icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube      

Patrick : un coma à suspense (en Blu-ray et DVD)

Blu ray Patrick 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile grise(3,5/5)

Synopsis

Kathy Jacquard, une jeune infirmière, est embauchée dans une clinique privée australienne. Parmi les malades, il y a Patrick, 24 ans, dans le coma depuis plusieurs années. Bien des employés ont songé à le « débrancher », mais nul n'a osé… Intéressée par son cas, Kathy découvre que, s'il a perdu l'usage de ses cinq sens, Patrick en a développé un sixième, fascinant et redoutable. Du fond de son lit, il est capable de changer le cours des choses. La multiplication d'événements étranges met la clinique sous haute tension…

• Titre français : Coma
• Support testé : Blu-ray
• Genre : horreur
• Année : 1977
• Réalisation : Richard Franklin
• Casting : Susan Penhaligon, Robert Helpmann, Robert Thompson, Julia Blake, Rod Mullinar, Bruce Barry, María Mercedes, Walter Pym
• Durée : 1 h 52 mn 23
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 1,85/1
• Sous-titrage : français
• Pistes sonores : LPCM 2.0 anglais, français
• Bonus : interview télévisé de Richard Franklin, archives (24 mn 31) - Richard Franklin par Ivan Hutchinson sur le tournage de Patrick, 1978 (8 mn 56) - entretiens avec Susan Penhaligon, Rod Mullinar, Richard Franklin, Everett DeRoche, Antony I. Ginnane, menés par Mark Hartley pour son documentaire No Quite Hollywood (2008, 61 mn 06) - film annonce original (1 mn 44) - spot version originale (0 mn 32) - DVD du film - livret « Patrick Terreur à l’horizontale » par Marc Toullec (20 pages)
• Éditeur : Rimini Éditions

Commentaire artistique

Récompensé par le grand prix d’Avoriaz en 1979, le film Patrick a été réalisé par Richard Franklin, cinéaste ayant participé, par quelques titres dans les années 80 (Déviation mortelle, Psychose II) au renouveau du fantastique australien. Son dernier film, avant sa disparition en 2007, Visitors (2003) sera aussi écrit par Evrett De Roche, l’auteur du scénario de Patrick dont l’intrigue est savamment concoctée autour d’un argument simple et efficace : l’interaction sur son environnement d’un individu malfaisant dans le coma. Un vrai challenge de mise en scène : comme fasciner et terrifier le spectateur avec un acteur immobile (Robert Thompson) sur son lit médicalisé et ne pouvant absolument pas bouger, ni même ciller des yeux ! Richard Franklin a brillamment relevé le défi en nous confrontant directement à l’état statique de Patrick et à ses actions surnaturelles par le biais de Kathy, une jolie infirmière embauchée pour le surveiller jouée par l’actrice anglaise Susan Penhaligon. Le film nous place d’emblée dans l’ambiance angoissante d’une clinique dirigée par un docteur étrange (Robert Helpmann) et par une surveillante psychotique (Julia Blake). L’architecture de l’établissement, un savant décalque filmé à Melbourne du manoir Bates de Psychose, ajoute une touche gothique au récit. Le suspense est obtenu avec des moyens minimalistes, un casting resserré (dont les deux hommes gravitant autour de Kathy) et l'enchaînement énergique de scènes tendues et brutales : il n’en fallait pas plus pour que le cinéaste réussisse à installer une atmosphère d’épouvante suggérée par le pouvoir « télékinésique » (à la mode dans les films de cette époque) de Patrick même si la logique de la narration est souvent malmenée (séquence de la piscine) et certains effets peu convaincants (rôle de l’ex-époux). Il faut dire que dans le scénario original d'Everett De Roche, Patrick n’était qu’un quidam dans le coma et qu’à la demande de Richard Franklin il a été transformé en psychopathe (scène d’ouverture). Le rythme inégal du film semble, en effet, refléter le passage d’un thriller à suspense à l’influence hitchcockienne à celui d’une petite série B d’horreur. Résultat mitigé à sa sortie : mal perçu en Australie et aux USA (où il sera intégralement doublé par des acteurs américains), Patrick a surtout conquis le public européen… et Quentin Tarentino qui lui rendit hommage dans Kill Bill (cf. interview de Susan Penhaligon). Depuis, intensément soutenu par la partition de Brian May, Patrick a gagné une reconnaissance de film culte et mérite d’être vu notamment pour la performance de Richard Thompson, les yeux grands ouverts et muet tout au long du métrage !

 

Blu ray Patrick

Commentaire technique

Image : copie HD, bonne définition globale et grain argentique modéré (Master obtenu par numérisation du négatif 35 mm), très bon contraste, image lumineuse et sans défaut, étalonnage chaud, colorimétrie aux tons saturés avec une légère dominante magenta

Son : mixage anglais 2.0, clair et dynamique, dialogues très intelligibles, bon équilibre général voix et ambiances, belle mise en valeur de la musique de Brian May, pas de distorsion ; VF 2.0 efficace mais relativement artificielle

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise(4/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleue(3,5/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt0078067/

 

Combo Collector Blu-ray/DVD disponible sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Comments est propulsé par CComment

Suivez nous

icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework