PUBLICITÉ

Cinema Paradiso 4K : un regard bienveillant et nostalgique sur la magie du cinéma (en UHD et Blu-ray)

UHD Cinema Paradiso 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)

Synopsis

Rome, dans les années 80, Salvatore, cinéaste, apprend que son vieil ami Alfredo est mort. Flash-back. Quarante ans plus tôt, en Sicile, Salvatore, surnommé Toto, hantait le cinéma « Paradiso ». Quand il n'était pas à l'école ou à l'église, Salvatore s'enfermait avec Alfredo qui lui apprenait la vie grâce aux mélos et aux comédies.

LA SUITE APRÈS LA PUB

• Titre original : Nuovo cinema Paradiso
• Support testé : UHD
• Genre : drame
• Année : 1988
• Réalisation : Giuseppe Tornatore
• Casting : Philippe Noiret, Jacques Perrin, Salvatore Cascio, Marco Leonardi, Isa Danieli, Agnese Nano, Antonella Attili, Enzo Cannavale, Brigitte Fossey
• Durée : 2 h 04 mn 47
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 1,66/1 (HDR10, Dolby Vision) Couleur et Noir et Blanc
• Sous-titrage : français
• Pistes sonores : DTS-HD MA 2.0 monophonique italien, français
• Bonus sur le Blu-ray : commentaire audio par Giuseppe Tornatore et Millicent Marcus - Un rêve de Sicile (HD, 2000, A Dream of Sicily, 54 mn 46) - Un ours et une souris au paradis, Making of (HD, A Bear and a Mouse in Paradise, 2006, 27 mn 27) - La ronde des baisers (HD, 2006, The Kissing Sequence, 7 mn 02) - bande annonce originale - bande annonce de la réédition du 25e anniversaire (1 mn 40)
• Éditeur : TF1 Studio

Commentaire artistique

Grand prix spécial du jury à Cannes et Oscar du meilleur film étranger, Cinema Paradiso de Giuseppe Tornatore est devenu, pour tous les cinéphiles du monde, un film culte sur les cinémas de quartier et un hommage sincère et nostalgique au cinématographe. Ponctué de nombreux extraits de films de tous horizons, qui sont projetés par Alfredo (Philippe Noiret), puis par Toto (Salvatore Cascio/Marco Leonardi/ Jacques Perrin) dans le cinéma Paradiso, le film conjugue une observation bienveillante de la société sicilienne du village de Giancaldo, une approche apologétique du 7e Art et une réflexion sur le temps qui passe. Cinema Paradiso a pour ambition de brasser, dans un même élan, l’émotion, la truculence et la tristesse : en somme beaucoup de situations diversifiées qui formeraient comme une saga centrée sur cette salle de cinéma vouée à disparaître. Giuseppe ne cache pas tout la résonance autobiographique de son scénario basé son propre vécu enfantin : ses souvenirs émus ont abouti à cette histoire romanesque, pétrie de grands sentiments et parfois un peu trop naïve, d’amitié entre un projectionniste et un garçonnet, fou de cinéma (irrésistible Salvatore Cascio). Le film insiste énormément sur l’aspect nostalgique en soignant la reconstitution de l’atmosphère pittoresque qui régnait pendant les projections dans cette salle paroissiale, quitte à grossir le trait exagérément à la manière d’un Federico Fellini (sans pourtant l’égaler). La bonne idée de l’intrigue est d’avoir imaginé les effets sur le public de la censure de l’église dans la mesure où le cinéma Paradiso est géré par la paroisse dont le curé Adelfio (Leopoldo Trieste) charge Alfredo de retirer toute scène de baiser (finalement réunis sur une bobine testament), ce qui va frustrer systématiquement les spectateurs. Sur cette trame assez simpliste, le film évolue en fonction des époques : une aubaine pour suivre l’évolution du jeune héros Toto mais aussi de divers protagonistes emblématiques qui ne sont pas très loin parfois du stéréotype. La mise en scène très classique et le jeu parfois affecté des acteurs donnent au film une allure de série B fortement imprégnée de sentimentalisme et de souvenirs enfuis. Le réalisateur délivre un message clair : la magie du cinéma laissera une empreinte indélébile dans le cerveau des spectateurs qui l’associeront à leur propre expérience, leurs adolescence et leur aventures amoureuses. Si ce pouvoir du cinéma est très bien suggéré dans Cinema Paradiso, servi par un casting adéquat, le rythme du film se révèle trop distendu et nonchalant bien qu’il s’agisse de la version cinéma (125 minutes), raccourcie par rapport au Director’s Cut (167 minutes). Cependant malgré quelques longueurs et sa propension à alourdir les situations, Cinema Paradiso demeure un bel hommage à un certain cinéma populaire et aux salles mythiques de quartier disparues dans lesquelles la magie opérait à chaque projection : un paradis qui s’est envolé. Un film bienveillant et nostalgique.

 

UHD Cinema Paradiso

Commentaire technique

La restauration 4K a été produite par l'Instituto Luce Cinecitta, avec le soutien de Dolce & Gabbana, Cristaldi Film et la Cineteca di Bologna. Elle a été effectuée à L'Immagine Ritrovata de Bologne sous la direction du réalisateur Giuseppe Tornatore et du directeur de la photographie Blasco Giurato.

Image : copie UHD, nouveau Master, excellente définition et très belle restitution des textures, piqué remarquable sur les détails, grain argentique conservé omniprésent et dense mais très cinéma (tournage en 35 mm, Master Format 2020 4K), image lumineuse et propre au contraste homogène et noirs francs, étalonnage chaud, colorimétrie somptueuse en HDR avec des teintes vives et des tons soutenus, compression sans faille

LA SUITE APRÈS LA PUB

Son : mixage italien 2.0 (pas de remix 5.1 comme sur l’UHD américain Arrow), dialogues clairs, postsynchronisation soignée et relativement artificielle (Philippe Noiret), excellente dynamique qui profite à la partition colorée d’Ennio Morricone et aux ambiances (séances de cinéma, mer, orage)

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rouge(4,5/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile griseetoile grise(3/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt0095765/

 

Combo UHD/Blu-ray disponible sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus