la science-fiction, le paradoxe temporel rebaptisé Cloverfield, une notion complexe qui dans ce film trouverait son explication dans la physique quantique. Après une amorce dystopique, pas totalement indispensable, sur une terre ravagée par la pénurie d’énergie, le film prend de la hauteur en nous invitant à partager les expériences d’un équipage de la station spatiale Cloverfield et chargé de sauver l’humanité ! Dans l’espace confiné de la station, où l’essentiel du film se déroule (sujet du scénario initial) hormis quelques scènes sur terre avec Michael le médecin vivant sa propre histoire, les divers scientifiques de tous bords, dont Tam s’exprimant en chinois (l’actrice Zhang Ziyi ne parlant pas l’anglais…), s’agitent à solutionner les faits étranges qui leur arrivent. A priori, le collisionneur de particules « Shepard » embarqué dans la station a flingué un boson de Higgs, ce qui a enclenché le déploiement d’univers parallèles rendant très vite la narration embrouillée mais heureusement ponctuée de quelques surprises visuelles. The Cloverfield Paradox est un film d’action horrifique qui utilise avec brio la qualité de ses effets spéciaux et de son redoutable mixage Atmos mais dont la réalisation néglige la caractérisation de ses personnages. Ce manque d’émotion pénalise cet ersatz d’Alien qui se révèle un film hautement divertissant mais dénué de toute profondeur psychologique. Dans son intrigue passablement confuse, les dilemmes familiaux d’Ava, jouée par Gugu Mbatha-Raw, ses rapports avec la mystérieuse Mina Jensen (Elizabeth Debicki) ou l’énigme de la personnalité de Volkov incarné par Aksel Hennie peinent à retenir l’attention. Quant à l’existence d’univers parallèles qui rend la narration ouverte, où tout peut arriver et où rien n’est rationnellement identifiable, elle tient plus de la facilité de scénariste que d’une réelle réflexion en profondeur nourrie par une construction dramatique appropriée. Difficile de croire que le récit insipide de ce long-métrage de science-fiction ait pu susciter des tentatives d’explications alambiquées… Distrayant et à visionner surtout pour son extraordinaire mixage sonore.

 

Blu ray The Cloverfield Paradoxe

Commentaire technique

Image : copie HD, excellente définition (tournage en 35 mmm avec cameras Panaflex et Master Format 4K) avec un piqué bienvenu sur tous les accessoires de la station spatiale (écran, commandes, voyants, etc.), très bonne gestion du contraste, étalonnage à tendance réaliste avec une colorimétrie chaude aux teintes limitées et aux tons nuancés ; dommage qu’il n’existe pas de disque UHD pour profiter de la Dolby Vision et du HR 10 du DCP

Son : mixage Atmos anglais de référence, dialogues clairs au centre, extrême dynamique, spatialisation hypertrophiée et impressionnante avec dispersion des sons dans toutes les directions, la dimension verticale du procédé Atmos et un usage redoutable des LFE garantissent une immersion constante ; la VF soignée et crédible ne possède pas la même ouverture que la VO en Atmos et le mixage des voix VF est trop dominant

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rouge(4,5/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleue(5/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile griseetoile griseetoile grise(2/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleueetoile grise(2,5/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt2548396/

 

Blu-ray et DVD disponibles sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework