Jeanne d'Arc : un biopic idéologique des années 30 (en Blu-ray et DVD)

Blu ray Jeanne d Arc 1935 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile grise(3,5/5)

Synopsis

À la fin de la Guerre de Cent ans, la France va de défaites en défaites face aux Anglais. Seule la ville d'Orléans résiste, défendue par La Trémoille, Dunois, et d'Alençon. À Domrémy, en Lorraine, une jeune fille de 17 ans, Jeanne, entend la voix de l'archange Michel. Il lui dit d'aller retrouver le dauphin Charles pour le faire couronner à Reims. Après le sacre, lui seul pourra bouter les Anglais hors de France.

LA SUITE APRÈS LA PUB

• Titre original : Das Mädchen Johanna
• Support testé : Blu-ray
• Genre : historique, drame, biopic
• Année : 1935
• Réalisation : Gustav Ucicky
• Casting : Angela Salloker, Gustaf Gründgens, Heinrich George, René Deltgen, Erich Ponto, Willy Birgel, Theodor Loos, Aribert Wäscher
• Durée : 1 h 25 mn 24
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 1,20/1 Noir et Blanc
• Sous-titrage : français
• Piste sonore : LPCM 2.0 monophonique allemand
• Bonus : MediaBook avec le Blu-ray et le DVD du film (81 mn 59) - livre « J'ai nom Jeanne la pucelle » de David Didelot (80 pages) sur Jeanne d’Arc, le mythe dans le cinéma mondial, allemand et nazi
• Bonus : diaporama (8 mn 00)
• Éditeur : Artus Films

Commentaire artistique

On ne compte plus les films et les téléfilms innombrables (cf. livre bonus) qui ont eu pour scénario la vie de Jeanne d’Arc, héroïne française brûlée vive à 29 ans par les Anglais à Rouen et dont la destinée a alimenté nombre de mythes à résonnance politique ou religieuse. La plus grande difficulté rencontrée par les biopics sur la Pucelle réside souvent dans les sources historiques concernant le personnage : elles se limitent essentiellement aux retranscriptions de ses deux procès. Dans le cas de Das Mädchen Johanna, le biopic est écrit par Gerhard Menzel, auteur qui soutint Adolf Hitler dès octobre 1933 et écrivit plusieurs films de propagande réalisés par Gustav Ucicky. C’est dire si ce Jeanne d’Arc de 1935, produit Bruno Duday pour la UFA en pleine prospérité sous la gouvernance de Joseph Goebbels, est connoté national-socialiste même s’il n’est pas ouvertement nazi et s’inscrit plutôt dans le registre des grands spectacles populaires. Le film n’aura pourtant qu’un succès limité et sera retiré très vite des salles avant d’être interdit de projection en Allemagne après 1945 puis considéré longtemps comme perdu ! Outre la particularité navrante de ses conditions de production, le film possède le privilège d’être la première version cinématographique sonore consacrée à l’héroïne de la Guerre de Cent Ans. Certes il a été précédé par un chef-d’œuvre muet, La Passion de Jeanne d’Arc (1928) de Carl Theodor Dreyer, mais il demeurera le seul film parlant sur Jeanne d’Arc jusqu’en 1948 lorsque Victor Fleming réalise son Jeanne d’Arc hollywoodien en Technicolor. Sous les traits angéliques d’Angela Salloker, parfaite incarnation idéalisée de cinéma, la Jeanne d’arc de 1935 est présentée comme une sainte (baignée de lumière et sublimée par une musique adéquate) dans une évocation médiévale de studio, sous-tendue par une propagande indiscutablement idéologique. Il est en effet question du peuple asservi par l’occupant anglais et dont la salvation-rédemption sera assurée par un dirigeant charismatique et calculateur. Le scénario organise Jeanne d’Arc en quelques séquences emblématiques : le siège d’Orléans, la rencontre avec le roi, le sacre, Soissons, le bûcher et, 25 après, la réhabilitation par Charles VII mais on notera l’absence des scènes du procès. Dans cette narration, toute à la gloire de Jeanne, le roi Charles VII (Gustaf Gründgens) est décrit comme un stratège amoral, les Anglais comme des occupants odieux et les Français (les nobles) y sont tout autant vilipendés. À l’évidence, le film, entre image d’Épinal et peinture Saint-sulpicienne, se contente de ne retenir que les éléments les plus édifiants du mythe, tel qu’il a été consigné au 19ème siècle. Filmé au studio UFA de Neubabelsberg, Jeanne d’Arc possède un casting de choix, le meilleur de l’époque, et une esthétique qui se voudrait exaltante, avec sa foule de figurants, ses effets spéciaux spectaculaires et sa photographie expressionniste due à Günther Krampf. La réalisation opportuniste de Gustav Ucicky souffre néanmoins du jeu un tantinet appuyé de ses acteurs, parfois même terriblement outrancier, au point que les dialogues sont plus « criés » que prononcés ! Jeanne d’Arc est une superproduction germanique curieuse qui mérite d’être vue, avec le recul, comme un témoignage historique malgré son manque flagrant d’authenticité et son scénario capable de triturer les faits avérés. Un film captivant à la seule condition d’avoir toujours à l’esprit le contexte idéologique de la réalisation. À ce propos, si le seul bonus vidéo de l’édition haute définition consiste en un simple diaporama, il faudra consulter le livre illustré et instructif qui l’accompagne dans lequel le personnage de Jeanne d’Arc et le film de la UFA sont finement analysés. Intéressant. 

 

Blu ray Jeanne d Arc 1935

Commentaire technique

Numérisation 2K par Cine-Post Production pour l’Institut Friedrich-Wilhelm-Murnau en 2019 à partir d’une copie positive de troisième génération conservée au Bundesarchiv-Filmarchiv des Archives Nationales de la RDA. Les passages manquants ont été récupérés d’une copie anglaise sous-titrée conservée dans les mêmes archives. Copie restaurée et sous-titrée en français par Artus Films en 2020

Image : copie HD, définition variable, certains plans sont moins piqués (filtre de diffusion, copie d’origines différentes), grain très discret et homogène (tournage en 35 mm), image propre et stabilisée, défaut en bas du cadre en début de film, bon contraste - hormis certains plans - respectant assez fidèlement les éclairages expressionnistes tranchés et les noirs denses, étalonnage assez régulier, gris étagés, blancs nuancés, compression honorable

LA SUITE APRÈS LA PUB

Son : mixage 2.0 monophonique allemand, dialogues clairs parfois un peu saturé et suraigus, souffle discret, dynamique élevée, haut du spectre très limité, fluctuations, pas de distorsion pénalisante

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile grise(3,5/5)
Mixage sonore : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile griseetoile grise(3/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise(4/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt0026761/

 

Combo Collector Blu-ray/DVD disponible sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Suivez nous

icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework