PUBLICITÉ

Les Chasseurs de scalps : un western truculent et décalé (en Blu-ray et DVD)

Blu ray Les Chasseurs de scalps 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile grise(3,5/5)

Synopsis

En 1850, dans les montagnes Rocheuses, le trappeur Joe Bass est contraint d'abandonner aux Indiens les fourrures qu'il espérait leur vendre. Ceux-ci lui laissent en échange un esclave en fuite. Lorsqu'il retrouve les corps des Indiens scalpés, il se lance à la poursuite des chasseurs de scalps, décidé à récupérer ses fourrures.

• Titre original : The Scalphunters
• Support testé : Blu-ray
• Genre : western
• Année : 1968
• Réalisation : Sydney Pollack
• Casting : Burt Lancaster, Shelley Winters, Telly Savalas, Ossie Davis, Dabney Coleman, Paul Picerni, Dan Vadis, Armando Silvestre
• Durée : 1 h 43 mn 22
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 2,35/1
• Sous-titrage : français
• Pistes sonores : DTS-HD MA 2.0 monophonique anglais, français
• Bonus : Digipack avec le Blu-ray (103 mn 22) et le DVD du film (99 mn 14)
• Bonus sur le Blu-ray : interview d'Éric Thouvenel, maître de conférences, Université de Rennes 2 (2022, 34 mn 01) - interview d'Olivier Père, directeur de l'unité cinéma d'ARTE France (2022, 40 mn 26) - bande annonce (VO, 3 mn 13)
• Éditeur : Rimini Éditions

LA SUITE APRÈS LA PUB

Commentaire artistique

Les Chasseurs de scalps est un western de Sydney Pollack qui ne se prend pas au sérieux et joue sur l’exubérance et l’inversion des situations, servies par une interprétation magistrale. Écrit avec talent par William W. Norton, ce film haut en couleurs conjugue plusieurs atouts dont la magnifique photographie de ses extérieurs en Arizona et au Mexique par Duke Callaghan et Richard Moore et une musique entraînante signée Elmer Berstein. Ce western est le troisième long métrage de Sydney Pollack devenu cinéaste en 1965 après une carrière d’acteur. En 1968-1969, il va diriger Burt Lancaster dans trois films, dont ce western peu banal qui ne relève du genre que par certains détails comme les paysages, les cowboys et indiens, les armes, etc., mais s’en différencie beaucoup également par son ton délibérément picaresque. Il ne faudra pas considérer Les Chasseurs de scalps comme une œuvre grave : Sydney Pollack s’appuie sur un scénario particulièrement malin pour jouer avec les codes du genre et pour nous offrir une galerie de personnages aussi stéréotypés que pittoresques. Avec un tel projet, le film aurait pu tourner à la parodie insipide mais c’était sans compter sur l’habileté du réalisateur a brillamment mettre en scène un casting d’exception et à jouer habilement sur le renversement des clichés. Si l’intrigue peut paraître assez invraisemblable, c’est un choix assumé qui va permettre à tous les comédiens, dont la connivence est parfaite, de se livrer à une performance savoureuse. Le duo Burt Lancaster (Joe Bass) et Ossie Davis (Joseph Lee) fonctionne très agréablement, excellemment épaulé par l’autre duo inénarrable formé par ses deux interprètes aguerris, Telly Savalas (Jimm Howie) et Shelley Winters (Kate) : tous ces comédiens nous offrent une succession de scènes d’anthologie aux dialogues ciselés jamais dénués d’un humour décalé jubilatoire. Comme à l’ordinaire Burt Lancaster est impeccable jusque dans la dérision tandis qu’Ossie Davis interprète un personnage d’esclave noir très intelligent capable de manipuler avec malice son entourage. Ce protagoniste qui se proclame indien, est le plus complexe et le plus intéressant de l’histoire, une caractérisation qui ne surprend pas connaissant les opinions de gauche du cinéaste. On notera ainsi la scène métaphorique et carrément burlesque de combat entre Joseph Lee et Joe Bass dans laquelle les deux adversaires sont tellement couverts de poussière qu’ils finissent par se ressembler et avoir la même couleur de peau !  Les Chasseurs de scalps, nous le savons, n’est pas de la veine des futurs grands films de Sydney Pollack (dans le genre, on pense à Jeremiah Johnson en 1972) et, hormis son message manifestement antiségrégationniste, il ne dépasse pas le niveau d’un spectacle très distrayant interprété avec toute l’intensité et la justesse d’acteurs irréprochables. Western singulier, Les Chasseurs de scalps n’est pas une pépite du genre et pourra décevoir les amateurs par son approche artificielle et amusante. Et malgré le constat (cf. bonus) que ce film s’inscrit dans la nouvelle vision plus critique du western, amorcée dans les années 60, cette analyse ne suffira pas à le définir autrement que comme une comédie sympathique, un tantinet blagueuse, qui se laisse voir sans ennui.

 

Blu ray Les Chasseurs de scalps

Commentaire technique

Image : copie HD, nouveau Master, définition moyenne et variable avec un piqué souvent faillible, texture argentique (tournage en 35 mm), fourmillement, quelques défauts (points blancs), légère instabilité, bon contraste sur les extérieurs ensoleillés, noirs soutenus, étalonnage chaud et colorimétrie tirant parfois sur le magenta, teintes manquant par moment de vivacité, tons saturés

Son : mixage anglais 2.0 monophonique, dialogues clairs, bonne dynamique sur les ambiances et la musique allègre d’Elmer Berstein, léger souffle, pas de distorsion ; VF 2.0 monophonique, claire et dynamique, doublage correct et daté au spectre un peu limité

LA SUITE APRÈS LA PUB

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile grise(3,5/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleue(3,5/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile griseetoile grise(2,5/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt0063557/

 

Combo Blu-ray/DVD disponibles sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus