icon facebook icon youtube icon qwant icon tumblr icon pinterest icon rss

Picnic at Hanging Rock : fascinantes disparitions irrationnelles… (en Blu-ray, DVD et VOD)

Blu ray Picnic at Hanging Rock 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile grise(3,5/5)

Synopsis

En Australie, en 1900, l'établissement privé Appleyard est un pensionnat où l'on apprend les bonnes manières aux jeunes filles. Lors d'un pique-nique organisé par l'institut à l'occasion de la Saint-Valentin, trois élèves ainsi que l'une de leurs professeures se volatilisent à proximité d'un vertigineux rocher, où le temps semble s'arrêter. Enlèvement ? Fugue ? Chute mortelle ? Alors que les recherches commencent, et que l'on en apprend davantage sur les pensionnaires et leur directrice, le mystère semble s'épaissir…

• Titre original : Picnic at Hanging Rock
• Support testé : blu-ray
• Genre : mini-série, drame
• Année : 2018
• Réalisation : Larysa Kondracki, Amanda Brotchie, Michael Rymer
• Casting : Natalie Dormer, Lily Sullivan, Lola Bessis, Harrison Gilbertson, Samara Weaving, Madeleine Madden, Inez Currõ, Ruby Rees, Yael Stone, Philip Quast
• Durée : 5 h 05 mn 37 (52 mn 11, 52 mn 23, 53 mn 09, 48 mn 39, 50 mn 06, 49 mn 09)
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 2,00/1
• Sous-titrage : français
• Pistes sonores : DTS-HD MA 5.1 anglais, français
• Bonus en VOST : interviews: Alice Addison scénariste (2 mn 30), Inez Curro actrice (1 mn 46), Jo Porter productrice (12 mn 08), Michael Rymer réalisateur (2 mn 43) et Nathalie Dormer actrice (11 mn 55) - recréer une rue de Londres (1 mn 15) - filmer à Hanging Rock (1 mn 41) - filmer à Victoria (3 mn 46) - que s'est-il passé ? (1 mn 17) - cinq bandes annonces - lien Internet
• Éditeur : Elephant Films

Commentaire artistique

La mini-série Picnic at Hanging Rock renvoie inévitablement au film Pique-nique à Hanging Rock, célèbre adaptation que Peter Weir réalisa en 1975 dans le style de la Nouvelle Vague australienne. A l’origine de cette histoire de disparitions irrationnelles, devenue carrément mythique en Australie, il y a le best-seller de Joan Lindsay (1967) qui développe, à la manière d’un roman en demi-teintes d’Henri James, les conséquences de la volatilisation d’étudiantes sur les rochers de Hanging Rock à Victoria. L’explication de ce mystère, purement fictionnel, donnée dans un chapitre final fut retirée du roman, ce qui fascina les lecteurs et suscita maintes tentatives d’explications jusqu’en 1987 lorsque la clé (le chapitre manquant) fut donnée dans un second roman posthume, Joan Lindsay étant décédée en 1984. Le film remarquable de Peter Weir avait su conserver subtilement tout le mystère du roman en ne donnant aucun éclaircissement plausible. Relever le défi de produire une nouvelle adaptation était un pari risqué : c’est, ce qu’ont tenté Beatrix Christian et Alice Addison avec cette mini-série australienne tournée sur les lieux réels de l’action, très bien interprétée, esthétiquement splendide et remarquée, aussi, pour sa superbe musique composée par Cezary et Jan Skubiszewski. Le casting, dominé par la prestation de Natalie Dormer, incarnant une directrice à la personnalité plus qu’ambiguë et inoubliable derrière ses lunettes de soleil, réunit un groupe de jeunes actrices. Loala Bessis, Lily Sullivan, Samara Weaving et Madeleine Madden prêtent leur silhouette gracieuse à ces jeunes filles aux aspirations de notre temps, une modernisation qui nécessitera « d’oublier » la version éthérée de Peter Weir. Les contraintes d’une société victorienne interdisant toute émancipation et appliquées méthodiquement dans cette usine à jeunes filles de bonne famille sont explicitées plus nettement dans la version télévisée qui se révèle, tout de même, prudente dans la dénonciation des injustices sans pour autant dissimuler des questions brûlantes sur le racisme et l’homosexualité. Les créatrices ont cherché manifestement à se démarquer du film en accentuant l’aspect féministe du sujet. Mais cette nouvelle lecture du roman de Joan Lindsay, en explorant plus en profondeur les contours des personnages, est affaiblie par son étirement et ses multiples afféteries cinématographiques : la photographie esthétisante parvient difficilement à combler l’allongement sur six épisodes d’une histoire énigmatique qui aurait pu être resserrée de moitié ! Sans égaler le parfum élégiaque et mystérieux du long métrage inoubliable de Peter Weir, Picnic at Hanging Rock dispense un divertissement agréable, orientant le récit vers un féminisme d’actualité mais abusant des tics du genre, le flash-back et le développement superfétatoire, au point d’alourdir inutilement l’intrigue.

 

Blu ray Picnic at Hanging Rock

Commentaire technique

Image : copie HD, très belle définition d’une image riche en nuances (Master Format 2K), excellent contraste restituant les éclairages sophistiqués de la photographie, étalonnage lumineux et chatoyant, colorimétrie chaude aux tons nuancés

Son : mixage anglais 5.1, clair et dynamique, dialogues centrés très bien équilibrés, ambiances naturalistes subtilement réparties sur les surrounds, belle mise en valeur de la musique, LFE très efficaces ; VF très soignée, proche du mixage originel, voix un peu plus présentes

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise(4/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile griseetoile grise(3/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt6038954/

 

Blu-ray et DVD disponibles sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework