icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube      

Coffret Douglas Sirk - Vol. 3

coffret-douglas-sirk-3 Note Artistique : etoile-rougeetoile-rougeetoile-rougeetoile-rougeetoile-demi-rouge (4,5/5)
Note Technique : etoile-bleueetoile-bleueetoile-bleueetoile-demi-bleueetoile-grise (3,5/5)

Avec ce 3e coffret, l'éditeur Carlotta invite à découvrir la période allemande de Douglas Sirk et à visionner ses mélodrames méconnus qu’il signa, sous son vrai nom Detlef Sierck, pour la UFA.

Infos

  • Coffret Les mélodrames allemands (4 films) : la Fille des Marais - Les piliers de la Société - Paramata, Bagne de Femmes - La Habanera
  • Titres origiginaux : Das Mädchen von Moorhof - Stützen der Gesellschaft - Zu neuen Ufern - La Habanera
  • Supports : DVD
  • Genre : Mélodrame
  • Années : 1935, 1935, 1937, 1937
  • Réalisateur : Detlef Sierck (Douglas Sirk)
  • Casting : K. Fischer-Fehling, H. Knoteck, H. George, M. Krahn, Z. Leander
  • Durée : 1 h 18 mn, 1 h 18 mn, 1 h 33 mn, 1 h 38 mn
  • Format vidéo : 4/3
  • Format ciné : 1,33/1, noir et blanc
  • Sous-titrage : français
  • Pistes son : Dolby Digital 1.0 mono allemand
  • Bonus : à propos du film (4, 5, 11, 9 mn), D. Sirk sur la genèse du film et Zara Leander (28 mn) avec Paramatta, bagne de femmes, confinement et nostalgie (17 mn) et BA avec La Hanabera.
  • Éditeur : Carlotta

Synopsis

La Fille des marais : A la foire aux servantes du village, Karsten Dittmar assiste au procès d’Helga Christmann, qui supplie son ancien employeur de reconnaître l'enfant qu'elle porte. Bouleversé il l’engage comme servante à la ferme de ses parents…

Les Piliers de la société : Après un exil de vingt ans, Johann Tönnessen revient en Norvège où son beau-frère, le consul Bernick, maître de la ville, s’apprête à lancer un projet de chantier naval contre l’avis des pêcheurs…

Paramatta, bagne de femmes : Au XIXème siècle, la chanteuse Gloria Vane s’accuse pour sauver son amant parti en Australie. Elle est condamnée à sept ans de bagne à Paramatta, prison pour femmes de Sydney où elle sera emprisonnée à proximité de l’endroit où vit son amant…

La Habanera : En 1927, en voyage à Porto Rico, Astrée Sternhjelm décide de rester et d’épouser le chevalier Don Pedro de Avila. Les années passent et sa vie est devenu un enfer, prisonnière d'un mari jaloux. Elle cherche à s’enfuir en Suède avec son fils et trouve l’aide d’un médecin suédois, son ancien soupirant...

Extraits de la Fille des Marais

Commentaire artistique

Maître incontesté du mélodrame, Douglas Sirk développera un style et une maîtrise pour ce genre dans sa période suivante à Hollywood. La passion romantique et l’exaltation sentimentale n’auront aucun secret pour lui : son génie apparait dès ces mélos réalisé pour la UFA.
Avec son premier mélodrame, La Fille des marais, adapté d’une nouvelle de Selma Lagerlöff, il n’hésite pas à porter un regard critique sur le puritanisme de l’Allemagne rurale. Son héros Karsten Dittmar transcendera par les actes ce conformisme social. Ce film suscitera un grand succès populaire et lancera tout un courant cinématographique «Blut und Boden» (Sang et Terre) et une série de remakes. La même année il dirige Les piliers de la société d’après Ibsen, un constat acablant sur l’ambition des grands de ce monde et sur le poids du mensonge qui résulte de leur ambition. Ce film bénéficie, pour exprimer le côté obscur de l’être humain, de recherches esthétiques : cadrages soignés, éclairages particulièrement étudiés et montage sophistiqué. Les deux autres mélos, Paramatta, bagne de femmes et La Habanera, sont interprétés pat une actrice suédoise, Zarah Leander, que la UFA embauche pour remplacer Marlene Dietrich. Ces films vont faire de l’actrice, une star emblématique, et annoncent le style raffiné et poétique de la future carrière américaine du cinéaste. Ces mélos bénéficient de solides scénarios de Gerhard Hanzel. Paramatta, bagne de femmes manie sous-entendus charnels, destin implacable et tourments sous la forme séduisante d’un film aux éclairages alambiqués et décors angoissants. La Habanera, où Zarah Leander interprète la célèbre chanson Der Wind hait mir ein Lid erzählt (Le vent m’a dit une chanson), est le récit trouble d’un désenchantement dans un cadre enchanteur. Une histoire dont l’émotion constante est magnifiquement transmise par un cinéaste maître de la peinture des sentiments. Un coffret qu’il faut vraiment visionner !

Commentaire sur les bonus

Un petit documentaire maison éclaire chaque œuvre

Note Image :
etoile-orangeetoile-orangeetoile-orangeetoile-orangeetoile-grise (4/5)

Note Son :
etoile-verteetoile-verteetoile-verteetoile-demi-verteetoile-grise (3,5/5)

Note Bonus :
etoile-rougeetoile-rougeetoile-rougeetoile-griseetoile-grise (3/5)

Note Packaging :
etoile-bleueetoile-bleueetoile-bleueetoile-demi-bleueetoile-grise (3,5/5)

Commentaire technique

  • DVD corrects, images restaurées, des défauts (rayures, sautes d’images) difficiles à atténuer.
  • Colorimétrie : contraste irrégulier avec des noirs plus ou moins denses
  • Étalonnage : assez régulier
  • Contraste : bon sur les films de 1937, plus délavé sur ceux de 1935
  • Compression : aucun défaut
  • Définition : relativement bonne en dépit d’un grain appuyé
  • Mixages : souffle omniprésent, quelques défauts, voix claires

Liens Web


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Suivez nous

icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework