Pacific Rim 4K : un divertissement furieux et démesuré (en UHD et Blu-ray)

UHD Pacific Rim 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile griseetoile grise(3/5)

Synopsis

Surgies des flots, des créatures monstrueuses, les Kaijus, ont déclenché une guerre contre l’humanité. Une arme nouvelle est inventée pour les combattre : les Jaegers robots colossaux contrôlés simultanément par deux pilotes communiquant par télépathie. Alors que la défaite paraît inéluctable, les forces armées n'ont d'autre choix que d'avoir recours à un ancien pilote et une jeune femme en cours d'entraînement. Ensemble, ils constituent le dernier rempart de l'humanité contre une apocalypse imminente…

LA SUITE APRÈS LA PUB

• Titre original : Pacific Rim
• Support testé : UHD
• Genre : science-fiction, action
• Année : 2013
• Réalisation : Guillermo del Toro
• Casting : Charlie Hunnam, Diego Klattenhoff, Idris Elba, Rinko Kikuchi, Charlie Day, Burn Gorman, Ron Perlman, Max Martini
• Durée : 2 h 11 mn 16
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 1,85/1 (HDR10)
• Sous-titrage : français, néerlandais, castillan, chinois mandarin, chinois cantonais, coréen, espagnol Amérique Latine, portugais, arabe, tchèque, danois, finlandais, norvégien, polonais, brésilien, russe, suédois, turc, anglais, allemand, italien
• Pistes sonores : Dolby Atmos anglais - DTS-HD MA 7.1 français, allemand - Dolby Digital 5.1 français Québécois, italien, castillan, espagnol Amérique Latine, chinois Mandarin, portugais, tchèque, polonais, russe, turc
• Bonus : coffret « Titans of Cult » avec un boîtier métal SteelBook collector inédit contenant l’UHD et le Blu-ray du film - un pin's métallique exclusif Pan Pacific Defense Corps, un poster collector format A3
• Bonus sur le Bu-ray : commentaire audio de Guillermo del Toro (VO) - Lumière sur, Making of en treize parties (2013, VOST, 62 mn 26, VOST) : un film de Guillermo del Toro, aperçu des Kaijus et des Jaegers, complexité du design des robots, hommage à la tradition des Kaijus, importance de la masse et de l'échelle, liste des Rangers du Shatterdome, l'élégance humain suggérée des Jaegers, à l'intérieur de la dérive, technologie gothique, décors gigantesques, visite au bébé Kaiju, visite sur le décor de l'allée de Tokyo, sons d'orchestre de l'Anteverse
• Éditeur : Warner Home Video

Commentaire artistique

Pacific Rim, réalisé en 2013 par Guillermo del Toro, est réédité en UHD, assorti de goodies, dans la collection « Titans of Cult ». C’est avec ce blockbuster, au succès planétaire aussi colossal que ses robots, que le cinéaste mexicain, auteur réputé pour son univers singulier (Le Labyrinthe de Pan, 2006) comme pour ses adaptations de comics (Hell Boy, 2004, Hell Boy 2, 2008), affirma son appétence pour le cinéma commercial. Le scénario de Pacific Rim a été coécrit par Travis Beacham et Guillermo del Toro : à l’intrigue simpliste, manichéenne et prévisible imaginée par le premier, la passion du second pour le cinéma de genre japonais a introduit dans l’intrigue les deux seules originalités notables. Ce sont les Kaijus, monstres colossaux peuplant le kaijū eiga ou « cinéma des monstres », initié avec le Godzilla de Ishiro Honda (1950), et les Jaegers, robots gigantesques apparus dans les mangas et animes de science-fiction, tels que Goldorak (1975). Le réalisateur a accepté de diriger Pacific Rim après avoir dû renoncer à son projet d’adaptation d’un roman de H.P. Lovecraft. Techniquement Pacific Rim a été tourné à Toronto en 2D numérique par Guillermo Navarro avec sept boitiers Red Epic. Le casting masculin réunit, dans les rôles principaux, Charlie Hunnam et Ron Perlman (en guest star), interprètes de Sons of Anarchy (2008), et Idris Elba en marshal bienveillant et empathique. Le seul rôle féminin de ce film d’hommes est tenu par la charmante l’actrice japonaise Rinko Kikuchi, qui faillit décrocher un Oscar pour sa prestation dans Babel (2006) d’Alejandro González Iñárritu. Pacific Rim est un film d’action viscérale dont l’échelle est démultipliée par les adversaires en présence haut de dizaine de mètres et pesant des milliers de tonnes. Cette démesure visuelle imprime sa marque sur toute la durée du film dans lequel les quelques rares scènes à mesure humaine et passablement stéréotypées (le héros en retrait, le pilote jaloux, le capitaine dur mais humain, la jeune femme novice, l’esprit d’équipe, la romance, etc.) assurent la liaison entre les scènes d’action pure. Supervisés par John Knoll, les effets spéciaux hypertrophiés animent les combats titanesques entre monstres et robots au cours de séquences à couper le souffle : entre la bande sonore dolby Atmos terrifiante et les assauts ravageurs et délirants des créatures qui envahissent l’écran, le spectateur sort abasourdi par ce spectacle qui sera, selon les sensibilités, grisant ou épuisant. Esbroufe intégrale, Pacific Rim ne dépasse jamais le niveau désespérant et la vacuité du film d’action dénué de toute profondeur psychologique. Si on peut être raisonnablement fasciné par la prouesse technique d’avoir rendu tous ces monstres et ces robots crédibles (générant une communauté de fans inconditionnels), le fond de l’intrigue, gavée de clichés, est assurément décevant… pour une réalisation signée Guillermo del Toro ! Impossible d’adhérer à cette histoire qui en fait des tonnes et qui ne pourra satisfaire qu’un public préadolescent tant la dramaturgie de la narration s’avère naïve. C’est donc seulement avec un regard d’enfant, une orientation assumée par le cinéaste, que l’on pourra éventuellement apprécier ce spectacle furieux et disproportionné qui ne fait jamais dans la dentelle mais qui suscite l’indulgence pour ses nombreuses allusions cinématographiques et pour son hommage revendiqué au maître Ray Harryhausen. Pacific Rim reste quand même bien éloigné du Guillermo del Toro que l’on aime pour Le labyrinthe de Pan (2006) ou pour La Forme de l’eau (2017).

 

UHD Pacific Rim

Commentaire technique

Image : copie UHD, excellente définition, bon piqué même si il ne s’agit pas de 4K natif (tournage numérique avec Red Epic, master Format 2K) et restitution remarquable des textures, contraste très bien maitrisé (HDR) surtout dans les scènes en basse lumière, étalonnage naturaliste chaud avec une palette chromatique chatoyante, élargie en HDR avec une bonne saturation des tons

Son : mixage Atmos anglais hypertrophié, dialogues clairs au centre, dynamique impressionnante et constante qui ajoute à la furie des ambiances des combats (armes, tempête, destruction d’architecture, vol hélicoptère, etc.) et de la bande originale de Ramin Djawadi, spatialisation ultra spectaculaire et immersive avec une ampleur démultipliée grâce aux canaux de hauteur, une répartition ample sur les surrounds et un usage démesuré des LFE ; VF 7.1 dynamique et spectaculaire, doublage soigné mais moins naturel, scène sonore plus étriquée

LA SUITE APRÈS LA PUB

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rouge(4,5/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleue(5/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile griseetoile grise(3/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise(4/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt1663662/

 

Combo « Titans of Cut » UHD/Blu-ray disponible sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Suivez nous

icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework