icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube      

Chut, chut, chère Charlotte : diabolique et morbide (en Blu-ray et DVD)

Blu ray Chut Chut chere Charlotte 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile grise(3,5/5)

Synopsis

En 1929, en Louisiane. Lors d'une réception, la jeune Charlotte Hollis apparaît devant les invités couverte de sang : elle vient d'assassiner John Mayhew, son amant, à coup de hachoir. Des années plus tard, en 1964, après avoir échappé à la justice grâce à l'influence de son père, Charlotte vit toujours dans la somptueuse propriété qui a été le théâtre du drame. Soignée pour troubles mentaux, elle est convaincue que c'est son père qui a tué John Mayhew et que le fantôme de celui-ci hante la maison.

• Titre original : Hush... Hush, Sweet Charlotte
• Support testé : Blu-ray
• Genre : thriller
• Année : 1964
• Réalisation : Robert Aldrich
• Casting : Bette Davis, Olivia de Havilland, Joseph Cotten, Agnes Moorehead, Cecil Kellaway, Victor Buono, Mary Astor, Cecil Kellaway, Bruce Dern, Wesley Addy, George Kennedy, William Campbell
• Durée : 2 h 15 mn 45
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 1,85/1 Noir et Blanc
• Sous-titrage : français
• Piste sonore : Dolby Digital 2.0 monophonique anglais
• Bonus : livret "Chut... chut… chère Charlotte. A couteaux tirés" livret de 20 pages de Marc Toullec - DVD du film
• Éditeur : BQHL Éditions

Commentaire artistique

Chut… chut… chère Charlotte est la terrible histoire de Charlotte, fille d’un grand propriétaire de Louisiane qui, accusée d’avoir assassiné son amant, vit son passé en quasi recluse, en compagnie de sa bonne acariâtre Velma, dans la superbe maison familiale qui doit être rasée pour le passage d’une autoroute. Pour l’aider à déménager, sa cousine Miriam et son médecin traitant Drew Bayliss, un couple d’anciens amants, proposent leur assistance à Charlotte considérée comme aliénée. Lorsque Robert Aldrich décide d’adapter une nouvelle d’Henri Farrell, il a en tête de reformer le duo des monstres sacrés, Bette Davis et Joan Crawford, qu’il avait dirigé en 1962 dans Qu’est-il arrivé à baby Jane ? Le tournage démarre avec Joan Crawford mais des ennuis de santé contraignent le réalisateur à la remplacer par Olivia de Havilland et ce changement va considérablement grever le budget du film. Pour ce thriller, à la limite du grand guignol et cédant à quelques facilités scénaristiques, Robert Aldrich dispose d’un casting remarquable : outre ses deux stars, il peut compter sur le professionnalisme des actrices Agnes Moorehead (Velma) et Mary Astor (Jewel Mayhew) et du grand acteur Joseph Cotten (Drew). Il profite aussi des prestations courtes mais essentielles de Cecil Kellaway (Harry Wills), Victor Buono (père de Charlotte) et Bruce Dern (John). Si les scènes d’intérieurs sont filmées en studio à Hollywood, les extérieurs ont été captés dans la magnifique demeure de la plantation de Houmas en Louisiane. La splendide photographie en noir et blanc aux lumières contrastées et aux éclairages dramatiques qui contribuent à l’atmosphère horrifique du film est due au talent de Joseph F. Biroc. Lorsque Robert Aldrich réalise Chut… chut… chère Charlotte, il s’est remis en selle après quelques années d’exil en Europe : il est parvenu à convaincre Hollywood de son talent avec son style ironique et incisif et réussit l’exploit de relancer la carrière de grandes actrices marginalisées par leur âge. Si l’on peut contester l’outrance de certaines scènes, le cinéaste obtint néanmoins une performance indiscutablement intense de tous ses interprètes, et tout spécialement de la grande Bette Davis qui ne tombe jamais dans la caricature de la folie même si elle frôle parfois le cabotinage. Comme à son habitude Olivia de Havilland joue son rôle avec une grande classe mais c’est bien Agnes Moorehead, en harpie du ménage, qui retient l'attention. La mise en scène est caractéristique de son auteur, ne reculant devant aucun artifice ni effet appuyé, et jouant habilement du paroxysme et de la métaphore. Manipulation, faux semblants et mystères, l'enchaînement de l’intrigue ne cesse de dérober la solution au spectateur tout en démultipliant les scènes chocs : on pardonnera l’artificialité de l’histoire au regard du casting étoilé, de la belle atmosphère de suspense et de la somptueuse esthétique de ce film de genre. Comme il a été remarqué, la trame finale et certains plans de ce thriller sont très proches du terrifiant film noir d’Henri-Georges Clouzot Les Diaboliques (1955). Chut… chut… chère Charlotte est d’ailleurs plus palpitant pour son style stylisé et baroque cultivant l’ambiguïté permanente que pour le caractère ténébreux de son énigme. Du pur Aldrich toujours prêt à faire voler en éclat les conventions du genre et les règles hollywoodiennes savamment perverties. À voir sans hésiter malgré la maigreur de cette édition hexagonale dépourvue de tous les bonus offerts par le blu-ray Twilight sorti en janvier 2019.

 

Blu ray Chut Chut chere Charlotte

Commentaire technique

Image : copie HD, très bonne définition avec un grain argentique imperceptible, une image propre sans défaut notoire, un gestion optimale du contraste qui respecte les éclairages tranchés de Joseph Biroc, noirs francs, blancs nuancés, gris bien étagés, sous-titrage en jaune pas toujours aussi tranché que le classique sous-titre blanc.
À noter qu’il est difficile de savoir si le format d’exploitation en salle était 1,66/1 ou 1,85/1 mais seul le DVD original chez Fox a été édité en 1,66/1…

Son : mixage anglais monophonique, hélas non « lossless », dialogues clairs, pas de distorsion, dynamique un peu faible, bon équilibre général avec les ambiances et la musique de Frank De Vol, pas de souffle

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Mixage sonore : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleue(3,5/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile griseetoile grise(3/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt0058213/

 

Combo Blu-ray/DVD disponible sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Comments est propulsé par CComment

Suivez nous

icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework