icon facebook icon youtube icon qwant icon tumblr icon pinterest icon rss

Test ampli audio multiroom Yamaha MusicCast XDA-QS5400RK : le système multizones compatible domotique

Test amplificateur multiroom Yamaha MusicCast XDA-QS5400RK : le système multizones compatible domotique

Le multiroom est déjà une longue histoire chez Yamaha. La série MusicCast qui lui est dédiée a déjà vu plusieurs générations se succéder. La première remonte à 2003. La technologie aidant, Yamaha propose aujourd’hui une gamme ultra complète couvrant toutes les séries de produits audio (ou presque) de son catalogue. Pour sa part, la centrale XDA-QS5400RK est dédiée à l’intégration.

Yamaha MusicCast XDA-QS5400RK

Type : amplificateur multiroom 4 zones
L'avis de ON-mag : etoile verteetoile verteetoile verteetoile verteetoile grise
Prix : 2400 €

>>> RETROUVEZ TOUS NOS TESTS DANS NOS GUIDES ET MAGAZINES EN LIGNE 

Comme la toute première génération du début des années 2000, le XDA-QS5400RK est un système multiroom filaire. Il nécessite un câblage haut-parleurs dans les murs et les plafonds pour aboutir jusqu’à chaque pièce à sonoriser. Cela vous laisse un choix total pour les enceintes : modèles de bibliothèque, colonnes, encastrables, extérieures. Le XDA-QS5400RK fonctionne seul pour alimenter quatre pièces ou en collaboration avec d’autres appareils MusicCast comme les enceintes sans fil et les amplificateurs home cinéma Yamaha pour multiplier les points d’écoute. 

Ultra plat mais aussi ultra profond

Le Yamaha XDA-QS5400RK se présente sous la forme d’un grand amplificateur très plat, épais de 44 mm seulement. Cela représente une unité de rack pour les armoires normalisées. Il est donc deux fois moins épais que son concurrent le Denon HEOS Drive HS2, qui mesure deux unités. Leur largeur - 43 cm - est strictement identique. Deux possibilités pour l’installation du Yamaha : utiliser les pieds adhésifs pour le poser sur une étagère ou bien visser les oreilles pour l’installer dans un rack. Dans les deux cas, il faudra tenir compte de sa profondeur de 45 cm, plus importante que sa largeur. Il ne rentrera pas partout, ou alors le câblage à l’arrière sera du genre sportif. Une bonne raison pour laisser un installateur s’en charger, surtout avec la somme de réglages disponibles.

yamaha XDA QS5400RK front

La face avant dispose d’un afficheur indiquant l’état général de l’appareil. Puis il y a quatre groupes identiques pour chaque zone comprenant un voyant d’état, deux touches pour la mise en veille et la configuration, ainsi qu’un port USB. L’ensemble de ces éléments est occulté par un bandeau magnétique. Il est dommage que ce bandeau cache le voyant d’état de chaque zone alors qu’il laisse visible celui de l’appareil en général. Autre déception : lorsqu’une clé remplie de musique est insérée, bien entendu il n’est plus possible de replacer le bandeau.

À l’arrière, les connecteurs sont rassemblés par types. À droite les sorties pour les enceintes sont disposées sur des borniers à vis enfichables. C’est très utilisé dans le monde de l’intégration, cela apportant gain de temps et sécurité du raccordement. Le XDA développe 2x40 Watts par zone, ou 1x150W en mode bridgé. Les modules utilisés sont des ICEpower, donc en classe D. Ils sont bien séparés dans le boîtier, tandis que tout le reste des composants des quatre zones est rassemblé sur une carte unique.

yamaha XDA QS5400RK connexions

Tout à gauche se trouvent deux ports Ethernet, comme sur l’HEOS Drive HS2, afin de garantir une qualité de service en reliant l’appareil simultanément à deux switch réseau sur des réseaux distincts, un principal et un de secours. Suivent deux types d’entrées stéréo : une dite « insertion » et une auxiliaire classique. Il y a quatre sorties préamplifiées pour alimenter des amplificateurs externes. Elles sont liées chacune à leur sortie trigger 12V.

Le XDA-QS5400RK a été pensé pour une intégration idéale dans un système piloté par un automate domotique. Il y a tout d’abord un double port infrarouge entrée/sortie, en marge du pilotage possible via IP. Mais Yamaha a également prévu quatre entrées à contact sec. Elles sont à relier à l’automate ou pourquoi pas à des boutons filaires. Leur rôle est de couper momentanément la musique. L’usage principal est la sonnette d’entrée : lorsque quelqu’un est à la porte, la musique se coupe et un carillon retentit dans les enceintes. Le son du carillon est stocké dans le XDA-QS5400RK et plusieurs sont disponibles. Un autre son pourra être choisi pour indiquer que le dîner est prêt, par exemple.

yamaha XDA QS5400RK inside

Configuration à tiroirs

L’application mobile MusicCast pilote la centrale multiroom XDA-QS5400RK. Contrairement à l’HEOS Drive, il n’y a pas de reconnaissance automatique pour une utilisation immédiate. Dans le Yamaha, les quatre zones sont vraiment traitées distinctement. Il est nécessaire de connecter chaque zone l’une après l’autre, comme si l’on avait quatre appareils différents. C’est pour cette raison que la face avant de l’appareil possède autant de boutons de « connexion » que de zones.

yamaha XDA QS5400RK webapp

Une fois les zones ajoutées, elles apparaissent sur la page d’accueil, à côté de l’enceinte sans fil Yamaha MusicCast que nous avions sur notre réseau. Cette dernière déjà configurée est connectée à Deezer et Tidal. Pour autant, les quatre zones du XDA-QS5400RK n’y ont pas accès. Il faut se reconnecter à ces services pour une ou plusieurs zones de la centrale multiroom Yamaha. Cela a un intérêt : pouvoir associer des identifiants de compte différents à chaque zone, qui retrouveront ainsi leurs favoris et leurs playlists personnelles.

L’essentiel de la configuration avancée s’effectue depuis l’interface Web. Chaque zone possède sa propre adresse IP, il suffit de taper l’une des quatre dans un navigateur Web pour accéder à la configuration de l’ensemble. Ici, de nombreux réglages fins permettent de modifier le niveau de sortie de chaque haut-parleur, de chaque prise pre-out mais aussi de chaque source, services de streaming inclus. Il y a également les réglages de tonalité grave/médium/aigu, un réglage d’extension des basses, le choix du niveau de volume à l’allumage ou encore un mode mono.

Les paramètres donnent accès à la configuration des carillons, avec un mode test pour choisir les sons à sa convenance. Tout est personnalisable, jusqu’à choisir quelle zone peut être interrompue par quel carillon. Il y a également l’entrée audio d’insertion. Lorsque du son arrive par cette entrée, elle remplace la musique des autres zones. Il est même possible de choisir si le son démarre et s’éteint graduellement pour un effet plus agréable qu’une coupure abrupte.

Nous avons relié le XDA-QS5400RK à quatre paires d’enceintes encastrables dans autant de pièces différentes. Nous étions déjà habitués au fonctionnement du système MusicCast de Yamaha. Aucune surprise, la gestion des zones et de la musique fonctionnent comme attendu. Il est facile de grouper les zones, même avec notre enceinte sans fil Yamaha, puis d’avoir une vue générale de ce qui est joué et où grâce à l’application. Le système donne accès aux principaux services de streaming, aux dossiers partagés sur le réseau, aux quatre ports USB en façade et à l’entrée analogique auxiliaire. La restitution sonore est digne de notre système habituel, avec un grave dynamique et un effet stéréo convaincant. Les réglages audio permettent de personnaliser ce rendu à sa convenance.

Quatre zones audio pour une intégration dans une maison intelligente

Le contrôleur multiroom Yamaha XDA-QS5400RK est prêt à sonoriser quatre pièces de votre maison. Il représente l’équivalent de quatre amplificateurs réseau MusicCast WXA-50, mais avec moins de possibilités en entrées/sorties audio. Le XDA-QS5400RK est résolument tourné vers l’intégration. De par son format rackable pour commencer. Il existe par ailleurs un compagnon amplifié dans le même format pour multiplier les enceintes sans ajouter de zones (XDA-AMP5400RK). Cette centrale multiroom trouvera parfaitement sa place dans un système domotique pour réagir aux ordres de commandes externes, autant pour le pilotage que pour la coupure du son via des carillons et autres alertes.

Prix public indicatif : 2400 €
Site du fabricant : Yamaha

>>> CELA PEUT AUSSI VOUS INTÉRESSER : TOUS NOS TESTS DE SYSTEMES MULTIROOM

Notre avis

Qualité de construction : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orange (5/5)
Équipement et fonctions : etoile verteetoile verteetoile verteetoile verteetoile demi verte (4,5/5)
Ergonomie : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile grise (4/5)
Performances : etoile verteetoile verteetoile verteetoile verteetoile grise (4/5)
Musicalité : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile grise (4/5)
Intérêt : etoile verteetoile verteetoile verteetoile verteetoile grise (4/5)

Caractéristiques techniques

Amplificateur multiroom 4 zones
Amplification : 2x40 Watts sous 8 ohms par zone
Connectivité : 2x Ethernet, 1x entrée analogiques, 1x entrée d’insertion, 4x sorties pre-out/sub, 4x ports USB
Autres : 4x contacts sec pour fonction carillon, mise en rack 19’’, multiroom MusicCast, AirPlay
Dimensions (l x h x p) : 437 x 44 x 453 mm
Poids : 6,3 kg


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Mots-clés: Yamaha

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework