PUBLICITÉ

Le Miel du diable : un thriller d’exploitation signé Lucio Fulci (en Blu-ray et DVD)

Blu ray Le Miel du diable 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile griseetoile grise(3/5)

Synopsis

Cecilia et Gaetano s'aiment d'un amour fou, charnel et pervers. Malgré cette passion destructrice pour laquelle elle accepte différentes humiliations, la jeune femme ne peut imaginer sa vie sans le beau saxophoniste. Mais suite à un stupide accident de moto, Gaetano meurt sur la table d'opération du docteur Dominici. Le chirurgien, dont le mariage avec Carole vole en éclat, est alors enlevé et séquestré par Cecilia qui le tient pour responsable de la mort de son bien-aimé. S'installe dès lors entre eux une relation aussi troublante que violente et désespérée…

LA SUITE APRÈS LA PUB

• Titre original : Il Miele del diavolo
• Support testé : Blu-ray
• Genre : thriller, érotique
• Année : 1986
• Réalisation : Lucio Fulci
• Casting : Brett Halsey, Corinne Cléry, Blanca Marsillach, Stefano Madia, Paula Molina, Bernard Seray, Lucio Fulci, Eulàlia Ramo
• Durée : 1 h 22 mn 27
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 1,85/1
• Sous-titrage : français
• Pistes sonores : LPCM 2.0 monophonique italien, français
• Bonus : combo avec la version intégrale non censurée et la version française d'origine sur un Blu-ray et un DVD du film (1 h 19 mn 08)
• Bonus en VOST sur le Blu-ray : générique français (2 mn 17) - diaporama d'affiches et de photos (1mn 54) - A Daughter's Memory, interview d'Antonella Fulci (11 mn 45, réalisation d’Eugenio Encolani) - Wild Flower: Corinne Clery in Italy, interview de Corinne Cléry (12 mn 13) - Producing Honey, interview de Vincenzo Salviani (13 mn 22) - The Devil's Sax, interview du compositeur Claudio Natili (9 mn 51)
• Éditeur : Artus Films

Commentaire artistique

Comme l’explique avec faconde le producteur Vincenzo Salvia (cf. bonus), Le Miel du diable (Plaisirs pervers) a été réalisé par Lucio Fulci convalescent. Le cinéaste avait été choisi pour sa réputation internationale apte à faire vendre ce film érotique à petit budget, un genre qui n’était pas familier au spécialiste du gore baroquisant de L’Enfer des zombies (1979) et L’Au-delà (1981). Effectivement, il n’y aura pas de scènes d’horreur et de plans mémorables dans ce thriller sans originalité qui joue sur la plastique de ses actrices, l’espagnole Blanca Marsillach et la franco-italienne Corinne Cléry, majoritairement employées à dévoiler leur anatomie. Quelques mâles, Brett Halsey et Stefano Madia, sont priés de nous convaincre que les relations amoureuses exacerbées peuvent déboucher sur une relation sadomasochiste suicidaire. Le scénario, concocté par cinq coauteurs, semble surtout préoccupé d’enchaîner des séquences érotiques dont l’esthétique passe-partout laisse à désirer. Le casting est contraint de surjouer en permanence, ce qui ne facilite pas la crédibilité de l’intrigue et l’on peine à déceler le style flamboyant emblématique de Lucio Fulci. Le Miel du diable est certes une œuvre de commande qui aura permis au cinéaste de retrouver le chemin des studios mais la banalité de l’intrigue et le manque d’ambition créatrice pénalisent ce petit film d’exploitation où l’on ressent tout juste la fascination morbide chère au cinéaste. Le Miel du diable est construit autour de la dualité classique sexe/mort, facilement analysable, mais les ficelles scénaristiques un peu voyantes et le manque d’épaisseur des caractères font regretter le Lucio Fulci de la grande époque. Avec sa silhouette photogénique et son sex-appeal manifeste, Blanca Marsillach monopolise l’attention. Malgré quelques dérives d’interprétation et un brin d’hystérie, elle incarne vigoureusement son personnage de femme coincée dans une relation amoureuse complexe qui la conduira de la désespérance à la contrainte selon une trajectoire irrémédiablement tragique. Malgré son esthétique «film d’exploitation», Le Miel du diable laisse deviner que le réalisateur aux manettes n’est pas un professionnel ordinaire mais un artiste talentueux : quelques plans singuliers le prouvent. Heureusement, Lucio Fulci a su insuffler par moment un peu de son art, malgré les codes du genre et le manque de moyens.

 

Blu ray Le Miel du diable Fulci

Commentaire technique

Image : copie HD, Master 2K restauré, très belle définition avec du piqué sur les détails, grain argentique homogène et discret (tournage en 35 mm, Master Format 2K), bonne gestion des contrastes, image lumineuse, noirs profonds, étalonnage naturaliste, colorimétrie chaude (Telecolor) aux teintes nuancées et tons saturés, image globalement propre

Son : mixage italien monophonique, dialogues très clairs mais toujours artificiels en raison de la post synchro italienne habituelle, excellente dynamique qui profite à la partition de Claudio Natili, pas de distorsion ni de saturation ; VF 2.0 monophonique dynamique et claire, doublage soigné et équilibré, pas de distorsion

LA SUITE APRÈS LA PUB

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile griseetoile grise(3/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt0090903/

 

Blu-ray et DVD disponibles sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus