icon facebook icon youtube icon qwant icon tumblr icon pinterest icon rss

Test enceintes connectées Ikea Symfonisk : le mariage réussi du mobilier suédois et de l’audio signé Sonos

Test enceintes sans fil Ikea Symfonisk : le mariage réussi du mobilier suédois et de l’audio signé Sonos

Nous l’avons déjà évoqué différentes fois au cours des derniers mois : Ikea se lance dans les enceintes sans fil. Les deux modèles de la gamme Symfonisk sont disponibles depuis début août dans tous les magasins bleu et jaune. Plutôt que de partir de zéro, Ikea a écarté tous les risques possibles en s’associant à Sonos, le spécialiste des enceintes sans fil. Les enceintes Symfonisk apportent la touche pratique : étagère pour l’une, luminaire pour l’autre.

Ikea Symfonisk étagère

Type : Enceinte sans fil étagère
L'avis de ON-Mag : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise
Prix : 99 €

Ikea Symfonisk luminaire

Type : Enceinte sans fil lampe
L'avis de ON-Mag : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise
Prix : 179 €

>>> RETROUVEZ TOUS NOS TESTS DANS NOS GUIDES ET MAGAZINES EN LIGNE 

Ikea investit petit à petit les différents aspects de la maison intelligente avec des ampoules connectées et des stores motorisés dont le pilotage est rassemblé au sein de l’application Ikea Home Smart (anciennement Tradfri). D’autres fonctions dites domotiques arriveront sûrement par la suite. En attendant, Ikea a légèrement dévié vers le multimédia, une véritable nouveauté. Il existe déjà des enceintes Bluetooth à encastrer dans les meubles compatibles. Mais rien qui se connecte directement au Wi-Fi de la maison pour la musique. Avec les enceintes Symfonisk, Ikea arrive en concurrence directe face aux ténors du marché que sont Bose, Sony ou Denon, et même Sonos !

ikea symfonisk sonos lifestyle

Une enceinte étagère, et vice versa

La Symfonisk étagère se présente sous la forme d’un gros parallélépipède, disponible en noir ou en blanc. Posée debout, elle mesure le double d’une Sonos One. À plat, elle occupe environ l’espace d’un ordinateur portable de 13 pouces. Des petits patins en caoutchouc sont prévus pour les deux positions. Des chemins de câbles permettent de les camoufler quelle que soit la position de l’enceinte. Ikea est allé plus loin en prévoyant la possibilité de l’accrocher au mur. Des encoches sont pratiquées à cet effet sur la face arrière. En option, il est même possible de lui ajouter des crochets afin de l’installer dans la cuisine, sur les barres murales habituellement destinées aux ustensiles. En mode étagère simple, elle accepte de supporter jusqu’à 3 kg d’objets en plus de son propre poids. La grille protégeant les haut-parleurs est recouverte d’un tissu tressé. Une petite étiquette affiche les deux logos Ikea et Sonos côte à côte.

Plus massive, la Symfonisk luminaire mesure un peu plus de 40 cm de hauteur et 21 cm de diamètre. Elle est divisée en deux, la partie enceinte qui fait office de base est surmontée d’un globe en verre opaque. Celui-ci se retire très facilement pour insérer la lampe. Elle sera forcément à LED puisqu’elle ne doit pas dépasser 7 Watts, et avec un petit culot E14. La partie enceinte est recouverte d’un tissu tressé visiblement de moins bonne qualité que celui du modèle étagère. Il est tendu et semble pouvoir se retirer, ce qui lui donne un aspect un peu cheap. Positionné au milieu de ce tissu, un interrupteur manuel sert à allumer et à éteindre la lumière. Cela fait très américain, car aux Etats-Unis, les luminaires fonctionnent encore souvent sur ce principe, contrairement à ce côté-ci de l’Atlantique, où les interrupteurs sont intégrés au câble électrique.

Sur les deux enceintes Symfonisk, trois touches de fonction essentielles permettent de piloter le volume, d’arrêter et de relancer la musique, et d’associer l’enceinte lors de l’installation initiale. Ces touches mécaniques sont identiques à celles des premiers modèles d’enceintes Sonos. Les actuelles Sonos One et Play:5 Gen.2 possèdent maintenant des touches sensitives plus modernes. Enfin, la petite LED horizontale typique de tous les produits Sonos permet de connaître l’état de l’enceinte. Il est toujours possible de l’éteindre complètement si besoin. La connectique est réduite à une simple prise réseau Ethernet, si vous n’avez pas envie d’utiliser le Wi-Fi. L’équipement audio semble identique à celui de la Sonos One avec un tweeter à dôme surmontant un woofer de 75 mm.

ikea symfonisk sonos one

Installation à la mode Sonos

Ikea se repose entièrement sur l’application Sonos pour l’instant. Plus tard dans l’année, Ikea sortira l’application Ikea Sound Remote et le pilotage sera aussi possible via l’application Ikea Home Smart. Avec l’application Sonos, le principe est identique à ce que nous connaissons déjà. Il faut se rendre dans les paramètres et ajouter une enceinte. L’application reconnaît immédiatement la première enceinte Ikea Symfonisk et affiche son adresse MAC. Nous suivons la procédure, toujours aussi simple. Elle nous demande si la Symfonisk s’installe dans une nouvelle pièce ou si elle vient compléter un ensemble home cinéma avec une Sonos Beam ou un Sonos Amp existant, par exemple. À l’issue de toutes les étapes et de l’éventuelle mise à jour, l’application nous propose le TruePlay, le système de calibrage audio automatique utilisant le micro d’un iPhone - celui-ci est toujours indisponible avec les smartphones Android. TruePlay adapte le son de l’enceinte à la pièce, il est donc nécessaire de renouveler cette opération à chaque fois que vous déplacez l’enceinte.

Les Symfonisk apparaissent dans l’application Sonos comme n’importe quel autre appareil Sonos. Il n’y a strictement aucune différence. Les réglages sont identiques avec l’égaliseur, le loudness, la limite de volume, ou encore la désactivation volontaire du Wi-Fi. Il est possible de grouper entre elles les Symfonisk avec les autres enceintes Sonos. L’accès aux multiples services musicaux en ligne ne change pas.

Une restitution dynamique maîtrisée

Après avoir effectué le calibrage TruePlay, nous avons démarré les écoutes par la Symfonisk étagère. Nous retrouvons la filiation Sonos avec la reproduction du spectre légèrement creusé dans le médium. Le grave est sec et dynamique malgré le petit diamètre du woofer aidé activement par le traitement numérique du signal. Le médium semble un peu renfermé sur lui-même, le son reste collé à l’enceinte. La Symfonisk luminaire nous gratifie de la même signature sonore avec de l’embonpoint supplémentaire dans le bas du spectre. Un léger traînage se fait entendre dans les fréquences les plus graves. Nous faisons alors entrer dans le jeu une Sonos One. Celle-ci offre une restitution plus détaillée, avec un aigu plus fin et un médium moins coloré. Les micro-informations sont plus présentes. Si bien que la One projette le son autour d’elle, il ne reste pas collé à l’enceinte comparativement aux Symfonisk. Malgré ces différences notables, nous ressentons parfaitement l’esprit de famille entre toutes ces enceintes, qui sont clairement passées entre les mains des mêmes personnes.

Ikea & Sonos, même combat

Ikea a parfaitement réussi son coup en s’associant à Sonos. Les Ikea Symfonisk proposent une excellente qualité de restitution audio dans leur fourchette tarifaire. À laquelle il faut bien sûr ajouter la compatibilité Sonos totale. Pouvoir compléter une barre de son Sonos Beam avec une paire de Symfonisk étagère en guise d’enceintes surround pour 200 € seulement est une véritable aubaine.

Au final, quelles sont les différences fondamentales entre les enceintes Sonos et les enceintes Ikea ? Contrairement à la Sonos One, les Symfonisk n’embarquent pas de micro ni d’assistant intelligent. Elles n’ont pas de touches sensitives. Elles ne possèdent pas non plus d’entrée auxiliaire comme la Play:5. Qualitativement, les plastiques des Symfonisk font plus bas de gamme que celui de la Sonos One. Leur tissu acoustique n’est pas le plus joli que nous ayons vu. L’ajustement de la prise Ethernet dans son emplacement n’est pas parfait.

Autant de petites concessions sur la qualité qui expliquent le prix agressif des Symfonisk. Ceux qui trouvaient les enceintes Sonos encore trop chères n’ont plus qu’à se jeter sur les Ikea Symfonisk. Les autres pourront compléter leur installation multiroom Sonos à faible coût.

Prix public indicatif : Symfonisk étagère 99 € / Symfonisk luminaire 179 €
Site du fabricant : Ikea

>>> CELA PEUT VOUS INTÉRESSER : NOS AUTRES TESTS D'ENCEINTES SANS FIL  

Notre avis

Usages & fonctionnalités : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise (4/5)
Ergonomie : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise (4/5)
Design/Finition : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise (3/5)
Connectivité : etoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile griseetoile grise (2,5/5)
Qualités sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleueetoile grise (3,5/5)
Rapport qualité/prix : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise (4/5)
Intérêt : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleue (4,5/5)

Caractéristiques techniques

Enceintes sans fil
Haut-parleurs : 1x woofers 75mm, 1x tweeter à dôme
Amplification : nc
Connectivité : Wi-Fi, Ethernet, multiroom Sonos, AirPlay 2
Autres : calibrage automatique TruePlay
Dimensions étagère (l x h x p) : 10 x 31,2 x 15 cm 
Poids étagère : 2 kg
Dimensions luminaire (l x h) : 21 x 40,5 cm
Poids luminaire : 3,1 kg


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Mots-clés: Ikea

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework