PUBLICITÉ

Prison : lorsque le surnaturel se mêle à l’horreur carcérale (en Blu-ray et DVD)

Blu ray Prison 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile griseetoile grise(3/5)

Synopsis

Depuis qu'il fut envoyé à la chaise électrique pour un crime qu'il n'a pas commis, Charles Forsyth hante la prison qu'il occupait. Quelques années plus tard, le gardien Eaton Sharpe, responsable du sort de Forsyth, est nommé à la tête de cette même prison. Une fois l'esprit de Forsyth libéré de sa cellule, il entamera une vengeance meurtrière qui le conduira jusqu'à Sharpe…

LA SUITE APRÈS LA PUB

• Titre original : Prison
• Support testé : Blu-ray
• Genre : horreur, fantastique
• Année : 1988
• Réalisation : Renny Harlin
• Casting : Viggo Mortensen, Chelsea Field, Lane Smith, Lincoln Kilpatrick, Tom Everett, Ivan Kane, André De Shields, Tom Lister Jr.
• Durée : 1 h 42 mn 55
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 1,85/1
• Sous-titrage : français
• Pistes sonores : DTS-HD MA 5.1 anglais - DTS-HD MA 2.0 anglais, français
• Bonus : boîtier Digibook limité contenant le Blu-ray et le DVD du film - livret « Prison Perpète en enfer » (24 pages) - présentation du film par Olivier Père (2021, 24 mn 37) - Un Sale moment, le Making of (Hard Time, 37 mn 39, réalisé par Michael Felsher) - bande annonce (2 mn 00)
• Éditeur : Sidonis Calysta

Commentaire artistique

C’est sur un argument original du producteur Irwin Yablans, qui imagine une histoire de revenant vengeur dans une prison bondée, que le long métrage Prison est construit. Jusque-là personne n’avait encore pensé à un cocktail mixant le film carcéral et le film d’horreur : Prison conçu au départ conçu comme un slasher deviendra au final un film de fantôme ! L’intérêt de cette série B sans prétention est surtout d’avoir été le tremplin pour le réalisateur Renny Harlin et pour l’acteur Viggo Mortensen. Le premier n’est pas encore l’auteur de films d’action musclé (58 minutes pour vivre, 1990 ou Cliffhanger, 1993) mais a fait ses preuves en 1986 avec son premier film Frontière interdite qui, justement, se déroule en prison (soviétique). Le second, connu à l’époque par quelques seconds rôles chez Woody Allen et Peter Weir, n’a pas encore percé. Prison, dans lequel il effectue ses propres cascades, lui permettra d’exprimer un peu mieux ses talents d’acteur, mais il devra attendre 1991 pour que Sean Penn le révèle vraiment dans The Indian Runner. Le tournage, au budget très limité, est entièrement réalisé en 1986 en décors naturels dans une prison réelle mais fermée depuis peu en 1981 : le Wyoming State Penitentiary à Rawlins. Le décor authentique qui date du 19e siècle est réellement impressionnant et correspond exactement aux propositions artistiques du scénario : le directeur de la photographie Marc Ahlberg saura utiliser avec efficacité la photogénie et l’aspect inquiétant, voire lugubre, du bâtiment. Aux côté des acteurs principaux, Chelsea Field (Katherine), Lane Smith (Wraden) et Lincoln Kilpatrick (Cresus), plusieurs véritables détenus, recrutés dans une autre prison, serviront de figurants particulièrement authentiques mais sous surveillance. Malgré quelques scènes obligées, inhérentes au genre, notamment une scène particulièrement gore dans le réfectoire, Prison ne se complaît pas dans l’horreur permanente et parvient toujours à insérer avec cohérence ses situations violentes à l’intrigue. C’est ce qui fait son intérêt et le démarque des petits films d’horreur sommairement joués et vites expédiés : on retiendra par exemple la séquence mémorable du déshabillage des détenus pour sa mise en scène étudiée redoutablement efficace. Prison démontre le talent de Renny Harlin à contourner les stéréotypes, nombreux dans le genre carcéral, et à revisiter avec esprit les clichés du film classique d’horreur. Il est pour cela fort bien secondé : le déluge saisissant d’effets visuels et d’hémoglobine, les éclairages tranchés surnaturels et la musique typée de Richard Band et Christopher L. Stone concourent à créer une atmosphère de claustrophobie angoissante, plutôt réussie. Distrayant.

 

Blu ray Prison

Commentaire technique

Image : copie HD, bonne définition, piqué honorable, grain argentique homogène (tournage en 35 mm avec caméra Arriflex, Master Format probablement 2K), image propre, contraste sans excès favorisant les éclairages tranchés mais manquant de dynamique, étalonnage chaud, colorimétrie naturaliste excepté les éclairages surnaturels, teintes sans excès de vivacité

Son : mixage anglais 5.1 (remix : Ultra Stereo au cinéma), dialogues clairs et équilibrés, niveau trop faible comparé au mixage anglais 2.0, bonne dynamique notamment sur la musique signée Richard Band et Christopher L. Stone, spatialisation contenue aux effets surrounds discrets sauf dans les scènes finales, LFE limité ; VF 2.0, claire, doublage soigné, niveau des voix élevé mais dialogues décollés des ambiances

LA SUITE APRÈS LA PUB

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile grise(3,5/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleueetoile grise(3,5/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile griseetoile grise(3/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleueetoile grise(3,5/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt0095904/

 

Digibook Blu-ray/DVD disponible sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus