icon facebook icon youtube icon qwant icon tumblr icon pinterest icon rss

Test BenQ GV1 : un vidéoprojecteur de poche autonome qui ressemble à une enceinte connectée

BenQ GV1 test ON mag

Aussi petit qu’une enceinte audio connectée, ce pico-projecteur diffuse une grande image DLP. Il a une esthétique réussie, des performances vidéo dans la moyenne et une autonomie de trois heures. Sa connectique USB-C est bien adaptée pour le fonctionnement avec les smartphones et ordinateurs de dernière génération. Sa liaison Wi-Fi est un peu plus capricieuse, mais ce vidéoprojecteur ne manque pas d’atouts malgré tout.

BenQ GV1

Type : pico-projecteur DLP
L'avis de ON-Mag : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile griseetoile grise (3/5)
Prix : 360 €

>>> RETROUVEZ TOUS NOS TESTS DANS NOS GUIDES ET MAGAZINES EN LIGNE

Quand on a reçu ce petit vidéoprojecteur, on a cru un moment que l’on s’était trompé de produit. C’est que ce BenQ GV1 n’a pas la bouille habituelle d’un diffuseur d’image sur grand écran. Il ressemble plus à une enceinte connectée de type Sonos, avec ses grilles de diffusion sonore et sa verticalité afin d’assurer la diffusion du son. On a vite repéré (c’est la vista des pros) un objectif dissimulé à l’avant et des molettes de mise au point de la netteté présentes de chaque côté. Il s’agit bien d’un petit vidéoprojecteur portable. Ses dimensions lui permettent de se glisser n’importe où dans la maison. Il pèse moins d’un kilogramme, il est donc très facile à transporter. On trouve d’ailleurs dans la boîte une sacoche de transport en tissu gris qui permet de le protéger lors de déplacements.

Un petit vidéoprojecteur portable que l’on peut déplacer facilement partout

Ce BenQ fait partie de la famille des pico-projecteurs. Ces derniers sont généralement faciles à utiliser, peu encombrants mais limités en matière de performances vidéo. Ils servent essentiellement pour les jeux vidéo ou dans une chambre pour projeter ses séries favorites avec une image plus grande que celle du salon… Ce sont des compagnons de loisirs qui brillent avant tout par leur facilité d’installation et de placement. On les pose par terre ou sur une table, on règle la netteté et c’est parti pour une séance. Évidemment, on est loin du home cinéma, il n’est pas ici question de 4K ou de HDR, pour le moment il faut se contenter d’une résolution bien moindre. Ce BenQ GV1 est un 480p, c'est-à-dire que sa résolution native est de 854 x 480 pixels. Cela peut suffire pour envoyer sur le mur des vidéos en provenance d’un smartphone ou d’une tablette. N’espérez pas revivre pleinement comme au cinéma la scène du débarquement du film Le soldat Ryan. Mais on a tout de même le plaisir d’une grande image. On peut aller jusqu’à un peu plus d’un mètre de diagonale de projection, soit 60 pouces sans trop de problèmes. C’est déjà une belle sensation d’immersion !

 BenQ GV1 2

Une autonomie de 3 heures qui permet de regarder un long film en entier sans recharger

Ce petit BenQ est équipé d'une batterie. Son autonomie est d'environ 3 heures si vous n'abusez pas du mode cinéma en projection et si vous restez sage au niveau du volume sonore. Durant le test, on a tenu un peu plus de 2 h 30 mn sans encombre, ce qui permet de visionner un film en entier.

Ce pico-projecteur est esthétiquement réussi avec son look d’enceinte connectée et sa grille caractéristique. La partie projection est située en haut du BenQ GV1. On y trouve l'objectif à ultra courte focale fixe, la molette de mise au point de la netteté et, sur le dessus, des boutons de commande. On peut ici mettre en service le BenQ GV1, régler le volume sonore ou basculer en mode enceinte Bluetooth. Une bande jaune vif sert de démarcation entre l'audio et la vidéo, la tête dédiée à la projection peut se mouvoir de 15 degrés verticalement. Voilà un point intéressant car il est n'est pas toujours facile de bien positionner un pico-projecteur. Cela donne un peu de liberté. La correction de trapèze est gérée automatiquement par le système et cela fonctionne plutôt bien.

 BenQ GV1 1

Le choix de l’USB-C pour la connectique et une liaison sans fil capricieuse

La connectique physique comporte une minuscule entrée secteur pour la recharge de la batterie ou son utilisation directe sur le courant et une prise USB-C afin de le relier à un smartphone ou à d'autres appareils dotés d'un tel connecteur. On peut regretter l'absence d'entrées supplémentaires comme une prise HDMI ou mini HDMI afin de brancher directement une console de jeu, par exemple. L'USB-C se généralise mais reste spécifique à certains smartphones et ordinateurs portables de dernière génération. Avec le GV1, BenQ livre un câble USB-C vers USB-C. Pour que l'appareil connecté soit reconnu, il faut qu’il soit compatible DisplayPort 1.1.
L'interface utilisateur est assez simple à appréhender, le BenQ VG1 fonctionne sous Android mais prend des chemins pas toujours convaincants. Ainsi n’avons-nous pas réussi à connecter notre smartphone Huawei P20 pour une projection sans fil. En revanche, en passant par le port USB-C et en mettant en fonction le screen mirroring, tout a bien fonctionné. On a également essayé Google Cast pour la connexion sans fil mais cela non plus n'a pas donné de bons résultats.
Avec un iPhone, c'est un peu plus simple, mais là aussi, il y a des limitations. Nous n'avons pas réussi à diffuser Netflix ou iTunes sur le BenQ VG1. C'est frustrant, d'autant plus que la mise en place physique du petit projecteur est si simple. Il faut donc s'armer de patience, et parfois redémarrer l'engin pour que cela fonctionne. On a eu droit à des messages d'erreur en allemand alors que nous étions en choix de langue française !
La musique passe plus aisément, l'accès aux services musicaux est rapide et le GV1 est tout de suite reconnu. BenQ utilise le magasin d'applications Aptoide et non Google Play, certaines applications y sont un peu dépassées ou pas totalement optimisées pour une utilisation sur smartphone. Là aussi, après moult tentatives infructueuses pour se connecter à Aptoide, on ne sait pas comment nous y sommes parvenus. C'est dommage que cet aspect utilisateur n’ait pas été plus réfléchi et travaillé, on rêve à une interface plus fluide, simple et aussi facile que celle de Sonos. Une mise à jour réglera certainement certains de ces désagréments.
Le BenQ GV1 est en outre livré avec une télécommande ultrafine, il ne faut pas la perdre car elle est la seule capable de piloter le GV1. Cette télécommande n'est pas d'une ergonomie sans faille. Ses touches manquent de réactivité. Elle n'est pas non plus rétroéclairée. Elle donne accès à l'interface, à la validation des choix et sans elle, on ne peut accéder aux fonctions essentielles du projecteur. BenQ n'a pas mis en place d'application spécifique sur smartphone pour commander le GV1.

Les menus du vidéoprojecteur BenQ GV1

Des réglages Cinéma à privilégier et une grande image DLP agréable à regarder

Pour débuter une séance de projection, il est préférable d'aller fureter dans les menus Image et Son. Il existe plusieurs modes Image : TV Vif, Cinéma, Sport, lumineux, présentation, normal. Avec en plus des modes Batterie et un mode éco afin de doser la consommation d'énergie. D'après nos tests, si vous voulez privilégier la qualité d'image, il est préférable de brancher l'appareil sur le secteur. On y gagne en luminosité. Le mode Cinéma est comme souvent le plus équilibré. Il évite des dérives chromatiques trop accentuées vers le rouge sur les visages ou de brûler les blancs. Le BenQ intègre une partie audio - un haut-parleur large bande on suppose - offrant une puissance de 5 watts. C'est forcément limité pour du home cinéma mais cela reste agréable, notamment au niveau des dialogues dans une petite pièce. Là aussi il existe plusieurs modes Audio : cinéma, musique, jeu, sport et standard. Le mode Cinéma est le plus agréable pour les dialogues et l'enveloppe sonore est un peu plus large.
Avec le BenQ GV1, nous avons regardé des clips en provenance de YouTube, des films via Netflix et la TV en direct. Comme sur tous les vidéoprojecteurs DLP, l'image produite est agréable avec une bonne luminosité et des couleurs assez justes. Les effets parasites arc-en-ciel sont quasi inexistants. La fluidité est au rendez-vous lors des mouvements rapides. Cela manque certes de détails, la résolution 480p ne rend pas forcément hommage à des vidéos Full HD mais cela reste très largement visible. La taille idéale est de 60 pouces de diagonale, avec un recul d'environ 1 m on obtient une image de 78 cm de diagonale. Ce pico-projecteur a des lacunes, mais il est loin de démériter.

Le BenQ GV1 décortiqué par ON-Mag

Caractéristiques techniques

  • Type : pico-projecteur DLP
  • Technologie : puce DLP 3430 de 0,2 pouces
  • Résolution native : 480p (854 x 480 pixels)
  • Compatibilité vidéo : de VGA (640 x 480 ) à Full HD (1920 x 1080 )
  • Zoom : fixe
  • Objectif : réglable de 15 degrés en vertical
  • Mise au point : manuelle
  • Rapport de projection : 1/3
  • Luminosité : 200 lumens ANSI
  • Contraste : 100 00:1
  • Lampe : Osram Q9 LED
  • Durée de vie de la lampe : 30 000 heures (mode éco)
  • Bruit de fonctionnement : 28 dB (mode éco)
  • Taille de l'écran : 75 cm à 2.5 m
  • Correction keystone : vertical +/- 40 degrés
  • Circuit intégré : Qualcomm Snapdragon 210 MSM8909
  • Système d’exploitation : Android 7.1.2
  • Audio : 5 W
  • Connectique : 1 x USB-C avec mode alternatif Display Port, Wi-Fi, Bluetooth projection sans fil iOS et Android
  • Batterie : autonomie de 3 heures
  • Divers : télécommande, pochette de transport, câble USB-C vers USB-C, accès à Aptoide
  • Dimensions (L x P x H) : 80 x 155 x 80 mm
  • Consommation : 24 W (0,5 W en veille)
  • Poids : 708 g
  • Prix : 360 euros

>>> À LIRE ÉGALEMENT : TOUS NOS TESTS DE VIDÉOPROJECTEURS

Notre avis

  • Qualité de fabrication : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile grise (4/5)
  • Design/Finition : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise (4/5)
  • Ergonomie : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile griseetoile grise (3/5)
  • Performances : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise (3/5)
  • Intérêt : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile demi orangeetoile grise (3,5/5)


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Mots-clés: BenQ

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework