icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube      

Une Vie cachée : du Terrence Malick pur jus (en Blu-ray, DVD et VOD)

Blu ray Une Vie cachee 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile grise(3,5/5)

Synopsis

Inspiré de faits réels. Franz Jägerstätter, paysan autrichien, refuse de se battre aux côtés des nazis. Reconnu coupable de trahison par le régime hitlérien, il est passible de la peine capitale. Mais porté par sa foi inébranlable et son amour pour sa femme, Fani, et ses enfants, Franz reste un homme libre. Une vie cachée raconte l'histoire de ces héros méconnus.

• Titre original : A Hidden Life
• Support testé : Blu-ray
• Genre : biopic, drame
• Année : 2019
• Réalisation : Terrence Malick
• Casting : August Diehl, Valerie Pachner, Maria Simon, Tobias Moretti, Bruno Ganz, Matthias Schoenaerts, Karin Neuhäuser, Ulrich Matthes
• Durée : 2 h 53 mn 57
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 2,35/1 et 1,33/1 couleurs et Noir et Blanc
• Sous-titrage : français
• Pistes sonores : DTS-HD MA 5.1 anglais/allemand, français
Bonus édition spéciale FNAC : Derrière Une vie cachee, analyse du film par Philippe Rouyer (40 mn 09)
• Éditeur : UGC et Orange Studios

Commentaire artistique

Écrit et réalisé par Terrence Malick, Une Vie cachée est un biopic passé au filtre de la sensibilité artistique singulière de son auteur, c'est-à-dire un film oscillant sans cesse entre le lyrisme célébrant Dame Nature et la narration étirée soutenue par les réflexions existentielle de son protagoniste en voix-off. Le film raconte la vie de Franz Jägerstätter, fermier autrichien devenu soldat et qui sera guillotiné en 1943 pour objection de conscience car il était convaincu que l’injustice foncière de la guerre était en contradiction avec sa foi : le courage des convictions porté ainsi à son paroxysme incitera l’Église catholique à le proclamer martyr et à le béatifier (Linz, 2007). Si l’évocation s’appuie sur ses nombreuses notes rédigées en prison et sur les lettres à son épouse, le scénario a aussi pris quelques libertés, en particulier le refus de prêter serment à Hitler comme motif de son emprisonnement et de son exécution alors que ce serment n’était exigé, en réalité, que pour les officiers. Cette destinée dramatique conjuguée à la volonté inflexible de Franz de ne pas renier sa foi aurait pu tourner au mélodrame exaltant mais Terrence Malick, fidèle à son approche cinématographique, en a fait un éblouissant spectacle sensoriel et visuel servi par la photographie éblouissante de Jörd Widmer captant au grand angle en très haute définition les mouvements des acteurs, tel un ballet bien orchestré, et la photogénie des montagnes autrichiennes. Quel dommage de ne pas disposer d’une édition UHD 4K pour apprécier pleinement la beauté renversante de la photographie. Filmé dans l’ordre chronologique, avec pléthore de prises de vues anticipant un montage complexe assuré par Rehman Nizar Ali, Une Vie cachée tranche avec la déconstruction narrative propre aux derniers films du cinéaste mais ne déroge pas aux règles qui ont conforté la singularité de son cinéma passant, entre autre, par une longue préparation avec des acteurs investis. Ainsi les deux principaux interprètes, l’acteur allemand August Diehl qui joue Franz et l’actrice autrichienne Valerie Pachner qui joue Franzika son épouse, se sont entraînés aux travaux de la ferme (labours, dépiquage, récolte…) avec les outils d’époque (années 40). Le film, bien qu’évoquant le sort de Franz Jägerstätter, tient plus d’une reconstitution perfectionniste de la vie campagnarde avec ses travaux multiples et les saisons qui passent, que de la biographie dramatisée propre aux biopics traditionnels. Cette volonté d’ancrer le destin des personnages dans la vie quotidienne avec ses joies et ses peines passe par une chronique paysanne au rythme très alangui qui pourra fasciner ou rebuter. Mais cette magnifique élégie formelle, qui ne rend compte de la violence de la guerre qu’en hors-champ, n’est pas innocente : Une Vie cachée est un film métaphorique qui traite d’éthique et de croyance. L’attitude de Franz ne fait que symboliser la vision universaliste d’une humanité capable de défendre une morale élevée comme barrière à toute forme de haine : la population autrichienne ne fut pas la dernière, ni la seule, à emboîter le pas du nazisme dans les années 30/40. La force du message réside dans la subtilité de son propos, dépourvu de tout manichéisme, consistant à décrire la difficulté de résister au mal lorsque celui-ci s’insinue dans le quotidien et dévoile la vraie nature des gens. A cette position morale universaliste se greffe une dimension religieuse : les époux Jägerstätter sont profondément pratiquants et Franz assure même la fonction de bedeau. Le film insiste, relayé par la voix-off, sur la spiritualité intrinsèque du personnage qui ne cesse de s’interroger sur le bien-fondé de son comportement au regard de sa foi et de la question du libre-arbitre. Dans Une Vie cachée, la présence du divin semble faire en écho aux magnifiques paysages extérieurs des lieux de tournage et de quelques superbes intérieurs d’églises baroques… ce qui n’empêche pas le cinéaste de pointer la faiblesse des autorités ecclésiastiques faisant allégeance au nazisme. Sublimé en permanence par son esthétique et la qualité de son interprétation, dont celle de Bruno Ganz (son dernier film : le comédien est mort en février 2019) mais plutôt desservi par son manque rythme, Une Vie cachée transcende la trivialité de son récit : éloge de la liberté et de la conscience personnelle, le film fait du choix éthique de son protagoniste une opportunité de réflexion universaliste sur le libre-arbitre. Une Vie cachée est proposé dans une édition standard minimaliste - qui n'est même pas en UHD malgré un Master 4K natif et un mixage Dolby Atmos - juste enrichie dans l’édition spéciale FNAC d’un blu-ray bonus exclusif constitué par les commentaires éclairants, quoique très personnels, du critique Philippe Royer. Très agréable à voir, Une Vie cachée est un film d’auteur qui incite à la méditation.

 

Blu ray Une Vie cachee

Commentaire technique

Image : copie HD, superbe définition au piqué chirurgical dans les détails (tournage en 6/7 K grand angle avec Red Epic Dragon et Red-W Helium, Master Format 4K, plus images d’archive occasionnelles en 1,33/1 Noir et Blanc), très belle gestion des contrastes mais assez tranché selon la nature des plans intérieurs ou extérieurs, un étalonnage naturaliste et une colorimétrie réaliste aux tons subtils et nuancés

Son : mixage anglo/allemand 5.1 (version Atmos au cinéma, version 7.1 sur le blu-ray américain) d’une grande clarté sur les dialogues (seuls les nazis parlent en allemand et ne sont pas sous-titrés) avec une belle dynamique qui profite aussi à la musique symphonique et aux chœurs religieux, spatialisation ample aux ambiances naturalistes mais en même temps très sophistiquées, usage efficace et magistral des surrounds ; VF 5.1 tout aussi remarquable avec des doublages relativement convaincants même si la VO est irremplaçable

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rouge(4,5/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise(4/5)
Bonus Fnac : etoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile griseetoile grise(2,5/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile demi bleueetoile griseetoile grise(2,5/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt5827916/

 

Editions standards Blu-ray et DVD disponibles sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Comments est propulsé par CComment

Suivez nous

icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework