Les Biens en Commun : louer sa friteuse comme un Vélib’, moins cher et plus écolo ?

BiensEnCommun electromenager location

La perceuse, l’appareil à raclette… Et même l’aspirateur : selon une étude mise en avant par Les Biens en Commun, les Français bourrent leurs placards d’électroménager pas ou peu utilisé. La solution ? Des casiers dans les halls d’immeubles pour louer en commun les appareils et éviter d’en acheter encore.

LA SUITE APRÈS LA PUB

Un aspirateur serait vendu toutes les dix secondes dans le monde pour n’être utilisé qu’une fois par semaine. Les perceuses n'auraient une durée d’utilisation moyenne que de douze minutes sur toute leur durée de vie. Autant d'exemples de petits appareils électroménagers dont la fabrication utilise énormément de ressources et qui finissent dans les placards, voire à la cave. En fin de vie, ces objets produisent à leur tour des déchets difficiles à traiter comme les batteries, les moteurs ou les circuits électriques - un coût pour les ménages, l’environnement et les collectivités.

Les Biens en Commun propose de partager ces objets et ainsi de les rendre accessibles à qui ne les achèterait pas grâce à un service de location avec réservation. Il fonctionne via des casiers connectés installés dans les halls d’entrée des immeubles. La location partagée comme alternative à la propriété ? On connaissait pour les voitures, pour le moins polluantes, mais pas encore pour les fers à repasser, les fours ou les friteuses.

"Oui, mais mon gentil voisin me prête sa perceuse"

Par rapport aux applications de partage ou au simple prêt entre voisins, Les Biens en Commun entend proposer des appareils entretenus et disponibles à tout moment. Le concept de la start-up inclut donc une dimension d’usage individuel et d’autonomie par rapport à une philosophie collective ou valorisant les appareils déjà en circulation. On peut donc se demander si remplir des casiers d’appareils neufs dans des résidences étudiantes ne ferait pas augmenter la consommation d’électroménager auprès d'un public qui, sans cette option, n’achèterait pas grand-chose faute de moyens.

BiensEnCommun electromenager location2

Les Biens en Commun parle néanmoins aussi du gain de place engendré par l’utilisation de casiers connectés plutôt que de placards dans les appartements pour stocker ses appareils. La start-up garantit également l’entretien et le remplacement des appareils usés, ainsi que l’inclusion d’une assurance contre la casse accidentelle dans ses tarifs. C’est certes pratique, mais là encore, le remplacement régulier des appareils du fait de leur utilisation collective ne génère-t-il pas également beaucoup de déchets ? Le facteur durabilité et obsolescence programmée des appareils choisis par la start-up entre ici fortement en ligne de compte pour garantir le caractère écologique du projet.

Et ça marche comment Les Biens en Commun ?

Deux formules sont proposées : un abonnement mensuel ou un paiement au coup par coup pour environ 1 €/heure. Le tout se gère via un compte en ligne et un écran situé sur les casiers. Cela pose donc la question de la fracture numérique : quid des résidences où vivent des personnes âgées ? Ou des zones dans lesquelles l’accès à Internet serait restreint ? Il n’en reste pas moins que le compte en ligne facilite les réservations, qui fonctionnent via un QR code ou un code numérique qui ouvre le casier désiré. L’environnement en ligne comporte également un forum pour échanger avec les autres utilisateurs. Un service client est prévu en cas de problème rencontré lors de la récupération ou la restitution d’un appareil.

Une initiative en cours d’expérimentation

Les Biens en Commun a lancé une campagne de financement participatif et installé des casiers connectés dans une résidence étudiante à Lyon. Le projet reçoit le soutien de la Banque Publique d’Investissement, ainsi que des marques Seb, Leroy Merlin et Boulanger. Son créateur, Yann Lemoine, souhaiterait équiper cinq à dix résidences d’ici janvier 2022, en ajoutant d’autres services aux simples casiers : bacs de recyclage pour piles et ampoules, livraison sur demande de produits peu recherchés, etc.

LA SUITE APRÈS LA PUB

Source : lesbiensencommun.fr

Vidéo officielle de présentation Les Biens en Commun


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Mots-clés: Les Biens en Commun