icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube      

Le Nom de la rose : Umberto Eco en version série télé modernisée (en DVD et VOD)

DVD Le Nom de la rose serie 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile griseetoile grise(3/5)

Synopsis

En Italie, en 1327, une série de meurtres mystérieux au cœur d’une abbaye bénédictine sème le trouble dans cette région isolée du Nord des Alpes. Guillaume de Baskerville, assisté de son novice Adso de Melk, témoins de ces atrocités, mènent l’enquête. Ils sont eux-mêmes traqués par Bernard Gui, homme de main impitoyable du Pape. Et ce dernier n’a qu’un seul objectif : éliminer l’ordre de St François, dont Baskerville est membre...

• Titre original : The Name of the Rose
• Support testé : DVD
• Genre : mini-série télévisée, drame
• Année : 2019
• Réalisation : Giacomo Battiato
• Casting : John Turturro, Rupert Everett, Damian Hardung, Michael Emerson, Fabrizio Bentivoglio, Greta Scarano, Richard Sammel, Stefano Fresi, Roberto Herlitzka, Fausto Maria Sciarappa, Maurizio Lombardi, Nina Fotaras, Guglielmo Favilla, Piotr Adamczyk, Tchéky Karyo
• Durée : 6 h 52 mn 35 (50 mn 34, 54 mn 15, 49 mn 34, 50 mn 18, 50 mn 33, 50 mn 18, 51 mn 22, 55 mn 45)
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 1,78/1
• Sous-titrage : français
• Pistes sonores : DTS 5.1 anglais - Dolby Digital 2.0 anglais - Dolby Digital 5.1 français
• Bonus : Dans le secret du Nom de la rose, Making of (1 h 32 mn 14)
• Éditeur : Wild Side Video

Commentaire artistique

Les fans du roman d’Umberto Ecco (1980) et du film, non moins mémorable, de Jean-Jacques Annaud (1986) risquent d’être surpris par cette version modernisée qui traite ce thriller médiéval à la manière d’une série policière contemporaine. Le Nom de la rose, mini-série télévisée, n’hésite pas à développer plus qu’il ne faudrait le contexte historique de l’enquête et à distendre sur 8 épisodes et quelques 7 heures, la narration, avec une plus grande fidélité, en exploitant les ressources multiples du roman qui brasse histoire, sociologie, philosophie. Ce qui n’empêche pas les nombreux créateurs de la série de se permettre, avec l’aval des héritiers de l’auteur, de développer une intrigue inédite développée autour de Dolcino et Margherita, protagonistes à la mentalité trop contemporaine pour être historique. Filmée en Italie, la reconstitution bénéfice de la très belle photographie de Jon Conroy, qui est digne d’éloge même si elle ne peut rivaliser avec le travail de Tonino Delli Colli pour le film de Jean-Jacques Annaud. D’ailleurs les décors impressionnants, les costumes somptueux et les accessoires détaillés, tout concoure à la qualité de la série qui est visuellement réussie (cf., le Making of, un bonus fleuve) et interprétée par un excellent casting international. C’est à John Turturro qu’incombe la rude tâche d’incarner Guillaume de Baskerville, le moine franciscain « détective » façon Sherlock Holmes : impeccable, il s’en sort plutôt bien dans un registre très différent de la performance inoubliable, pince-sans-rire et malicieuse de Sean Connery. Ruppet Everett est étonnant en inquisiteur Bernardo Gui, le vilain de service, et Tchéky Karyo compose un pape Jean XXII plus politicien machiavélique qu’humaniste théologien. Adso le novice et la fille sont incarnés avec justesse par Damian Hardung et Nina Fotaras mais sont plus lisses que dans la version de 1986. Quant à Stefano Fresi, il faut saluer sa performance honorable de Salvatore, aide rustique et contrefait, comparée à la prestation inénarrable et inégalable de Ron Perlman dans ce même emploi. La mise en scène de Giacomo Battiato n’est pas des plus arienne et tend à surexploiter les travers des séries actuelles où l’esbroufe dans le suspense semble remplacer un vrai langage cinématographique chargé de sens : les envolées lyriques surlignent le récit et les acteurs se comportent comme des humains du 21e siècle. Cependant pour les spectateurs familiers des séries actuelles et pour tous ceux qui auraient la « chance » d’ignorer la résolution des mystères faute d’avoir vu le film de Jean-Jacques Annaud, la mini-série Le Nom de la rose conjugue une très belle évocation visuelle de ce Moyen-Âge monastique et un « whodunit » efficace : agréable et distrayant.

 

DVD Le Nom de la rose serie

Commentaire technique

Image : copie SD, bonne définition mais limitée par le format DVD avec absence de piqué sur les détails (dommage pour la qualité de la reconstitution), excellent contraste, étalonnage naturaliste, colorimétrie nuancée

Son : mixage anglais 5.1, très dynamique, dialogues clairs au centre, spatialisation ample aux effets surrounds immersifs des sons d’ambiances et une belle mise en valeur de la musique composée par Volker Bertelmann, LFE très efficaces ; VF 5.1 soignée, dynamique et équilibrée

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile grise(3,5/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise(4/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile griseetoile grise(3/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt7572868/

 

DVD disponible sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Suivez nous

icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework