PUBLICITÉ

Le Genou d'Ahed : une critique radicale et vociférante (en Blu-ray, DVD et VOD)

Blu ray Le Genou d Ahed 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile grise(3,5/5)

Synopsis

Y., cinéaste israélien, arrive dans un village reculé au bout du désert pour la projection de l'un de ses films. Il y rencontre Yahalom, une fonctionnaire du ministère de la culture, et se jette désespérément dans deux combats perdus : l'un contre la mort de la liberté dans son pays, l'autre contre la mort de sa mère.

• Titre original : Ha'berech
• Support testé : Blu-ray
• Genre : drame
• Année : 2021
• Réalisation : Nadav Lapid
• Casting : Avshalom Pollak, Nur Fibak, Yoram Honig, Lidor Ederi, Yonathan Kugler, Amit Shoshani, Yehonathan Vilozni, Naama Preis
• Durée : 1 h 49 mn 43
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 2,39/1
• Sous-titrage : français
• Pistes sonores : DTS-HD MA 5.1 et 2.0 hébreu
• Bonus : court métrage La Star de Nadav Lapid, sélectionné au Festival de Cannes (2021, 17 mn 56) - présentation du court-métrage par Nadav Lapid (8 mn 12) - entretien avec Nadav Lapid (14 novembre 2021, 26 mn 55) - Description d'un combat, commentaire de Morgan Pokée, critique de cinéma (9 mn 03) - bande annonces : Le Genou d’Ahed (0 mn 52), Yalda (1 mn 42) et Indes galantes (1 mn 35)
• Éditeur : Pyramide Video

LA SUITE APRÈS LA PUB

Commentaire artistique

Coproduction franco-germano-israélienne, Le Genou d’Ahed de Nadav Lapid a reçu le prix du Jury à Cannes en 2021. Le film est basé sur des éléments autobiographiques précis (cf. bonus entretien) vécus en juin 2018 par le réalisateur de Synonymes (2019, Ours d’or à Berlin). Consterné par la promulgation d’une loi sur « la loyauté de la culture », il a décidé de donner le fond de sa pensée dans un film écrit et tourné dans « l’urgence », en tout juste un mois. Capté dans les décors naturels arides d’Arava et du village de Sapir où se déroule le récit, Le Genou d’Ahed raconte comment Y (Avshalom Pollak) et Yahalom (Nur Fibak), le cinéaste et la fonctionnaire de la Culture, vont faire le constat éprouvant de la toute-puissance de la censure qui désormais cherche à contrôler la pensée et l’artiste. Plus engagé que dans la réalité, le film explore les franges de la radicalité et la difficulté de distinguer précisément ce qui relève du bien et du mal pour déboucher sur une vision très pessimiste de la société israélienne. Pour y parvenir, Nadav Lapid propose un style de cinéma très inhabituel et parfaitement subjectif avec des mouvements dérangeants de caméra et une série de gros plans insistants sur certaines parties des corps des comédiens : le titre est explicite puisqu’il fait allusion au genou, rarement filmé, en écho au film d’Éric Rohmer Le Genou de Claire (1970) et à la menace proférée par un député israélien contre Ahed Tamimi, ado palestinienne contestataire et métaphore de la situation politique actuelle. Le Genou d’Ahed est intrinsèquement nourri du vécu du cinéaste qui insiste sur la place de la mère d’Y, via des messages vidéos, à l’instar de sa propre mère Era Lapid, monteuse de tous ses films, disparue en juin 2018. Le Genou d’Ahed n’est pas que provocant par sa forme mais l’est encore plus par ses paroles. Dans la scène culminante du film, en plein désert montagneux pendant la projection de son film, le réalisateur Y dit, en termes crus, tout le mal qu’il pense de son pays : selon Nadav Lapid la radicalité de ses injures expriment sans ambages, sous la forme d’un tsunami verbal qui submerge son locuteur, l’ambiguïté de la position des artistes, déchirés entre les sentiments de haine et d’amour patriotique. L’allusion au passé militaire du cinéaste Y permet de surenchérir sur la difficulté d’exprimer cette ambivalence qui risque de conduire l’individu à devenir complice du système oppressif. Le Genou d’Ahed est un film singulier qui dépeint un protagoniste prêt à en découdre avec la société pour mieux la sauver mais qui, malgré ses invectives, n’y parviendra pas pour cause d’humanité : en recouvrant sa bonté, le «héros» cesse son double combat contre la mort de son pays et celle de sa mère. Sur un thème particulièrement sensible, le poids de la censure dans son pays et la tentation du fascisme, Navad Lapid utilise la force du langage cinématographique. Mais son efficacité indéniable s’accompagne du réel inconfort engendré par un film qui refuse toute concession et qui crie le désarroi d’un artiste confronté à l’inertie d’un système politique liberticide. Doté d’une esthétique particulière, ce point de vue extrême n’a pas suscité que des éloges mais mérite indiscutablement d’être connu.

 

Blu ray Le Genou d Ahed

Commentaire technique

Image : copie HD, excellente définition, très beau piqué sur les détails (visages, textures désertiques), gestion très lumineuse du contraste favorisant les images ensoleillés et le ciel bleu, noirs denses, étalonnage et colorimétrie réalistes, teintes nuancées sans dominante

Son : mixage hébreu 5.1, dialogues (nombreux) clairs, très bonne dynamique sur les voix, sur les ambiances (moto) et sur les diverses chansons, spatialisation ample favorisant les sons immersifs (pluie), LFE ponctuellement efficace

LA SUITE APRÈS LA PUB

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise(4/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt12494638/

 

Blu-ray et DVD disponibles sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus