icon facebook icon youtube icon qwant icon tumblr icon pinterest icon rss

Bohemian Rhapsody 4K : un biopic guère audacieux (en UHD, Blu-ray, DVD et VOD)

UHD Bohemian Rhapsody 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile griseetoile grise(3/5)

Synopsis

Le destin extraordinaire du groupe Queen et de leur chanteur emblématique Freddie Mercury, qui a défié les stéréotypes, brisé les conventions et révolutionné la musique : évocation du succès fulgurant de Freddie Mercury à ses excès, risquant la quasi-implosion du groupe, jusqu'à son retour triomphal sur scène lors du concert Live Aid, alors qu'il était frappé par la maladie…

• Titre original : Bohemian Rhapsody
• Support testé : UHD
• Genre : biopic musical
• Année : 2018
• Réalisation : Bryan Singer
• Casting : Rami Malek, Lucy Boynton, Gwilym Lee, Ben Hardy, Joseph Mazzello, Aidan Gillen, Tom Hollander, Allen Leech, Aaron McCusker, Mike Myers
• Durée : 2 h 14 mn 37
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 1,33/1 et 2,39/1 (HDR 10+, HDR 10, D-Box Motion Code)
• Sous-titrage : français, anglais, espagnol, danois, néerlandais, finnois, allemand, italien, portugais, norvégien, suédois, chionis, indonésien, malais, thaï
• Pistes sonores UHD : Dolby Atmos anglais - DTS-HD MA 2.0 anglais - DTS 5.1 français
• Pistes sonores Blu-ray : DTS-HD MA 7.1 anglais - DTS 5.1 français, allemand, italien - Dolby Digital 5.1 espagnol, portugais, thaï
• Bonus sur l’UHD : concert Live Aid du film dans son intégralité incluant 2 chansons inédites dans le montage cinéma : We Will Rock You et Crazy Little Thing Called Love (21 mn 55)
• Bonus sur le Blu-ray : concert Live Aid du film dans son intégralité (21 mn 55) - Rami Malek : Dans la peau de Freddie (16 mn 13) - Le Look et le son de Queen, les réalisateurs et membres du groupe racontent la création du film (21 mn 44) - la reconstitution du concert Live Aid (19 mn 55)
• Éditeur : 20th Century Fox

Commentaire artistique

Quatre Oscar au compteur (meilleur acteur, meilleur montage, meilleur son, meilleur montage son), Bohemian Rhapsody est un biopic musical relativement classique qui, en raison de la notoriété du groupe Queen et de son chanteur Freddie Mercury, s’est hissé financièrement en tête de tous les films du genre et dont la composition magistrale par l’acteur Rami Malek d’origine égyptienne (c’est lui qui fait le pharaon dans les trois volets de La Nuit au musée), déjà remarqué pour son rôle dans la série Mr. Robot, a été la principale bénéficiaire des prix attribués dans le monde. Le sujet de Bohemian Rhapsody avait été annoncé dès 2010 avec Sacha Baron Cohen sur un scénario de Peter Morgan mais, en 2013, l’acteur déçu de ne pouvoir développer l’aspect gay du chanteur abandonne le projet. C’est après de multiples remaniements qu’en 2017 le nouveau scénario d’Anthony McCarten sera porté à l’écran : si Bryan Singer est crédité comme seul réalisateur, ses relations houleuses avec Rami Malek et ses absences répétées au tournage incitent le studio à le remplacer fin 2017 par Dexter Fletcher initialement prévu à ce poste. Au-delà des chansons et de la musique, montée par John Ottman, forcément gage de totale (ou presque) adhésion par les fans du groupe, ce que l’on retiendra du film, c’est l’extraordinaire performance de Rami Malek qui, au prix d’un bel entraînement pour copier les postures insensées sur scène de Freddie Mercury et l’ajout d’une prothèse dentaire, est stupéfiant de ressemblance. Autrement Bohemian Rhapsody se contente d’être un biopic soigné, documenté (cf., bonus sur la reconstitution du concert) et très éloigné de la fulgurance artistique de Queen et de son chanteur leader. Entièrement concentré sur l’apothéose du concert, ce film encense l’artiste plus qu’il ne faudrait, modifie la chronologie et prend de la liberté avec la biographie en minimisant l’homosexualité et en sur-dramatisant certains caractères de son entourage comme Mary Austin, plaisamment incarnée par Lucy Boynton ou Paul Prenter joué par Aidan Gillen. Les trois autres musiciens de Queen sont plutôt bien incarnés physiquement par Gwilym Lee, Ben Hardy et Joseph Mazzello. Néanmoins, le scénario enchaîne habilement les moments clés et parvient à rester assez cohérent en évitant partiellement que l’omniprésence de Freddie Mercury et de sa légende n’occultent tous ses partenaires. Mais ce ne sont guère les anecdotes intimes sur la vie du chanteur, qui donnent pourtant pas mal d’informations sur ses origines et sur son ascension, qui resteront mémorables mais bien les reconstitutions de concerts et d’enregistrements qui écrasent par leur énergie tout le reste du film : le concert final « Live Aid » est un morceau d’anthologie même si la multiplication des spectateurs par l’outil numérique manque parfois de réalisme. En revanche le travail de mixage à base de plusieurs voix, dont celle de l’acteur, afin de couvrir l’amplitude vocale inimitable (trois octaves) du chanteur, est confondant de vérité. Ponctué des grands morceaux de Queen, dont « Bohemian Rhapsody » surtout, « We Will Rock you » ou « We are the champions », ce biopic ne devra être vu que pour ses passages musicaux géniaux : le reste du métrage, en évitant les sujets qui fâchent et en gommant tous les excès attestés du chanteur, ne dépasse jamais la consensualité d’un biopic musical conventionnel… tout ce que n’était pas Freddie Mercury et les Queen. Décevant sauf pour la musique !

 

UHD Bohemian Rhapsody

Commentaire technique

Image : copie UHD, superbe définition avec un piqué exceptionnel (filmé au début en 35 mm avec Arriflex 35 BL puis ensuite avec Arri Alexa 65 et SXT, Master Format peut être 4K), un contraste totalement maitrisé sur les écarts lumineux, un étalonnage naturaliste chaud, accru en HDR10, une colorimétrie chatoyante aux tons saturés

Son : mixage Dolby Atmos, grande dynamique, dialogues clairs, spatialisation hypertrophiée notamment pour le concert final avec diffusion sur tous les canaux (l’ampleur de la scène passe par les voies verticales, le bruit diffus de la foule envahit l’arrière de l’image), un vraie immersion dans un son en relief, surrounds et LFE ultra efficaces ; la VF limitée au 5.1 n’a pas la même ampleur malgré le soin apporté à la postsynchronisation

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rouge(5/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleue(5/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile grise(3,5/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile demi bleueetoile griseetoile grise(2,5/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt1727824/

 

Combo UHD/Blu-ray et DVD disponibles sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework