PUBLICITÉ

Outrages : un film saisissant contre les exactions de guerre (en Blu-ray et DVD)

Blu ray Outrages 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)

Synopsis

En 1966, pendant la guerre du Vietnam, Eriksson, une jeune recrue, est sauvé de la mort par son commandant, le charismatique sergent Meserve. Quelques jours plus tard, le radio de l'escouade est abattu dans un village allié. En représailles, Meserve décide d'enlever une jeune villageoise…

LA SUITE APRÈS LA PUB

• Titre original : Casualties of War
• Support testé : Blu-ray
• Genre : drame, guerre
• Année : 1989
• Réalisation : Brian De Palma
• Casting : Michael J. Fox, Sean Penn, Don Harvey, John C. Reilly, John Leguizamo, Thuy Thu Le, Erik King, Jack Gwaltney, Ving Rhames
• Durée : 1 h 59 mn 07
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 2,39/1
• Sous-titrage : français
• Pistes sonores : DTS-HD MA 5.1 anglais, français - DTS-HD MA 2.0 anglais
• Bonus : combo avec le Blu-ray du film en version Director's Cut et le DVD du film en version cinéma - livre grand format «Une obsession vietnamienne» écrit par Nathan Réra et illustré de photos et d'archives rares (200 pages)
• Bonus en VOST sur le Blu-ray : bande annonce (2 mn 09) - Making of (SD, 2001, 30 mn 09, réalisation Laurent Bouzereau) - Eriksson's war, entretien avec Michael J. Fox (SD, 2001, 17 mn 59) - Des ténèbres à la lumière, entretien avec Eric Schwab, réalisateur de la deuxième équipe, filmé le 19 août 2021(exclusivité Blu-ray, 41 mn 00, réalisation Nathan Réra) - Casualties of War : Journal, images du tournage enregistrées en 8 mm en Thaïlande entre avril et juin 1988 par Monica Goldstein (exclusivité Blu-ray, 2021, 24 mn 11)
• Éditeur : Wild Side Video

Commentaire artistique

Lorsqu’il réalise Outrages en 1989, Brian de Palma est un cinéaste consacré par les critiques comme par le grand public : l’oscarisé Scarface (1983) et Les Incorruptibles (1987) lui ont donné toute liberté pour finaliser des projets cinématographiques qui ne seront pas toujours du goût des spectateurs. Ainsi Outrages se soldera par un échec au box-office malgré son casting prestigieux réunissant deux acteurs hollywoodiens charismatiques, chacun dans un registre différent, le décontracté Michael J. Fox (qui avait triomphé en 1985 avec Retour vers le futur) et le très engagé et indépendant Sean Penn. Le scénario, signé par le dramaturge Denis Rabe, s’inspire d’un article publié en 1969 dans The New Yorker par Daniel Lang sur un fait authentique, «Incident on Hill 192», survenu durant la guerre du Vietnam : l’enlèvement, le viol et le meurtre en novembre 1966 d’une jeune vietnamienne Phan Thi Mao par une escouade de soldats américains. Sur les cinq soldats, âgés de 20 à 22 ans, un seul ne participe pas à l’infamie et signale les faits à ses supérieurs sans que l’armée ne bouge : il faudra toute sa ténacité pour aboutir à la cour martiale. Hélas aucun des violeurs-tueurs ne purgera vraiment sa peine et tous seront libérés après quelques mois de prison ! Ce fait divers, absolument inhumain, pose la sempiternelle question de la déshumanisation par temps de guerre et du viol comme «arme de représailles» : plus d’un conflit dans le monde, encore aujourd’hui font état de cette ignominie. Ce thème ne pouvait déboucher que sur un film militant. Dès 1970 le cinéaste allemand Michael Verhoeven s’empare du sujet et réalise O.K. qui traite les faits dans une fiction qui les transposé en Bavière mais qui va susciter la controverse au point que le 20ème Festival de Berlin sera annulé : en effet, le président du jury et réalisateur George Stevens avait retiré le film de la compétition sous prétexte qu’il était anti-américain ! C’est dire si le sujet est sensible. Le projet d’adaptation de l’article de Daniel Lang alors en préparation à la Warner est mis de côté tandis qu’Elia Kazan imagine la suite de l’histoire dans un film indépendant Les Visiteurs (1971). Finalement en 1988 Brian de Palma, qui songeait depuis longtemps à cette adaptation va pouvoir enfin diriger Outrages, ce film saisissant et mémorable sur la guerre du Vietnam (mais qui venait après tant d’autres films-phares sur le conflit). Pour tout savoir sur la production, le tournage et la réception de ce dix-neuvième film, il suffira de consulter le beau, et surtout très documenté, livre de l’universitaire Nathan Réra, «Une obsession vietnamienne» inclus dans le coffret, ainsi que regarder les bonus de 2021 : l’interview d’Eric Schwab, réalisateur de la deuxième équipe du film, et le montage des films 8 mm de Monica Goldstein, assistante de Brian De Palma, sur le tournage en Thaïlande. Le résultat est sans appel : Outrages est à la hauteur de son sujet en parvenant à montrer concurremment l’horreur du conflit, pour les autochtones comme pour les soldats, et l’ambiguïté de situations de guerre inhumaines qui autorisent la perte de tous sens moral. Le scénario habile fait la part des choses et réussit à éviter le piège suprême du manichéisme même s’il ne va aussi loin que la réalité (dans la vraie vie, le sergent, incarné par Sean Penn, avait clairement affirmé vouloir tuer la jeune femme après le viol). Ce constat terrifiant, toujours d’actualité, sera considéré aux USA comme insoutenable alors que le film dépasse, de loin, le simple pamphlet antiaméricain (selon les défenseurs de la guerre du Vietnam) pour déboucher sur une condamnation plus universelle de toutes les exactions de guerre que rien ne peut justifier. La portée du film est donc bien supérieure au « fait divers » dont il s’inspire et possède les qualités d’une œuvre exceptionnelle : brio de la mise en scène spécifique du cinéaste (Scope, steadicam), authenticité de l’évocation, musique lyrique d’Ennio Morricone, interprétation remarquable de tous les acteurs, spécialement Michael J. Fox enfin sorti de ses emplois d’éternel adolescent. Malgré son prologue et son épilogue relativement discutables, Outrages demeure une magnifique réflexion, âpre mais nécessaire, sur la fragilité des valeurs humaines. Sans doute l’un des meilleurs films de Brian de Palma…

 

Blu ray Outrages

Commentaire technique

Image : copie HD, Master restauré, excellente définition, très bon piqué sur les gros plans et les textures (jungle), grain argentique conservé mais homogène et discret (tournage en 35 mm avec caméras Panaflex, Master Format 2K), très belle gestion naturaliste du contraste alternant scènes en basse lumière (nuit, jungle) et grande luminosité (camp militaire, scènes sur le fleuve), noirs denses, étalonnage et colorimétrie réalistes, teintes naturalistes, tons nuancés, image bien nettoyée de ses imperfections

Son : mixage anglais 5.1 (remix : au cinéma Dolby stéréo), dialogues clairs et équilibrés, excellente dynamique sur les scènes d’action (combats) et la musique lyrique d’Ennio Morricone, spatialisation réaliste et immersive avec un usage très spectaculaire des surrounds (vols d’hélicoptère, échanges de tirs, explosions), LFE très efficaces ; VO 2.0 claire, dynamique, niveau plus élevé, spatialisation plus frontale ; VF 5.1, claire et dynamique, doublage très soigné mais en retrait sur les voix américaines, spatialisation immersive

LA SUITE APRÈS LA PUB

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleue(4,5/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise(4/5)

IMDb
Outrages : https://www.imdb.com/title/tt0097027/
O.K. : https://www.imdb.com/title/tt0066171/

 

Combo Blu-ray/DVD disponible sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus